Moscou veillera aux intérêts iraniens lors de la prochaine réunion à Jérusalem
Rechercher

Moscou veillera aux intérêts iraniens lors de la prochaine réunion à Jérusalem

Le conseiller russe à la sécurité nationale, Nikolay Patrushev, dit que Moscou "tiendra compte" des besoins de Téhéran et les portera à l'attention des Israéliens et des Américains

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le président russe Vladimir Poutine, (à droite), accompagné du secrétaire du Conseil de sécurité Nikolaï Patrushev, rencontre les hauts responsables des pays du BRICS chargés des questions de sécurité, au Kremlin à Moscou, Russie, le 26 mai 2015. (Sergei Karpukhin/Pool Photo via AP)
Le président russe Vladimir Poutine, (à droite), accompagné du secrétaire du Conseil de sécurité Nikolaï Patrushev, rencontre les hauts responsables des pays du BRICS chargés des questions de sécurité, au Kremlin à Moscou, Russie, le 26 mai 2015. (Sergei Karpukhin/Pool Photo via AP)

Moscou veillera aux intérêts de l’Iran lors de la réunion tripartite des hauts responsables de la sécurité de la Russie, d’Israël et des Etats-Unis qui se tiendra la semaine prochaine à Jérusalem, a déclaré jeudi le conseiller du président Vladimir Poutine pour la sécurité nationale, dans un contexte de tensions régionales croissantes après que l’Iran a abattu un drone américain sur le détroit d’Ormuz.

« L’Iran est en Syrie à l’invitation du gouvernement légitime et participe activement à la lutte contre le terrorisme. Par conséquent, bien sûr, nous devrons tenir compte des intérêts de l’Iran », a déclaré Nikolay Patrushev.

En début de semaine prochaine, le conseiller israélien pour la sécurité nationale, Meir Ben-Shabbat, accueillera Patrushev et son homologue américain, John Bolton, à Jérusalem pour une réunion sans précédent afin de discuter de diverses questions régionales. Les efforts de l’Iran pour se retrancher militairement en Syrie, les récentes attaques contre des pétroliers dans le Golfe – dont Washington accuse Téhéran – et la rupture de l’accord nucléaire avec l’Iran devraient figurer en bonne place dans l’agenda de la rencontre.

« Nous ferons face au fait que les intérêts des Etats ont des directions différentes », a déclaré M. Patrushev aux journalistes de la ville russe d’Ufa. « La partie russe tiendra compte des intérêts de l’Iran et les portera à l’attention des parties israélienne et américaine. »

Plus tôt jeudi, les tensions entre Téhéran et Washington ont atteint de nouveaux sommets lorsque les Gardiens de la Révolution iraniens ont abattu un drone américain au-dessus des eaux internationales dans le détroit d’Ormuz.

Le général Hossein Salami, commandant du groupe, a déclaré que l’abattage avait envoyé « un message clair » aux Etats-Unis. Son pays ne cherche pas à déclencher une guerre avec quelque pays que ce soit, a-t-il dit, ajoutant : « mais nous sommes prêts pour la guerre. »

Mardi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a salué le sommet « historique et sans précédent » de la semaine prochaine comme une étape importante pour garantir « la stabilité au Moyen-Orient en cette période de turbulences ».

« Ce qui est important dans cette rencontre trilatérale des deux superpuissances en Israël, c’est qu’elle témoigne grandement de la position internationale actuelle d’Israël parmi les nations », a-t-il ajouté.

Plus tôt ce mois-ci, un haut responsable américain a déclaré que Washington profiterait de la réunion pour dire à Moscou que l’Iran devrait se retirer de Syrie et demander à la Russie des suggestions sur la manière de contrer l’influence de Téhéran dans cette région.

Le responsable non cité a déclaré que les Etats-Unis soutenaient les actions d’Israël contre le retranchement de l’Iran en Syrie.

« Nous comptons bien faire comprendre, conjointement avec les Israéliens, que les Iraniens n’ont pour nous aucun rôle positif – et ce, aussi bien en Syrie, au Liban, en Irak et au Yémen – que dans les autres pays où ils sont actifs », a indiqué le responsable, selon Reuters.

Il a ajouté que Washington était sûr que le sommet, avec Israël accueillant à la fois la Russie et les Etats-Unis à Jérusalem, irriterait les dirigeants iraniens, et a déclaré que le fait que la Russie y participe était un signe positif.

« Le fait que les Russes accordent de l’importance à ces discussions, qu’ils sont prêts à le faire publiquement, je pense que c’est en soi très important », a indiqué le responsable.

Selon un rapport du radiodiffuseur public Kan, Israël et les Etats-Unis offriront à la Russie des mesures incitatives pour tenter de réduire l’influence iranienne en Syrie, ce qui pourrait inclure la légitimation du leadership continu du président syrien Bashar el-Assad. Il est difficile de savoir ce que Washington et Jérusalem offriront en retour à Moscou.

Moscou est un proche allié de Téhéran et de Damas, tandis que Jérusalem et Washington sont les ennemis jurés de la République islamique.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...