Tcholent et hallah au menu: Un espace de co-travail high-tech au goût des Haredi
Rechercher
Ein Kemach Ein Torah

Tcholent et hallah au menu: Un espace de co-travail high-tech au goût des Haredi

Ampersand, un espace de coworking non mixte pour ultra-orthodoxes, veut doubler sa capacité alors que de nouveaux entrepreneurs entrent sur la scène israélienne en pleine expansion

Moshe Friedman de KamaTech, (à gauche), participant à un happy hour à Ampersand, un espace de travail partagé Haredi à Bnei Brak, le 4 juillet 2019. (Shoshanna Solomon/Times of Israel)
Moshe Friedman de KamaTech, (à gauche), participant à un happy hour à Ampersand, un espace de travail partagé Haredi à Bnei Brak, le 4 juillet 2019. (Shoshanna Solomon/Times of Israel)

Il y a de l’agitation lorsque la nourriture arrive à Ampersand, un espace de travail partagé au 21e étage d’une tour de Bnei Brak, une ville située à la périphérie de Tel Aviv. Il est presque 13h30 un jeudi, l’heure de l’apéro, quelque chose que beaucoup d’espaces de travail partagés organisent pour marquer la fin de la semaine.

Mais à cette happy hour, au lieu du vin, du fromage et des sandwichs, il y a du tcholent chaud – un ragoût de haricots et de viande que l’on mange traditionnellement le jour du Shabbat juif – avec de la hallah, du pain fraîchement cuit, des bières et des boissons froides.

C’est un peu comme un kiddouch après les offices à la synagogue le samedi.

Les femmes, dont beaucoup portent des perruques ou d’autres couvre-chefs, affluent vers l’une des tables, tandis que les hommes, certains avec des papillotes, se serrent les uns contre les autres. Il y a deux éviers dans la cuisine : un pour laver les assiettes et les couverts pour les produits laitiers et un autre pour la viande, conformément aux règles alimentaires juives. De même, il y a trois micro-ondes : un pour réchauffer la viande ou le poulet, un pour les produits à base de lait et un troisième pour les produits dont le statut casher est suspecté.

Happy hour avec tcholent et hallah à l’Ampersand espace de travail partagé à Bnei Brak, le 4 Juillet 2019. (Shoshanna Solomon/Times of Israel)

Ampersand a été créé l’année dernière par KamaTech, une organisation à but non lucratif qui cherche à intégrer la population ultra-orthodoxe d’Israël dans l’industrie high-tech en plein essor du pays.

L’espace de travail partagé répond aux besoins des entrepreneurs et des travailleurs du secteur high-tech ultra-orthodoxes, ou Haredi, en offrant des espaces de travail séparés pour les femmes et les hommes, une cuisine casher et un espace pour la prière.

L’initiative de l’espace de travail a connu un tel succès, a déclaré Moshe Friedman, PDG de KamaTech, qu’il prévoit maintenant de doubler sa taille en prenant un étage supplémentaire par rapport à l’espace original.

De plus, KamaTech a reçu des demandes de communautés orthodoxes aux Etats-Unis pour mettre en place des espaces de travail similaires localement, a-t-il dit. La première étape du développement du centre orthodoxe de Bnei Brak, cependant, sera Jérusalem, suivie de Beit Shemesh.

Riki Gutman, 40 ans, conseillère en marketing et rédactrice publicitaire qui gère le contenu des sites Web et des pages de réseaux sociaux, travaille dans la section réservée aux femmes d’Ampersand, l’espace de travail partagé créé par KamaTech, le 4 juillet 2019. (Shoshanna Solomon/Times of Israel)

Riki Gutman, 40 ans, conseillère en marketing et rédactrice publicitaire qui gère le contenu de sites Web et de pages de réseaux sociaux, travaillait sur son ordinateur portable dans la section réservée aux femmes de Ampersand. La plupart de ses clients viennent de la communauté Haredi, dit-elle, la tête couverte, conformément à la stricte règle religieuse imposée aux femmes mariées. Elle vient au bureau tous les jours, à 40 minutes de chez elle, dans la ville religieuse d’Elad, à environ 25 kilomètres à l’est de Tel Aviv. Elle a besoin de tranquillité pour travailler, dit-elle en riant ; elle a huit enfants à la maison.

« L’environnement de travail ici est favorable », dit-elle. « Vous pouvez trouver des collaborations, établir des contacts professionnels, c’est un endroit pour faire des réunions. »

La mission de KamaTech est de former des hommes et des femmes Haredi et de les placer dans des emplois de haute technologie. Pour ce faire, l’entreprise a recruté des géants de la technologie tels que Google, Facebook, Mobileye et des sociétés de capital-risque opérant en Israël, les poussant à diversifier leurs effectifs avec des candidats d’un secteur qui a été mis à l’écart par le boom technologique.

Depuis sa création en 2013, KamaTech a contribué à placer quelque 1 000 Haredim dans certaines des plus grandes entreprises technologiques opérant en Israël, a déclaré M. Friedman. L’organisation dispose maintenant d’une base de données de quelque 1 300 entrepreneurs Haredi qui tentent de créer des entreprises, alors qu’il n’y en avait presque pas il y a cinq ou six ans, a-t-il dit.

« Nous avons créé ce marché », dit Friedman. « 95 % des entrepreneurs Haredi le font par notre intermédiaire ».

Chapeaux sur un mur, à Ampersand, l’espace de travail partagé mis en place par KamaTech, le 4 juillet 2019. (Shoshanna Solomon/Times of Israel)

En complément de ses activités de placement, KamaTech a mis en place un accélérateur de démarrage pour accélérer le développement des startups Haredi. « Chaque année, nous choisissons 10 startups auxquelles nous croyons », a déclaré Friedman. KamaTech leur offre le mentorat, la formation et les conseils de grandes entreprises technologiques comme Wix, Taboola et Outbrain, les aide à obtenir des fonds auprès d’investisseurs et d’entités gouvernementales et les aide à élaborer leur stratégie de croissance.

L’accélérateur en est maintenant à sa cinquième année. Il a favorisé la création de 40 nouvelles entreprises qui ont réussi à lever quelque 150 millions de dollars au total et qui emploient quelque 600 travailleurs, a-t-il dit.

Ampersand a été mis sur pied pour offrir à ces nouveaux entrepreneurs un lieu de travail, de connexion, de réseautage et de participation à des ateliers et des conférences. Et de participer à un happy hour sur mesure. Le centre est soutenu financièrement par un certain nombre de sponsors, au premier rang desquels le Professeur Amnon Shashua, co-fondateur de Mobileye, un fabricant israélien de technologies de conduite autonome, acquis par Intel Corp. en 2017.

Un fléchage identifie l’évier des produits lactés et indique le chemin vers celui des produits carnés à Ampersand, un espace de travail partagé créé par KamaTech, le 4 juillet 2019. (Shoshanna Solomon/Times of Israel)

Friedman se trouvait sur la terrasse ensoleillée de l’espace de travail et reprenait volontiers son idée. Tout comme le bâtiment se trouve à la frontière entre Bnei Brak, l’une des villes les plus pauvres d’Israël, peuplée principalement de Juifs ultra-orthodoxes, et Tel Aviv, la Mecque high-tech séculière du pays, ainsi KamaTech peut-il établir un pont entre ces deux univers, a-t-il déclaré, agitant les bras dans la direction de leurs toits respectifs.

L’industrie high-tech israélienne en plein essor, moteur de croissance pour l’économie, a un déficit de 12 000 à 15 000 travailleurs qualifiés par an. L’exploitation des populations qui ont été largement mises à l’écart par l’industrie – Arabes, Haredim et femmes – est considérée comme un moyen essentiel de maintenir l’élan technologique.

Ampersand, l’espace de co-travail mis en place par KamaTech, le 4 juillet 2019. (Shoshanna Solomon/Times of Israel)

La communauté ultra-orthodoxe est l’une des plus pauvres du pays, car les hommes ont tendance à étudier la Torah et à ne pas travailler, tandis que les femmes sont traditionnellement les gagne-pain de la famille. En 2017, les ultra-orthodoxes représentaient 9 % de la population d’Israël, selon les données du Bureau central des statistiques, mais ils devraient atteindre 29 % en 2059 grâce à un taux de natalité élevé.

Par ailleurs, selon les données gouvernementales de 2015, la dernière année pour laquelle des chiffres sont disponibles, les ultra-orthodoxes ne représentaient que 0,7 % de la main-d’œuvre dans le secteur high-tech.

Des entrepreneurs Haredi font la prière de l’après-midi à Ampersand, un espace de co-working mis en place par KamaTech, le 4 juillet 2019. (Shoshanna Solomon/Times of Israel)

Adi Weitz, 42 ans, travaillait sur son site Web, Easy Kosher Travel, qui indique aux Juifs qui respectent les restrictions alimentaires religieuses les restaurants casher, les synagogues et les sites du patrimoine juif du monde entier.

Weitz, qui préférait ne pas être photographiée, a expliqué qu’elle était en contact avec les communautés juives locales qui l’aidaient à obtenir les informations dont elle avait besoin.

Ysrael Gurt, directeur de la technologie et cofondateur de la start-up Reflectiz, basée sur la cybersécurité, à Ampersand, l’espace de co-working créé par KamaTech, le 4 juillet 2019. (Shoshanna Solomon/Times of Israel)

Ysrael Gurt, qui travaille également à Ampersand, a été inclus l’année dernière dans la liste des personnalités de Forbes « 30 under 30 » pour ses compétences en cybersécurité et en piratage. Gurt travaille aujourd’hui en tant que directeur de la technologie et co-fondateur de la start-up Reflectiz, qui a mis au point une technologie permettant de surveiller et d’analyser les sites Web à la recherche d’informations, d’activités et de comportements.

Un autre locataire d’Ampersand, Yehuda Bloy, 30 ans, a créé il y a un an le site Menivim.net, un marché en ligne pour l’immobilier commercial.

De gauche à droite : Hezi Nager Eli Maman, cofondateur de Tranzit, Moshe Friedman, PDG de KamaTech, et Shraga Kazatchkov, 21 ans, directeur de la technologie de Transit ; à Ampersand, l’espace de travail partagé créé par KamaTech, le 4 juillet 2019. (Shoshanna Salomon / Times of Israel)

Eli Maman loue quelques bureaux de l’espace de travail pour la startup qu’il a cofondée, Tranzit, qui est composée de 10 employés et qui se veut un service comme Gett ou Uber, l’application de covoiturage pour les déménagements.

Son collègue, Hezi Nager, a travaillé dans l’industrie du transport pendant 13 ans, et Shraga Kazatchkov, 21 ans, directeur de la technologie de la startup, est un développeur full stack depuis l’âge de 15 ans, ce qu’il a appris seul aux Etats-Unis tout en étudiant à la yeshiva.

« La quantité de talents, d’énergie et d’opportunités dans le monde Haredi est énorme », a affirmé Friedman. « Mais nous devons les mettre en contact avec des mentors, des investisseurs, des employeurs. Nous n’en sommes qu’au début. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...