Israël en guerre - Jour 54

Rechercher
Analyse

Netanyahu s’est brièvement élevé au-dessus de la mêlée contre la refonte judiciaire

Bien que les militants anti-gouvernement aient traqué tous ses faits et gestes, le Premier ministre a fait honneur à ses fonctions sur le devant de la scène internationale

Lazar Berman

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu rencontrant le président américain Joe Biden, à New York, le 20 septembre 2023. (Crédit : Susan Walsh/AP Photo)
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu rencontrant le président américain Joe Biden, à New York, le 20 septembre 2023. (Crédit : Susan Walsh/AP Photo)

Le voyage du Premier ministre Benjamin Netanyahu aux États-Unis a commencé sur le tarmac de l’aéroport Ben Gurion, en mettant l’accent sur les protestations contre la refonte du système judiciaire qui ont poursuivi son gouvernement depuis que son ministre de la Justice a dévoilé le projet de refonte lorsqu’il est revenu au pouvoir il y a neuf mois.

S’adressant aux journalistes avant de prendre son avion, quelques heures après la fin de Rosh HaShana, Netanyahu a accusé les manifestants de « s’allier à l’OLP [Organisation de libération de la Palestine] et à l’Iran », dans leurs activités contre lui à l’étranger, qu’il a présentées comme étant dirigées contre Israël plutôt que contre les actions de son gouvernement partisan de la ligne radicale.

Ses collaborateurs se sont rapidement rendus compte que leur patron avait dépassé les bornes et se sont efforcés d’adoucir sa déclaration.

Puis Netanyahu s’est envolé pour San Jose. Aux États-Unis pendant six jours, le Premier ministre a cherché à laisser derrière lui la lutte interne en Israël et à se présenter comme un leader mondial poursuivant des objectifs plus ambitieux.

Étonnamment, il y est parvenu dans une large mesure.

Ce n’est pas que les manifestants n’étaient pas nombreux. Ils ont suivi ses pas tout au long de son voyage aux États-Unis.

Les manifestants rassemblés devant l’usine Tesla de Fremont, alors que le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre l’homme d’affaires Elon Musk, en Californie, le 18 septembre 2023. (Crédit : Noah Berger/AP Photo)

Lorsque le convoi de Netanyahu a quitté l’aéroport de San Jose à 5h du matin avant sa rencontre avec Elon Musk, plusieurs dizaines d’expatriés israéliens et de Juifs locaux étaient présents pour l’accueillir avec des pancartes et des sifflets.

Les rues autour de l’hôtel cossu de Netanyahu dans l’Upper East Side de Manhattan et près de l’enceinte des Nations unies où il a tenu des réunions tout au long de la semaine et prononcé son discours vendredi étaient bondées d’Israéliens vêtus de tee-shirts de protestation et portant des drapeaux israéliens.

Mais à la fin de son séjour aux États-Unis – peut-être la meilleure semaine d’un mandat qui n’en a pas connu beaucoup de bonnes – il avait réussi à susciter une couverture médiatique qui n’avait rien à voir avec les manifestations, jouant ainsi sur son argument de campagne, qui n’a pas été étayé par beaucoup de preuves ces derniers temps, selon lequel il est singulièrement capable de grandes réalisations sur la scène mondiale.

En Californie, devant quelque 4,5 millions de téléspectateurs, Netanyahu s’est montré confiant lors de sa conversation avec Musk, parlant de manière convaincante de l’intelligence artificielle (IA) et repoussant même effrontément certaines des idées du PDG milliardaire de la technologie. Israël étant l’un des leaders mondiaux dans le domaine, Netanyahu a réaffirmé sa volonté de faire de l’État juif un pionnier de l’IA.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, s’entretenant avec Elon Musk lors d’une discussion en direct sur la plateforme de réseaux sociaux X, à l’usine Tesla de Fremont, en Californie, le 18 septembre 2023. (Crédit : Avi Ohayon/GPO)

Interrogé sur la refonte, le Premier ministre a semblé prendre ses distances avec au moins une partie du projet législatif, qu’il a qualifié de « mauvais ». Ces commentaires ont fait couler beaucoup d’encre en Israël, mais sa déclaration s’est avérée trop vague pour vraiment dominer la conversation.

Lorsque le voyage s’est poursuivi à New York, l’attention s’est largement détournée des préoccupations relatives à la démocratie israélienne pour se porter sur des questions d’importance plus internationale, en particulier un accord de normalisation avec l’Arabie saoudite qui tarde à se mettre en place.

Le Premier ministre a bénéficié d’un coup de pouce inattendu de la part du prince héritier saoudien de facto Mohammed ben Salmane – surnommé MBS -, qui a déclaré à Fox News lors d’une interview mercredi dernier que « chaque jour, nous nous rapprochons » de la normalisation des liens entre l’Arabie saoudite et Israël.

Netanyahu a saisi l’occasion, déclarant au monde entier lors de son discours à l’ONU vendredi qu’Israël était « à la veille » d’un accord de paix historique avec Ryad. La présence d’une diplomate saoudienne pendant le discours a renforcé le sentiment qu’il pourrait y avoir de réels progrès en vue d’un accord.

Une diplomate saoudienne écoutant le discours du Premier ministre Benjamin Netanyahu, à l’Assemblée générale des Nations unies, le 23 septembre 2023. (Crédit : Bureau du Premier ministre)

La veille du discours, ses collaborateurs avaient laissé entendre aux journalistes que Netanyahu aborderait la question de la refonte judiciaire et soulignerait son engagement en faveur des valeurs démocratiques, mais il a supprimé toute cette section du texte, se concentrant plutôt sur la paix en Arabie saoudite, la menace iranienne et l’IA – des questions importantes qui correspondent à son désir de laisser un héritage durable dans le domaine de la sécurité israélienne et au-delà.

Il a ensuite accordé des interviews à Fox News et à CNN pour réagir aux déclarations de MBS, décrivant le dirigeant saoudien comme « un visionnaire » et avertissant que si un accord n’était pas conclu dans les mois à venir, il pourrait être retardé de plusieurs années.

Il a également réussi à tirer un trait sur sa réunion de mercredi avec Biden. Bien que la Maison Blanche n’ait pas mentionné la normalisation israélo-saoudienne, Biden s’est montré optimiste devant les caméras quant à la possibilité qu’Israël et l’Arabie saoudite deviennent des alliés.

« Je souffre – oxymore – d’un optimisme irlandais. Si le ‘vous et moi’ d’il y a dix ans parlions de normalisation avec l’Arabie saoudite, je pense que nous nous regarderions en nous demandant qui a bu quoi ? »

Le président américain Joe Biden serrant la main du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors de leur rencontre en marge de la 78e Assemblée générale des Nations Unies, à New York, le 20 septembre 2023. (Crédit : AP Photo/ Susan Walsh)

Bien que les deux hommes aient abordé la question de la refonte judiciaire, un sujet que Netanyahu n’avait pas envie d’aborder avec le président américain, il est reparti avec « le Graal » qui lui échappait depuis décembre : une invitation à la Maison Blanche. « J’espère que nous nous verrons à Washington d’ici la fin de l’année », a déclaré Biden au tout début de leur long entretien en tête-à-tête.

Netanyahu a également remporté quelques victoires lors de ses rencontres avec des dirigeants du monde entier en marge de la conférence. Sa rencontre avec le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, longtemps frustré par l’assistance méfiante d’Israël dans la lutte de l’Ukraine contre l’invasion russe, s’est bien déroulée. De plus, deux autres pays se sont engagés à ouvrir des ambassades à Jérusalem.

Après une semaine riche en enjeux, Netanyahu a pu profiter de son Shabbat à l’hôtel. C’est la quatrième fois que son épouse Sara et lui-même passent le week-end à l’étranger, à la fin d’une visite officielle, aux frais du contribuable.

Il s’est ensuite empressé de rentrer chez lui avec son personnel, sa garde rapprochée et sa presse itinérante, atterrissant quelques heures seulement avant le début de Yom Kippour, à temps pour être chez lui alors que les divisions sociétales, apparemment aggravées par la refonte judiciaire, se répandaient dans les rues d’Israël où les voitures étaient interdites.

Mais après avoir réussi à rester fidèle à son message et à détourner la conversation aux États-Unis de l’agitation intérieure, dès la fin de Kippour, Netanyahu a replongé dans la mêlée nationale. Lorsque des militants laïcs ont manifesté contre un office de prière massif organisé par les orthodoxes sur une place centrale de Tel Aviv – un événement qui a même horrifié de nombreux opposants à la refonte judiciaire – Netanyahu s’est empressé d’attaquer les « manifestants de gauche [qui] se sont déchaînés contre les Juifs pendant leur prière ».

« Il semble qu’il n’y ait pas de frontières, pas de normes et pas de limites à la haine des extrémistes de gauche. Comme la plupart des citoyens israéliens, je rejette cela. Un tel comportement violent n’a pas sa place parmi nous », a écrit Netanyahu sur X – anciennement Twitter.

De retour en Israël, de retour sur le terrain, avec le jour de l’expiation derrière lui, Netanyahu a une fois de plus donné l’impression d’être moins un visionnaire qui fait l’Histoire que le partisan rusé qui se délecte du combat politique.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.