Le débat sur le port de la kippa dérape dangereusement en France
Rechercher

Le débat sur le port de la kippa dérape dangereusement en France

Pour Rony Brauman, le port de la kippa est une affiliation politique à Israël ; Pour Eric Zemour, la kippa est un « selfie-religieux, la vulgarité contemporaine du narcissisme et du consumérisme. »

Rony Brauman à l'antenne d'Europe 1 (Crédit : Capture d’écran YouTube)
Rony Brauman à l'antenne d'Europe 1 (Crédit : Capture d’écran YouTube)

Rony Brauman, professeur à l’Université de Manchester et ancien président de Madécins sans frontières (MSF), était l’invité hier de David Abiker dans l’émission « C’est arrivé cette semaine » sur Europe 1.

Dans cette émission radiophonique, Brauman est revenu sur le débat du port de la kippa provoqué à la suite de l’attaque à la machette sur un enseignant juif à Marseille.

Ce débat est né après les déclarations de Zvi Ammar, responsable du Crif à Marseille, qui a vivement incité les juifs de la ville à ne plus porter la kippa dans la rue, par mesure de précaution. Cette déclaration a fait l’objet de nombreuses réactions dans l’Hexagone.

Dans son interview, Brauman souligne le caractère antisémite de l’agression.

« Quand on agresse une personne au nom des signes d’appartenance, d’affiliation religieuse, juive en l’occurence, que cette personne montre c’est indubitablement un acte d’hostilité envers cette religion. »

Si l’agression est antisémite, il s’interroge sur la signification du port de la kippa.

« Cela étant, il faut aussi se demander ce que signifie le fait de porter une kippa non pas pour la personne qui la porte (…) mais socialement est-ce qu’on affirme simplement une affiliation religieuse ou autre chose ? » s’interroge t-il.

A cette question, Brauman qualifié d’intellectuel, déclare que le port de la kippa « affirme autre chose » qui n’est pas de l’ordre de la religion mais de « l’affiliation politique ».

« Il y a une double signification, qui est attaché aujourd’hui au port de la kippa. Une affiliation à l’état d’Israël, un signe de fidélité à l’état d’Israël, mais aussi, et ça c’est beaucoup plus problématique, un signe d’allégeance à la politique de l’état d’Israël, » a affirmé Brauman sur Europe 1. L’on s’interroge donc comment Brauman aurait réagi avant la création de l’État d’Israël. Par ailleurs, nombre de juifs français étant de fait pro-Israéliens, ne portent pas la kippa excepté dans les endroits religieux.

Brauman relève que la réaction française actuelle qui vise à « exhiber » la kippa, est en contradiction avec ses positions antérieures sur la laïcité qui « refoulait » les signes ostentatoires de religion.

« Quand c’est une femme voilée qui se fait attaquer il s’agit au contraire d’écarter ces signes religieux, (…) il y a une contradiction, je pense qu’il y a deux poids, deux mesures. Ça me semble être un fait objectif, une réalité indiscutable. »

Pour illustrer ses propos Brauman fait référence aux deux députés, Claude Goasgen et Meyer Habib, qui se sont rendus à l’Assemblée Nationale en kippa, expliquant que ces deux mêmes députés ont sifflé Latifa Ibn Ziaten lorsque cette dernière est arrivée voilée, en signe de deuil dans l’hémicycle parlementaire. Ces deux députés n’ont pas été cités lorsque cet événement fâcheux s’est produit.

Brauman explique également que Claude Goasgen et Meyer Habib sont « deux amis de Netanyahu, ils le professent sans cesse. Ils sont des amis d’Israël et pas des amis de la communauté juive. D’ailleurs, moi je ne sais pas ce que c’est la communauté juive. Je connais des instituions juives, qui sont d’ailleurs d’abord des représentantes d’Israël, je demande aux spectateurs ce qu’ils penseraient si des institutions musulmanes se faisaient les représentantes d’un état islamique en France. C’est exactement ce que fait par exemple le Crif. »

Brauman indique que le Crif, en particulier, et les institutions juives qui lui sont attachées en général, représenteraient la politique de l’état d’Israël qu’il qualifie de « politique particulièrement nocive, dangereuse, raciste, une politique d’occupation. »

Revenant sur les déclarations de Manuel Valls lors des commémorations des attentats de l’Hyper cacher, selon Rony Brauman « Manuel Valls a décidé de se donner une allure de chef de guerre, et le chef de guerre, il cogne. »

Il qualifie la déclaration du Premier ministre « d’affligeante, de démagogique et de superficielle ». Selon le professeur, Manuel Valls devrait se renseigner sur les ennemis qui attaquent la France plus en profondeur.

Alors que les politiciens français appellent régulièrement à ne pas faire d’amalgames entre la communauté juive française et la politique israélienne, les déclarations du professeur Brauman apparaissent aux antipodes.

De son côté Eric Zemmour a qualifié, sur RTL, la kippa de « selfie-religieux, la vulgarité contemporaine du narcissisme et du consumérisme. »

Il a aussi assimilé le port de la kippa aujourd’hui au port de l’étoile jaune pendant la seconde guerre mondiale. Concluant que la kippa était aujourd’hui une revendication.

« Aujourd’hui, des représentants éminents du judaïsme français exigent leur signe distinctif (…), comme s’ils nous disaient désormais : ‘Je veux mon étoile jaune !' »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...