Nachman Ash espère que le vaccin permettra de vivre Pessah « presque librement »
Rechercher

Nachman Ash espère que le vaccin permettra de vivre Pessah « presque librement »

Le chef espère que de nombreuses activités actuellement restreintes reprendront vers mars-avril ; Netanyahu pourrait avancer la date de la vaccination

Une famille israélienne fête le Seder de Pessah avec un ordinateur qui lui permet d'être en communication pendant la première nuit de la fête juive Tzur Hadassah, le 8 avril 2020 (Crédit  : Nati Shohat/Flash90)
Une famille israélienne fête le Seder de Pessah avec un ordinateur qui lui permet d'être en communication pendant la première nuit de la fête juive Tzur Hadassah, le 8 avril 2020 (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Le responsable en charge de la lutte contre le coronavirus, Nachman Ash, a indiqué dimanche qu’il espérait que les Israéliens pourraient fêter Pessah en l’absence quasi-totale de restrictions cette année, alors que l’Etat juif prépare sa campagne de vaccination contre la COVID-19.

« Je suppose que vers mars-avril, nous serons d’ores et déjà revenus à des activités significatives. Mon espoir est que nous puissions célébrer Pessah de façon presque libre », a dit Ash au site d’information Ynet, ajoutant que cela dépendrait du nombre de personnes vaccinées à Pessah – connue également comme la fête juive de la liberté – qui débute cette année dans la soirée du 28 mars.

« Nous créerons donc une immunité de groupe au sein de la population israélienne, et nous pourrons alors revenir à de pleines activités », a dit Ash.

Des agents de la police des frontières et un soldat israélien à un checkpoint temporaire de Jérusalem lors du début d’un confinement national pour la fête de Pessah, le 14 avril 2020. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

A Pessah 2020 – la fête était tombée au début de l’épidémie de COVID-19 en Israël – le gouvernement avait donc ordonné un couvre-feu nocturne, confinant les Israéliens dans leurs habitations lors de la première nuit de la fête. Des mesures de confinement moins contraignantes avaient aussi été imposées pendant la dernière nuit de Pessah, interdisant aux Israéliens de quitter leurs villes.

De vastes restrictions sur les mouvements et sur les rassemblements avaient aussi été mises en place pour les vacances d’automne de Rosh HaShana, de Yom Kippour et de Souccot.

Ash a également indiqué que les responsables de la santé tentaient de faire avancer la date du début de la campagne de vaccination du 27 décembre, après le feu vert donné par les régulateurs américains de la Food and Drug Administration (FDA). Le vaccin doit encore être approuvé en Israël mais le directeur du ministère de la Santé a signalé qu’il pourrait obtenir une autorisation dans les prochains jours.

« Il faut que nous agissions de manière ordonnée et responsable. Nous voulons que la logistique fonctionne comme c’est nécessaire, avec toutes les approbations reçues », a-t-il dit. « Nous le déciderons très rapidement et, d’ici quelques mois, nous atteindrons la part-cible de la population qui sera vaccinée ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a aussi suggéré, dimanche, que le début de la campagne de vaccination pourrait être avancé, sans donner d’autres détails.

« Nous voyons arriver la fin de la pandémie. En attendant, je demande à tous d’observer les règles », a-t-il indiqué lors d’une visite dans un centre de vaccination de Tel Aviv.

Dimanche dans la journée, un groupe de travail militaire avait indiqué que la campagne prévue de vaccination n’aurait pas d’impact marqué sur la pandémie de coronavirus jusqu’à la fin de l’hiver.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...