Israël en guerre - Jour 284

Rechercher

Plus de 200 roquettes tirées sur le nord mercredi : Washington veut une « désescalade »

Le Hezbollah promet d'intensifier ses attaques après la mort de son principal commandant ; un chef de la Force Al-Qods iranienne affirme que le Hezbollah a un million de roquettes

Un système anti-missile tirant des missiles d'interception sur des roquettes lancées depuis le Liban, vu depuis la ville de Rosh Pina, dans le nord du pays, le 12 juin 2024. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)
Un système anti-missile tirant des missiles d'interception sur des roquettes lancées depuis le Liban, vu depuis la ville de Rosh Pina, dans le nord du pays, le 12 juin 2024. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)

Les États-Unis ont appelé mercredi à une « désescalade » le long de la frontière nord d’Israël après que le Hezbollah a lancé plus de 200 roquettes, son plus grand barrage dans la guerre en cours, en réponse à l’assassinat par Israël d’un haut commandant du groupe terroriste chiite libanais.

Le ministre de la Défense Yoav Gallant et son homologue américain Lloyd Austin ont discuté des efforts visant à « désamorcer les tensions le long de la frontière israélo-libanaise à la suite de l’agression accrue du Hezbollah libanais », selon un communiqué du Pentagone.

« Nous sommes préoccupés par l’augmentation des activités dans le nord. Nous ne voulons pas que cela dégénère en un vaste conflit régional et nous demandons instamment une désescalade », a déclaré un porte-parole adjoint du Pentagone aux journalistes après l’appel.

Le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah a tiré quelque 215 roquettes sur le nord d’Israël mercredi en réponse à la frappe qui a tué Taleb Sami Abdullah, son commandant le plus haut gradé à mourir de la main d’Israël depuis le début des affrontements il y a huit mois. Le groupe terroriste a commencé à lancer des attaques quotidiennes sur les communautés du nord le 8 octobre, expliquant qu’il le fait pour soutenir Gaza dans le cadre de la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas qui s’y déroule.

Les roquettes et leurs interceptions ont déclenché plusieurs incendies dans le nord, qui ont été maîtrisés par les pompiers dans la soirée.

Le Hezbollah a promis d’intensifier ses attaques le long de la frontière pour venger la mort d’Abdullah.

Un discours prononcé près du cercueil de Taleb Abdullah, connu sous le nom d’Abu Taleb, un haut commandant de terrain du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah qui a été tué dans une frappe israélienne, lors de ses funérailles dans la banlieue sud de Beyrouth, le 12 juin 2024. (Crédit : Anwar Amro/AFP)

« Notre réponse après le martyre d’Abu Taleb sera d’intensifier nos opérations en termes de sévérité, de force, de quantité et de qualité », a déclaré Hachem Saffieddine, haut responsable du Hezbollah, lors de la cérémonie funéraire d’Abdullah. « L’ennemi nous attendra sur le champ de bataille. »

Abdullah était à l’origine de nombreuses attaques contre le nord d’Israël au cours des huit derniers mois, principalement contre la ville de Kiryat Shmona, ainsi que contre d’autres villes et positions militaires en Galilée, en Haute-Galilée et sur le plateau du Golan, a déclaré l’armée israélienne.

Il est également considéré par Tsahal comme une « source de connaissances » ayant de nombreuses années d’expérience au sein du groupe terroriste. Abdullah a été impliqué dans la tentative d’enlèvement de 2005 à Ghajar et, lors de la guerre du Liban de 2006, il était le commandant de la région de Bint Jbeil.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a procédé à une évaluation de la sécurité dans la soirée « compte tenu de l’évolution de la situation dans le nord et de la réponse négative du Hamas concernant la libération des otages », a indiqué son bureau.

Un responsable de la Force Al-Qods du Corps des Gardiens de la Révolution islamique (CGRI) qui supervise les mandataires de Téhéran au Moyen-Orient, a déclaré à Foreign Policy dans un article publié mercredi que des missiles guidés de précision, des roquettes Katyusha à la précision accrue et des missiles antichars font partie de l’arsenal du Hezbollah, qui comprend plus d’un million de roquettes de différents types.

Si une guerre totale devait éclater entre Israël et le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah le long de la frontière nord du pays, le système de santé israélien pourrait s’effondrer et des pannes d’électricité prolongées pourraient devenir la norme si des milliers de roquettes sont lancées chaque jour sur Israël, avait rapporté la chaîne publique Kann en février, citant un document du ministère de la Santé.

À  LIRE : En état d’alerte depuis 6 mois, les hôpitaux prêts à réagir à une attaque iranienne

Dans la nuit de mercredi à jeudi, des avions de combat israéliens ont frappé plusieurs bâtiments utilisés par le Hezbollah à Ayta ash-Shab, dans le sud du Liban, a indiqué l’armée.

D’autres infrastructures du Hezbollah ont été bloquées à Aynata, a ajouté Tsahal.

Parallèlement, Tsahal a déclaré que les sirènes qui ont retenti jeudi matin dans les villes de Klil et Yehiam, dans le nord du pays, ont été déclenchées par un missile d’interception lancé sur une cible qui s’est avérée être une fausse identification.

Jusqu’à présent, les affrontements à la frontière ont causé la mort de dix civils du côté israélien, ainsi que celle de quinze soldats et réservistes de Tsahal. Plusieurs attaques ont également été lancées depuis la Syrie, sans faire de blessés.

Le Hezbollah a signalé que 342 de ses terroristes ont été tués par Israël depuis le 8 octobre, principalement au Liban, mais aussi en Syrie. Au Liban, 71 membres d’autres groupes terroristes, un soldat libanais et au moins 60 civils, dont trois journalistes, ont été tués.

Israël s’est montré ouvert à une solution diplomatique au conflit, mais en l’absence d’une telle solution, il a menacé d’entrer en guerre contre le Hezbollah pour rétablir la sécurité dans le nord d’Israël, où des dizaines de milliers de civils sont actuellement déplacés.

Bien que l’échelon politique n’ait pas encore pris de décision quant au lancement d’une opération au Liban et à la transformation de la bande de Gaza en front secondaire, l’armée a déclaré qu’elle continuait à cibler les commandants du Hezbollah qui sont à l’origine des attaques contre Israël.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.