Rechercher

Sortie d’Omicron : Israël abroge la quasi totalité des règles sanitaires

Seules trois restrictions subsistent : les masques dans les espaces publics intérieurs, le passeport vert pour entrer dans les maisons de retraite et les tests PCR à l'arrivée

Le personnel médical analyse les tests PCR COVID-19 dans un laboratoire des services de santé Clalit à Jérusalem, le 22 juillet 2021.(Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Le personnel médical analyse les tests PCR COVID-19 dans un laboratoire des services de santé Clalit à Jérusalem, le 22 juillet 2021.(Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

L’état d’urgence national provoqué par la pandémie en Israël qui dure depuis deux ans, prendra fin mardi, car les cas sont en chute libre, les services hospitaliers se vident, et un expert de haut niveau affirme qu’il « n’y a pas de nuage à l’horizon, pour l’instant ».

Israël a supprimé mardi la quasi-totalité de ses règles sanitaires COVID-19 suite à la récente vague d’infections, n’en laissant que quelques-unes en place pour éviter un retournement de situation.

Alors que le pays passe à un statut plus souple, la règle la plus notable qui subsiste est l’obligation de porter un masque dans les espaces publics intérieurs. L’obligation actuelle de porter un masque dans certains grands rassemblements en plein air est annulée.

En outre, le passeport vert, accordé aux personnes vaccinées, guéries ou récemment testées négatives au coronavirus, ne sera plus nécessaire que pour entrer dans les maisons de retraite.

Selon les nouvelles directives, les touristes vaccinés et non vaccinés de tous âges seront autorisés à entrer dans le pays, à condition qu’ils soumettent un test PCR négatif avant l’embarquement et à un autre à l’atterrissage en Israël. Les citoyens n’auront plus besoin de passer un test avant de rentrer chez eux (bien que certaines compagnies aériennes imposent toujours un test) et n’auront qu’à passer un test à leur arrivée.

L’obligation pour les enfants des collèges et lycées, de passer régulièrement des tests antigéniques à la maison, prendra fin, et sera annulée pour les enfants plus jeunes le 10 mars.

Les passeports verts existants seront prolongés jusqu’au 31 mai pour les personnes qui ont reçu au moins trois doses de vaccin ou une injection au cours des six derniers mois. Les personnes qui se sont rétablies du COVID-19 peuvent obtenir un laissez-passer vert pour les six mois suivant leur guérison, également valable jusqu’au 31 mai.

Ces changements surviennent lorsque le nombre de nouveaux cas quotidiens est à présent moins d’un neuvième de ce qu’il était il y a un mois.

Le professeur Nadav Katz, qui fait partie d’une équipe interdisciplinaire de l’Université hébraïque qui a modélisé les statistiques tout au long de la pandémie, a déclaré dimanche au Times of Israël que les chiffres baissent comme cela avait été prévu et espéré, et il est très clair que nous avons largement dépassé le sommet de la vague.

Les chiffres continueront de baisser et même s’il existe de nouveaux variants, aucun d’entre eux ne représente un « nuage à l’horizon » qui devrait frapper l’immunité nouvellement renforcée d’Israël, a-t-il dit.

Après tant de personnes infectées par Omicron, les experts, y compris ceux de l’équipe de Katz, s’attendent à ce que l’immunité généralisée renforce l’immunité vaccinale pour protéger Israël d’une vaste épidémie dans un proche avenir, même avec de nouveaux variants.

Une femme subit un test antigène rapide à Tel Aviv, le 4 janvier 2022 (Tomer Neuberg/Flash90)

Lorsque la dernière vague était à son apogée, la moyenne mobile des nouveaux diagnostics quotidiens était environ 75 000. Le nombre actuel de nouveaux cas de coronavirus s’élève à 10 082 par jour.

En janvier, il y avait plus d’un demi-million de personnes infectées, soit un Israélien sur vingt, alors qu’à présent le nombre est descendu à 77 052.

Le graphique ci-dessous montre l’évolution quotidienne des diagnostics positifs au Covid. L’axe horizontal indique la date et l’axe vertical le nombre de nouveaux diagnostics positifs quotidiens, la courbe rouge représente une moyenne mobile.

Graphique montrant chaque jour le nombre de test positifs au Covid en Israël de Novembre 2021 à Février 2022.
L’axe horizontal montre la date, l’axe vertical le nombre de nouveaux cas positifs chaque jour, la courbe rouge représente une moyenne mobile. (Ministère de la Santé Israël)

La dernière vague a fait grimper le nombre de décès en Israël. Quand le variant Omicron a été découvert, le nombre de décès s’élevait à un peu moins de 8 200. Maintenant, ce nombre est 10 126, après environ 65 décès par jour au début de février, selon une moyenne mobile. Maintenant, le taux de mortalité quotidien, basé sur une moyenne mobile, est de 20.

Le graphique suivant montre le nombre de décès quotidiens en vert, la moyenne mobile est en rouge. La date figure sur l’axe horizontal, l’axe vertical indique le nombre de décès quotidiens.

Graphique indiquant le nombre de décès quotidiens en vert, la moyenne mobile est en rouge.
La date figure sur l’axe horizontal, le nombre de décès sur l’axe vertical. (Ministère de la Santé, Israël)

Dans les services hospitaliers, il y a toujours un décalage entre une diminution du nombre de nouveaux cas diagnostiqués et une diminution significative du nombre de patients. En effet, après qu’une personne attrape le coronavirus, si son état de santé se détériore quelque jours plus tard, c’est seulement à ce moment qu’elle est susceptible d’être hospitalisée.

Toutefois, les hôpitaux sont maintenant sortis de la période de crise, avec 1 391 patients atteints du coronavirus au total, alors qu’il y a trois semaines, ce nombre était approximativement celui des patients graves. Le nombre de patients sérieux a presque diminué de moitié depuis le 6 février, passant de 1242 à 620.

Le graphique suivant montre l’augmentation et la diminution du nombre de patients au cours de la vague, les patients sérieux sont en bleu ciel, les patients modérés en vert  et les patients en bon état de santé en bleu foncé. L’axe horizontal indique la date et l’axe vertical indique le nombre de patients.

Le graphique suivant montre l’augmentation et la diminution du nombre de patients au cours de la vague, les patients sérieux se trouvant en bas en bleu ciel, les patients modérés en vert  et les patients en bon état de santé en bleu foncé. L’axe horizontal indique la date et l’axe vertical indique le nombre de patients.(Ministère de la Santé israélien)

La variable R indique le nombre de personnes sont infectées par chaque patient qui a été diagnostiqué contaminé. Elle est passée de 2.0 en décembre 2021, à 0.68 en février 2022.

Les décideurs sont attentifs à l’évolution de cette variable, car elle représente une bonne indication de la croissance ou de la diminution du nombre de cas, selon qu’il est inférieur ou supérieur à un. Il a atteint 1 le 8 novembre, quand Israël faisait face à des cas de plus en plus nombreux, ceci avant l’apparition du variant Omicron fin Novembre. La variable R a augmenté jusqu’au début février, mais est maintenant descendue à 0,68, ce qui est une indication favorable quant à la fin de la vague de contamination.

Graphique indiquant l’évolution de la variable R L’axe vertical indique le nombre de personnes infectées par chaque patient qui a été diagnostiqué contaminé, l’axe horizontal indique la date. (Ministère de la Santé israélien)

Le professeur Nadav Katz a précisé qu’il n’y a aucun moyen de savoir si la pandémie se termine ou si les gens devraient simplement prévoir un répit prolongé. Cependant, il a souligné que les cas sont peu susceptibles de disparaître complètement.

« Il est probable que les cas de coronavirus se poursuivent à un faible niveau, ce qui est exactement ce que nous avons voulu dire lorsque nous avions envisagé de vivre avec le virus. »

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...