Rejoignant la mutinerie du Labour, le maire de Londres juge Corbyn inéligible
Rechercher

Rejoignant la mutinerie du Labour, le maire de Londres juge Corbyn inéligible

Dans une volte-face spectaculaire, Sadiq Khan affirme que le dirigeant du parti a montré son inaptitude pendant le Brexit et soutient son concurrent Owen Smith

Sadiq Khan pendant sa cérémonie de prestation de serment en la cathédrale Southwark, dans le centre de Londres, le 7 mai 2016. (Crédit : AFP/Pool/Yui Mok)
Sadiq Khan pendant sa cérémonie de prestation de serment en la cathédrale Southwark, dans le centre de Londres, le 7 mai 2016. (Crédit : AFP/Pool/Yui Mok)

Le maire de Londres, Sadiq Khan, a ajouté samedi sa voix au chœur des politiciens travaillistes appelant à évincer le dirigeant du parti, Jeremy Corbyn. Il a soutenu son concurrent, Owen Smith.

Dans un éditorial pour le Guardian, Khan a déclaré que Corbyn avait échoué à empêcher la sortie de l’Union européenne (UE) du Royaume-Uni, et a prévenu que son parti pourrait être battu dans les urnes dans une élection pour le Premier ministre.

« Dans toutes les mesures disponibles, si Jeremy reste le dirigeant, le Labour ne gagnera très probablement pas les élections. Les espoirs des membres qui ont rejoint notre parti seront à nouveau réduits à néant. Jeremy a déjà montré qu’il était incapable d’organiser une équipe efficace, et a échoué à gagner la confiance et le respect du peuple britannique », a écrit Khan.

« Pendant toute la campagne et ses suites, Jeremy a échoué à montrer le leadership dont nous avons désespérément besoin. Sa position sur l’adhésion à l’UE n’a jamais été clair, et les électeurs ne l’ont pas cru », a-t-il ajouté.

Jeremy Corbyn, dirigeant du Labour britannique, répond aux questions de la commission des Affaires domestiques sur l'antisémitisme, au parlement britannique, le 4 juillet 2016. (Crédit : capture d'écran parliamentlive.tv)
Jeremy Corbyn, dirigeant du Labour britannique, répond aux questions de la commission des Affaires domestiques sur l’antisémitisme, au parlement britannique, le 4 juillet 2016. (Crédit : capture d’écran parliamentlive.tv)

Le maire n’a pas abordé le scandale antisémite et anti-Israël qui a secoué le parti cette année, entraînant une purge de membres ayant affiché des positions vues comme haineuses envers les juifs et/ou l’Etat juif, déclenchant des appels à la démission de Corbyn.

Ces appels ont majoritairement été diminués après l’élection de Khan, premier maire musulman de Londres, en mai 2016, mais Corbyn a à nouveau affronté une mutinerie au sein de son parti en juin après le vote favorable à la sortie de l’UE.

Contrairement à son homologue conservateur David Cameron, qui a démissionné de son poste de Premier ministre suite à l’élection, Corbyn a promis de rester, accusant de son échec à faire entendre le message du parti sur les membres travaillistes non coopératifs.

« Les sondages sur la personne de Jeremy sont les pires qu’ait jamais obtenu un chef de l’opposition, et le Labour en souffre énormément. Il a perdu la confiance de plus des 80 % des députés travaillistes, et je crains que nous ne puissions tout simplement pas nous permettre de continuer ainsi », a écrit Khan.

Khan était jusqu’à récemment un des soutiens les plus hauts places au sein du parti de Corbyn, et sa dramatique volte-face renforcera probablement les efforts de Smith pour prendre le contrôle du parti.

Owen Smith, candidat à la tête du Labour contre Jeremy Corbyn, pendant un discours sur le système de santé public au l'université de  Salford, dans le nord ouest de l'Angleterre, le 15 août 2016. (Crédit : AFP/Paul Ellis)
Owen Smith, candidat à la tête du Labour contre Jeremy Corbyn, pendant un discours sur le système de santé public au l’université de Salford, dans le nord ouest de l’Angleterre, le 15 août 2016. (Crédit : AFP/Paul Ellis)

Les bulletins de vote pour l’élection à la tête du parti devraient être envoyés aux 500 000 membres du parti cette semaine, et les résultats sont attendus fin septembre.

Smith s’est déclaré « très honoré » du soutien de Khan, a annoncé le Guardian.

Corbyn n’a pas encore réagi. Il a été mis en difficulté, entre autres, pour son soutien aux groupes terroristes du Hamas et du Hezbollah.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...