PDG de Publicis : le port de la kippa n’est pas un signe d’allégeance à Israël
Rechercher

PDG de Publicis : le port de la kippa n’est pas un signe d’allégeance à Israël

Le président du directoire du groupe Publicis rejette l'antisémitisme et les déclarations du professeur Rony Brauman

Maurice Lévy au Forum économique mondial en 2008 (Crédit: World Economic Forum/CC-BY-SA, Wikimedia)
Maurice Lévy au Forum économique mondial en 2008 (Crédit: World Economic Forum/CC-BY-SA, Wikimedia)

Interviewé sur Europe 1, Maurice Lévy, président du directoire du groupe Publicis, est revenu sur le débat de l’antisémitisme en France et du port de la kippa.

« Ça fait une vingtaine d’années qu’on voit la montée de l’antisémitisme, et puis depuis peu, il faut bien le reconnaître, le gouvernement a pris toutes les mesures, alors que jusqu’à présent il y avait une espèce d’indifférence ».

Maurice Lévy souligne, par la même occasion, la nécessité de lutter contre toutes les formes de racisme.

« Il y a, à peu près, 2 ou 3 % de juifs qui portent la kippa, je pense que demain je vais finir par la porter, » s’insurge Maurice Lévy.

Maurice Lévy est revenu également sur les propos de Rony Brauman qui a déclaré que le port de la kippa était un signe d’allégeance à la politique d’Israël. « Je pense qu’il a un problème à régler avec lui-même, » a simplement rétorqué le président du directoire du groupe Publicis.

« Quand les juifs sont mal à l’aise en France, c’est à ce moment là que, les juifs les plus religieux se tournent vers Israël. Israël n’est pas uniquement un pays religieux. » Maurice Lévy estime qu’il y a une faible proportion de juifs qui portent la kippa en Israël.

« L’adhésion à l’État d’Israël, n’a rien à voir avec le port de la kippa, » conclut Maurice Lévy.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...