Petah Tikva : Du faux sang dans la fontaine Trump pour dénoncer l’annexion
Rechercher

Petah Tikva : Du faux sang dans la fontaine Trump pour dénoncer l’annexion

"L'annexion nous coûtera du sang", a-t-il été badigeonné sur le site, deux jours avant la date prévue par Netanyahu pour l'élargissement de la souveraineté en Cisjordanie

Du faux sang versé dans la fontaine de la place Donald Trump de Petah Tikva, en signe de protestation contre l'annexion en Cisjordanie (Capture d'écran via Twitter)
Du faux sang versé dans la fontaine de la place Donald Trump de Petah Tikva, en signe de protestation contre l'annexion en Cisjordanie (Capture d'écran via Twitter)

Une eau rouge coulait de la fontaine trônant sur la place Donald Trump à Petah Tikva, – du faux sang en signe de protestation contre l’éventuelle  annexion de la Cisjordanie par le Premier ministre Benjamin Netanyahu d’ici le 1er juillet.

La phrase « L’annexion nous coûtera du sang » a également été peinte en rouge sur le site.

Cet acte contestataire est le dernier d’une série de protestations contre le projet gouvernemental visant à étendre la souveraineté israélienne à certains territoires de Cisjordanie – une initiative qui devrait normalement être amorcée dès cette semaine – et qui laisse redouter de nouveaux éclats de violence.

« Il y a des initiatives sur lesquelles il est impossible de revenir. Nous n’oublierons jamais nos angoisses face aux attentats terroristes dans notre enfance », ont déclaré devant les caméras de la Douzième chaîne les personnes à l’origine de cette manifestation.

« L’annexion va entraîner une catastrophe sécuritaire et économique et cela à cause de tous ces politiciens qui jouent avec le feu au détriment des citoyens en période de crise économique », ont ajouté les organisateurs du mouvement de protestation.

Il est difficile pour le moment de dire si l’Etat juif va réellement amorcer le processus d’annexion et quelles sont les parties du territoire que le pays va chercher à intégrer.

L’armée israélienne serait en état d’alerte élevé dans un contexte de craintes croissantes portant sur d’éventuelles violences en Cisjordanie.

Selon les termes de l’accord de coalition conclu entre Netanyahu et le chef du parti Kakhol lavan, Benny Gantz, le mois dernier, le gouvernement pourra procéder à l’annexion des 132 implantations israéliennes et de la Vallée du Jourdain – les 30 % de la Cisjordanie alloués à Israël par la proposition de paix soumise par l’administration Trump – dès le 1er juillet. Ce plan prévoit également, sous conditions, la mise en place d’un État palestinien sur les 70 % restants de la Cisjordanie.

La perspective de l’annexion unilatérale a été condamnée dans le monde entier. Les pays européens, les Etats arabes et les membres les plus éminents du parti Démocrate américain ont mis en garde le gouvernement israélien contre une telle initiative.

La place de Petah Tikva qui porte le nom du président Donald Trump, le 3 juillet 2019 (Crédit : Roy Alima/Flash90)

La place Donald Trump est située près de la mairie de la ville. Elle accueille une fontaine et une sculpture illuminée qui incorpore les drapeaux israélien et américain. Un panneau placé sur le site dit que Trump a été « le premier à reconnaître Jérusalem en tant que capitale d’Israël ».

Un autre panneau qui avait été installé à l’entrée d’une nouvelle communauté, sur le plateau du Golan, qui porte également le nom du président Trump, en signe de remerciement après sa reconnaissance de la souveraineté israélienne sur ce territoire, a aussi été récemment vandalisé. Les lettres ont été majoritairement effacées.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...