Rechercher

Manifestation armée à Jénine après la mort de Daoud Zubeidi

Des dizaines de personnes se sont jointes au cortège, dont le père d’un terroriste palestinien auteur d'une fusillade dans la rue Dizengoff à Tel Aviv en avril dernier

Des Palestiniens portent des photos de Daoud Al-Zubaidi lors d’une manifestation à Jénine, en Cisjordanie, le 15 mai 2022. (Crédit : Nasser Ishtayeh/Flash90)
Des Palestiniens portent des photos de Daoud Al-Zubaidi lors d’une manifestation à Jénine, en Cisjordanie, le 15 mai 2022. (Crédit : Nasser Ishtayeh/Flash90)

Des dizaines de Palestiniens armés ont défilé à Jénine dimanche soir après la mort de Daoud Zubeidi, frère d’un chef terroriste palestinien notoire, quelques jours après avoir été blessé dans une fusillade avec les soldats israéliens dans la ville du nord de la Cisjordanie.

Zubeidi est décédé dimanche dans un hôpital de Haïfa où il était soigné.

Parmi les participants à la procession composée d’hommes armés masqués, se trouvait le père de Raad Hazem, le terroriste palestinien qui a tué trois personnes dans un attentat terroriste en avril à Tel Aviv, a indiqué la Treizième chaîne.

Âgé de 40 ans, Zubeidi faisait partie des 13 hommes armés palestiniens blessés vendredi lors de violents échanges armés avec les soldats israéliens, dans et autour de la ville de Jénine en Cisjordanie, lors d’une opération menée par les forces spéciales de la police et l’armée israélienne.

Grièvement blessé dans la fusillade de vendredi, Zubeidi avait été conduit dans un hôpital à proximité, mais lorsque son état s’est détérioré, il a été transféré à l’hôpital Rambam de Haïfa.

Selon le site d’information Ynet, les autorités israéliennes examineraient actuellement la question de la restitution de la dépouille de Zubeidi aux Palestiniens.

Daoud Zubeidi, tireur palestinien blessé dans une fusillade avec des soldats lors d’un récent raid à Jénine (Crédit : Courtoisie)

Les groupes terroristes palestiniens à Jénine – parmi lesquels les Brigades des martyrs d’Al-Aqsa, faiblement liées au Fatah, et les Brigades Al-Quds du Jihad islamique – avaient menacé d’« ouvrir les portes de l’enfer » s’il arrivait malheur à Zubeidi alors qu’il était détenu par Israël.

Le commando de police israélienne Noam Raz, 47 ans, a été tué lors de la même fusillade vendredi. Raz a été inhumé dans le cimetière de la police, sur le mont Sion, dimanche lors de funérailles privées, à l’écart de la presse. Le fils de Raz a déploré le fait que son père et Zakaria aient tous deux été soignés dans le même hôpital.

Le frère de Zubeidi, Zakaria, est connu pour avoir orchestré des attentats terroristes au cours de la Deuxième Intifada. Enfant acteur happé par la violence, Zakaria Zubeidi était devenu commandant en chef des Brigades des martyrs d’Al Aqsa. Il avait souvent donné des interviews aux médias israéliens et était connu de la population israélienne.

En 2007, le service de sécurité du Shin Bet et l’Autorité palestinienne avaient conclu un accord d’amnistie pour des milliers de Palestiniens qui s’étaient battus contre Israël pendant la vague de violence. Zakaria Zubeidi était l’un d’entre eux, et il avait fondé l’autoproclamé « Théâtre de la liberté » à Jénine, en partenariat avec un directeur d’origine juive et arabe israélienne, Juliano Mer-Khamis.

Plus d’une décennie plus tard, l’armée israélienne appréhendait Zakaria Zubeidi, l’accusant d’avoir repris ses activités terroristes. Le service de sécurité du Shin Bet indiquait que Zubeidi avait avoué deux fusillades contre des autobus, à l’extérieur de l’implantation de Beit El, dans le centre de la Cisjordanie, en novembre 2018 et janvier 2019, qui avaient blessé trois personnes.

Alors qu’il attendait son procès en septembre 2021, Zubeidi s’est évadé de la prison de Gilboa avec cinq autres prisonniers de sécurité palestiniens à haut risque. Cette évasion a tenu en haleine Israéliens et Palestiniens pendant des semaines avant qu’il soit de nouveau capturé.

Le chef terroriste Zakaria Zubeidi arrive pour une audience au tribunal militaire d’Ofer, le 28 mai 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Israël a récemment intensifié ses opérations en Cisjordanie, en particulier dans la région de Jénine, d’où sont originaires plusieurs terroristes auteurs des récents attentats perpétrés en Israël. Les violences ont fait 19 morts dans les villes du centre d’Israël depuis le 22 mars, signant la vague terroriste la plus sanglante depuis des années.

Une trentaine de Palestiniens ont été tués par les soldats israéliens au cours de la même période, certains lors d’attentats qu’ils ont perpétrés, d’autres lors de violents affrontements et encore d’autres, victimes collatérales, comme la journaliste d’Al-Jazeera Shirin Abu Akleh, abattue dans des circonstances encore contestées à Jénine, la semaine passée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...