Rechercher

Le seul survivant du crash de l’hélicoptère de l’armée revient sur le drame

Les chefs de la Marine et des forces aériennes ont salué le capitaine Ron Berman qui est parvenu à s'échapper et à appeler à l'aide avec son téléphone portable

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le major Ron Berman, à droite, officier naval rescapé d'un accident d'hélicoptère meurtrier, serre la main au général David Sa'ar Salame à l'hôpital Rambam de Haïfa, le 4 janvier 2022. (Crédit : Armée israélienne)
Le major Ron Berman, à droite, officier naval rescapé d'un accident d'hélicoptère meurtrier, serre la main au général David Sa'ar Salame à l'hôpital Rambam de Haïfa, le 4 janvier 2022. (Crédit : Armée israélienne)

L’officier naval israélien, seul survivant du crash d’un hélicoptère qui s’est écrasé en mer lundi soir a déclaré mardi qu’il avait tenté à de multiples reprises d’extraire les pilotes de la carlingue, mais sans succès.

Le capitaine Ron Berman souffre d’une fracture des vertèbres et d’une hypothermie modérée suite à cet accident survenu lundi soir, au cours duquel le colonel Erez Sachyani et le major Chen Fogel ont perdu la vie.

Une première enquête pointe du doigt un moteur défaillant qui aurait entraîné la chute de l’appareil dans la Méditerranée, au large de la côte de Haïfa.

« J’ai pu m’extraire de l’hélicoptère qui était en train de couler et ensuite, après avoir tenté de nombreuses fois de faire sortir mes amis Sachyani et Fogel de l’appareil, c’est une patrouille de la police navale qui m’a sauvé la vie », a dit Berman dans une vidéo qui a été diffusée par l’armée israélienne.

Dans la vidéo, enregistrée depuis son lit d’hôpital, Berman transmet ses condoléances aux familles des deux pilotes qui sont morts dans le crash après avoir échoué à s’extraire du cockpit pour des raisons qui restent encore indéterminées à ce stade.

« Je veux transmettre beaucoup, beaucoup de force et d’amour aux familles, à [la veuve de Sachyani] Lilach… Je vous aime, soyez forts », ajoute Berman, la voix brisée.

L’hélicoptère a coulé en mer juste avant 21 heures, dans la soirée de lundi. Une enquête initiale a établi que le moteur gauche de l’appareil avait apparemment connu un dysfonctionnement, ce qui avait obligé les pilotes à procéder à un amerrissage d’urgence. Berman est parvenu à sortir de l’hélicoptère, mais les corps sans vie des pilotes ont été retrouvés par les secours, encore coincés par leur ceinture de sécurité dans le cockpit, a indiqué un officier de l’armée de l’air aux journalistes, mardi.

Berman a été modérément blessé dans le crash et il a été pris en charge à l’hôpital Rambam de Haïfa. Envoyé initialement au service des soins intensifs, il est dorénavant soigné dans le service d’orthopédie, son état s’étant amélioré, ont fait savoir les médecins.

Il a reçu la visite des chefs de la Marine et de l’armée de l’Air, mardi.

Le major Ron Berman, officier naval qui a échappé à un accident d’hélicoptère, serre la main au chef de la marine, le général David Saar Salame, à l’hôpital Rambam de Haïfa, le 4 janvier 2022. (Crédit : Armée israélienne)

« Vous avez agi bravement et calmement, et je suis heureux que vous soyez en vie. Vous recevez des soins excellents. Revenez-nous vite, on vous attend à la fois chez vous et dans votre escadron », a dit à Berman le responsable de l’armée de l’air, Amikam Norkin.

Le chef de la Marine, David Saar Salame, a salué l’officier, disant qu’il avait « fait tout ce qu’il a pu et tout ce qui était possible » pour venir en aide aux pilotes.

Selon l’enquête initiale, Berman a appelé le chef de l’escadron de l’hélicoptère pour l’informer du crash, alors que le dysfonctionnement du moteur a apparemment causé une panne d’électricité qui a entraîné également une panne de radio, empêchant les pilotes d’appeler à l’aide.

« Le commandant d’escadron lui a dit de rester au calme et de prendre soin de lui », a dit aux journalistes le général Amir Lazar, de l’armée de l’air.

L’hélicoptère est tombé approximativement une heure après son décollage de la base aérienne de Ramat David pour un vol d’entraînement. L’accident, qui est arrivé près de la rive, a été vu et filmé par des résidents de Haïfa.

L’hélicoptère, un AS565 Panther fabriqué par Eurocopter et connu au sein de l’armée sous le nom « d’Atalef » (« chauve-souris », en hébreu) est spécialement conçu pour les missions navales et il a la capacité de procéder à des amerrissages en cas d’urgence grâce à un dispositif de flottaison intégré.

Selon Lazar, le système de flottaison aurait été activé par les pilotes et il se serait développé correctement, ce qui a permis à l’officier naval de prendre la fuite. « Nous ignorons pourquoi les pilotes ne l’ont pas fait », a-t-il précisé.

L’hélicoptère avait 25 ans mais il était considéré comme « très fiable » et il n’avait pas d’antécédent en termes de défaillances mécaniques, a continué Lazar.

Le Lieutenant-colonel Erez Sachyani (à droite) et le Major Chen Fogel, qui ont été tués dans un accident d’hélicoptère le 3 janvier 2022 (Crédit : armée israélienne)

L’un des deux pilotes, Fogel, âgé de 27 ans, a été inhumé mardi au cimetière militaire de Haïfa lors d’une cérémonie à laquelle ont assisté des milliers de personnes. La famille a demandé à ce que les journalistes restent à l’écart.

Avant les funérailles, le père de Fogel, Yaron, a évoqué son fils, « un jeune homme charmant, un enfant vif, intelligent et sociable, un homme qui n’a jamais tenu une arme ».

L’autre pilote décédé, le lieutenant-colonel Erez Sachyani, a été enterré mardi soir au cimetière Misgav, dans le nord d’Israël.

Sachyani, 38 ans, était marié et père de trois enfants. Il était commandant-adjoint de la base aérienne Ramat David.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...