Pneus crevés et graffiti dans un crime raciste contre un village palestinien
Rechercher

Pneus crevés et graffiti dans un crime raciste contre un village palestinien

Des voitures, des véhicules commerciaux vandalisés, des slogans demandant la peine de mort pour meurtre découverts peints sur les murs de village de Cisjordanie

Une voiture avec les pneus crevés et des Etoiles de David peintes à la bombe spray dans le village cisjordanien de Ras Karkar, le 21 février 2019. (Photo personnelle)
Une voiture avec les pneus crevés et des Etoiles de David peintes à la bombe spray dans le village cisjordanien de Ras Karkar, le 21 février 2019. (Photo personnelle)

Des vandales ont crevé les pneus de véhicules et gribouillé des graffiti sur des murs dans ce qui semble être un crime raciste dans le village palestinien de Ras Karkar, en Cisjordanie, a déclaré la police israélienne dans un communiqué jeudi.

Des pneus ont été retrouvés creuvés sur des voitures privées et des véhicules commerciaux. Des slogans ont été gribouillés sur des murs, dont « Peine de mort pour meurtre » et « le peuple d’Israël vit ».

La police et des experts scienfitiques, escortés par Tsahal, se préparaient à entrer dans le village, situé à 11 kilomètres au nord-ouest de la ville palestinienne de Ramallah, a déclaré la police.

L’incident s’est produit alors que les autorités israéliennes tenteraient de réprimer le nombre croissant d’attaques attribuées à des extrémistes juifs.

Des graffiti gribouillés sur un mur dans le village de Cisjordanie de Ras Karkar. On peut lire « Peine de mort pour meurtre », le 21 février 2019. (Israel Police)

La semaine dernière, les résidents d’Iskaka, autour de la ville cisjordanienne de Naplouse, ont découvert environ 20 voitures taguées à la bombe spray avec l’expression en hébreu « Traites qui couvrent des attaques terroristes ».

D’autres véhicules ont été tagués avec le nom de la victime du terrorisme Ori Ansbacher, mais aussi d’autres dont les familles ont affirmé qu’ils ont été les victimes de la violence palestinienne. Ansbacher, âgé de 19 ans, a été violée et assassinée dans une forêt de Jérusalem plus tôt ce mois dans ce que les autorités ont considéré être une attaque terroriste.

Il y a eu deux autres attaques similaires de vandalisme en Cisjordanie plus tôt ce mois.

Des Israéliens d’extrême droite justifient le fait de cibler des Palestiniens et des soldats israéliens dans des représailles pour les attaques terroristes et les actions du gouvernement israélien qui sont considérées comme étant hostiles au mouvement des implantations.

Le service de sécurité du Shin Bet serait préoccupé à l’idée que le meurtrier d’Ansbacher puisse alimenter une nouvelle flambée d’attaques d’étiquette de prix par des extrémistes juifs. La semaine dernière, le site d’information Ynet a annoncé que l’agence surveillait l’activité de plusieurs implantations, dont celle très dure à Yitzhar.

En décembre, le Bureau des Nations unies pour la Coordination des Affaires humanitaires a publié un rapport qui montrait une hausse de 69 % des attaques d’habitants d’implantations sur des Palestiniens en 2018 en comparaison avec 2017.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...