Israël en guerre - Jour 234

Rechercher
Analyse

Qui fournit des armes à Israël et qui a interrompu ses ventes depuis le 7 octobre ?

Des milliards de dollars de munitions continuent d'arriver des États-Unis malgré un arrêt partiel ; depuis janvier, les exportations d'armes allemandes ont ralenti et Rome a cessé d'accorder de nouvelles autorisations

Un C-17 américain chargé de caisses de munitions américaines destinées à Israël, sur la base aérienne de Nevatim, dans le désert israélien, le 13 octobre 2023. (Crédit : Lolita Baldor/AP)
Un C-17 américain chargé de caisses de munitions américaines destinées à Israël, sur la base aérienne de Nevatim, dans le désert israélien, le 13 octobre 2023. (Crédit : Lolita Baldor/AP)

Washington a suspendu l’envoi à Israël de bombes lourdes qui détruisent les bunkers et que l’armée israélienne utilise dans sa guerre contre les terroristes palestiniens du Hamas dans la bande de Gaza.

Le président américain Joe Biden a également averti publiquement Israël, pour la première fois, lors d’une interview sur CNN le 8 mai, que les États-Unis ne fourniraient plus d’armes si Tsahal menace d’attaquer la ville de Rafah à Gaza, car cela pourrait mettre en danger la vie de centaines de milliers de civils déplacés dans la région.

La guerre a éclaté le 7 octobre lorsque le groupe terroriste palestinien a lancé son assaut barbare et sadique sur les communautés du sud, tuant près de 1 200 personnes, pour la plupart des civils, et emportant 252 otages dans l’enclave.

Le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, affirme que près de 35 000 personnes auraient été tuées dans les combats jusqu’à présent, un chiffre qui ne peut être vérifié de manière indépendante et qui inclut quelque 15 000 terroristes du Hamas qu’Israël dit avoir tués au combat, en plus d’un millier de terroristes qui ont pris d’assaut Israël le 7 octobre.

Deux cents soixante douze soldats israéliens ont été tués dans la bande de Gaza depuis le 27 octobre, début de l’incursion terrestre.

Les États-Unis sont depuis longtemps, et de loin, le principal fournisseur d’armes de leur plus proche allié au Moyen-Orient, suivis par l’Allemagne et l’Italie.

Une épaisse fumée noire s’élevant de l’incendie d’un bâtiment causé par un bombardement israélien, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 10 mai 2024. (Crédit : AFP)

Deux pays, le Canada et les Pays-Bas, ont interrompu cette année leurs livraisons d’armes à Israël parce qu’ils craignaient qu’elles ne soient utilisées en violation du droit humanitaire international – faisant des victimes civiles et détruisant des zones résidentielles – dans la bande de Gaza.

Israël affirme qu’il ne vise pas les civils et que l’opération est axée sur l’élimination du Hamas. Il a fourni des preuves accablantes que le groupe terroriste palestinien s’est implanté parmi la population civile et qu’il utilise des infrastructures civiles pour stocker ses armes.

Voici quelques détails sur les fournisseurs d’armes d’Israël.

Les États-Unis

La suspension de la livraison d’armes à Israël comprenait 1 800 bombes de 907 kg et 1 700 bombes de 500 kg, d’une valeur de plusieurs dizaines de millions de dollars, selon des responsables américains. La décision a été prise en raison de préoccupations concernant « l’utilisation finale des bombes de 1 000 kg et l’impact qu’elles pourraient avoir dans des zones urbaines denses [comme Rafah]… « , a déclaré un responsable américain.

Toutefois, des milliards de dollars d’armes américaines sont toujours en cours de livraison à Israël, y compris des obus de chars et des kits qui transforment des bombes muettes en armes de précision, bien que le processus d’approbation ait ralenti, a déclaré le 9 mai le sénateur Jim Risch, principal républicain de la commission sénatoriale des Affaires étrangères.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken s’est abstenu de conclure, dans un rapport en attente et très critique adressé au Congrès sur la conduite d’Israël à Gaza, que ce dernier avait violé les conditions d’utilisation des armes américaines, a rapporté Axios le 9 mai.

En 2016, les États-Unis et Israël ont signé un troisième protocole d’accord décennal couvrant la période 2018-2028 et prévoyant 38 milliards de dollars d’aide militaire, 33 milliards de dollars de subventions pour l’achat d’équipements militaires et 5 milliards de dollars pour des systèmes de défense anti-missile. Israël a reçu 69 % de son aide militaire des États-Unis pour la période 2019-2023, selon une fiche d’information publiée en mars par l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI).

Un garçon montant un âne près d’une batterie du système de défense anti-missile « Dôme de fer », dans un village bédouin non reconnu dans le sud du Néguev, le 14 avril 2024. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

Israël est le premier opérateur international de l’avion de combat américain F-35 Joint Strike Fighter, considéré comme l’avion de combat le plus avancé technologiquement jamais fabriqué, et avait pris livraison de 36 des 75 F-35 en commande l’année dernière, les payant avec l’aide des États-Unis.

Les États-Unis ont également aidé Israël à développer son système de défense anti-missile « Dôme de fer » contre les roquettes à courte portée, mis au point après la guerre de 2006 entre Israël et le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, soutenu par l’Iran. Les États-Unis ont envoyé à de nombreuses reprises à Israël des centaines de millions de dollars pour l’aider à reconstituer les missiles intercepteurs du système.

Washington a contribué au financement du développement du système de défense anti-missile israélien Fronde de David, conçu pour abattre des roquettes tirées à des distances de 100 km à 200 km.

L’Allemagne

Les autorisations allemandes d’exportation de matériel de défense vers Israël ont presque décuplé en 2023 par rapport à 2022, pour atteindre 326,5 millions d’euros, Berlin ayant traité les demandes d’autorisation en priorité après le massacre du 7 octobre perpétré par le Hamas.

Cependant, depuis le début de l’année, alors que les critiques internationales sur la guerre d’Israël à Gaza s’intensifient, le gouvernement allemand semble avoir approuvé beaucoup moins d’exportations d’armes de guerre vers Israël. Des livraisons d’une valeur de 32 449 euros seulement ont été autorisées jusqu’à présent, a déclaré le ministère de l’Économie le 10 avril, en réponse à une question posée au Parlement par un législateur de gauche.

L’Allemagne fournit principalement à Israël des composants pour les systèmes de défense aérienne et des équipements de communication, selon l’agence de presse allemande DPA, qui a rapporté pour la première fois les chiffres pour 2023.

Parmi les armes exportées figurent 3 000 armes anti-chars portables et 500 000 munitions pour armes à feu automatiques ou semi-automatiques. L’Allemagne a fourni environ 30 % de l’aide militaire d’Israël en 2019-23, selon les chiffres du SIPRI.

L’Italie

Une source du ministère des Affaires étrangères a confirmé le 9 mai que l’Italie avait cessé d’approuver de nouvelles exportations depuis le début de la guerre de Gaza. « Tout s’est arrêté. Et les dernières commandes ont été livrées en novembre », a déclaré la source à Reuters.

En vertu de la législation italienne, les exportations d’armes sont interdites vers les pays qui font la guerre et ceux qui sont considérés comme violant les droits de l’Homme internationaux.

En mars, le ministre de la Défense, Guido Crosetto, avait déclaré que l’Italie continuait d’exporter des armes vers Israël, mais que seules les commandes signées antérieurement étaient honorées, après vérification que les armes ne seraient pas utilisées contre les civils de Gaza.

Le ministre italien de la Défense, Guido Crosetto, sur la place Saint-Pierre, au Vatican, le 16 septembre 2023. (Crédit : Alessandra Tarantino/AP)

Pour le seul mois de décembre, l’Italie a envoyé pour 1,3 million d’euros d’armes à Israël, soit trois fois plus qu’au cours du même mois en 2022.

L’Italie a fourni 0,9 % des armes importées par Israël en 2019-23, selon le rapport du SIPRI, qui comprendrait des hélicoptères et de l’artillerie navale.

La Grande-Bretagne

La Grande-Bretagne n’est pas l’un des plus grands fournisseurs d’Israël. Contrairement aux États-Unis, le gouvernement britannique ne donne pas d’armes directement à Israël, mais accorde des licences aux entreprises pour qu’elles les vendent – souvent des composants dans les chaînes d’approvisionnement américaines, comme pour les jets F-35.

L’année dernière, la Grande-Bretagne a accordé des licences d’exportation pour la vente d’au moins 52,5 millions de dollars d’équipements de défense à Israël – principalement des munitions, des véhicules aériens sans pilote, des munitions pour armes légères et des composants pour avions, hélicoptères et fusils d’assaut.

Le Premier ministre Rishi Sunak a déclaré jeudi au Parlement que la Grande-Bretagne appliquait l’un des régimes de contrôle des licences les plus stricts au monde et qu’elle examinait périodiquement les avis concernant l’engagement d’Israël à respecter le droit humanitaire. « En ce qui concerne les licences d’exportation, l’évaluation la plus récente n’a pas changé », a-t-il affirmé.

Certains partis d’opposition de gauche ont demandé au gouvernement de révoquer les licences d’exportation face au nombre croissant de morts à Gaza et de publier les avis juridiques utilisés pour parvenir à l’évaluation selon laquelle les exportations d’armes pouvaient se poursuivre.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.