Tsahal se prépare au prochain round, le Hamas organise un défilé de la victoire
Rechercher

Tsahal se prépare au prochain round, le Hamas organise un défilé de la victoire

Les responsables de la Défense préviennent que le cessez-le-feu est très instable, pourrait rapidement se transformer à nouveau en conflit

Des membres de l'aile militaire du groupe terroriste Hamas défilent à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 27 mai 2021, alors que le Hamas revendique la victoire à l'issue d'un conflit de 11 jours avec Israël. (Crédit : SAID KHATIB / AFP)
Des membres de l'aile militaire du groupe terroriste Hamas défilent à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 27 mai 2021, alors que le Hamas revendique la victoire à l'issue d'un conflit de 11 jours avec Israël. (Crédit : SAID KHATIB / AFP)

Une semaine après qu’un cessez-le-feu a mis fin à 11 jours d’hostilités entre Israël et le Hamas, Tsahal se préparerait déjà aux prochains combats, des hauts responsables de l’armée se déclarant préoccupés par une escalade imminente de la violence de la part du groupe terroriste basé à Gaza.

Selon la Treizième chaîne, de hauts responsables de la Défense avaient qualifié le cessez-le-feu de « très instable ».

L’avertissement est survenu alors que le Hamas présentait une partie de son artillerie lors d’un défilé de victoire à Khan Younis, au sud de Gaza.

Alors que la classe politique israélienne a pratiquement déclaré la victoire dans l’opération “Gardien des Murs”, de hauts responsables de Tsahal ont fait valoir qu’à ce stade, il est impossible de déterminer dans quelle mesure le Hamas a été dissuadé d’attaquer dans le futur, et à quel point les dommages dans la bande de Gaza seraient susceptibles d’affecter sa décision de lancer une autre campagne prochainement.

Le chef d’état-major de Tsahal Aviv Kohavi, lors d’une conférence de presse après le cessez-le-feu avec Gaza, le 21 ma1 2021. (Screenshot)

Jeudi, le chef d’état-major de Tsahal, Aviv Kohavi, a déclaré que les combats entre l’armée et le groupe terroriste Hamas, au pouvoir à Gaza, avaient pris fin avec un avantage décisif pour Israël.

« L’opération s’est soldée par un net avantage pour Tsahal, et le Hamas, qui a déclenché une guerre en tant que prétendu défenseur de Jérusalem, l’a achevée en tant que destructeur de Gaza », a déclaré Kohavi dans un discours aux gradués de l’académie de l’armée.

Il a vanté les « nombreux accomplissements » d’Israël dans la campagne par rapport aux réalisations militaires « limitées » du Hamas, dont la plupart étaient d’après lui psychologiques.

Dans le même temps, il a ajouté que Tsahal tirait les leçons du combat et que « nous nous préparons déjà pour la prochaine campagne ».

Des partisans palestiniens de la branche militaire du groupe terroriste Hamas assistent à un défilé à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 27 mai 2021, alors que le Hamas revendique la victoire à l’issue d’un conflit de 11 jours avec Israël.(SAID KHATIB / AFP)

Pendant ce temps à Gaza, le Hamas a organisé jeudi un défilé militaire pour célébrer ce qu’il appelle la « victoire de la résistance », au cours de laquelle le groupe a présenté divers systèmes d’armement utilisés dans les combats contre Israël.

Le défilé, qui a attiré une grande foule de partisans, a eu lieu à Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza.

Le chef du Hamas à Gaza, Yahya Sinwar, a été photographié sur un canapé dans ses bureaux bombardés.

Le chef du Hamas à Gaza, Yahya Sinwar, assis dans son bureau bombardé à Gaza, le 27 mai 2021 (Autorisation)

L’Égypte a invité Israël, le Hamas et l’Autorité palestinienne à des pourparlers séparés visant à consolider le cessez-le-feu, a déclaré jeudi un responsable des renseignements égyptiens. Les pourparlers porteraient également sur l’accélération du processus de reconstruction à Gaza.

« Nous recherchons une trêve à long terme, qui permettrait de poursuivre les discussions et éventuellement des pourparlers directs », a déclaré le responsable, qui avait une connaissance approfondie de la procédure ayant conduit au cessez-le-feu, et qui a parlé sous couvert d’anonymat, n’étant pas autorisé à s’entretenir avec la presse.

Mercredi, Kan News a rapporté qu’Israël exigerait que de tels pourparlers incluent des discussions sur le retour de civils israéliens, ainsi que des corps de deux soldats de Tsahal détenus par le Hamas depuis près de sept ans.

Des policiers et des sauveteurs sur les lieux d’une frappe de roquette à Ramat Gan le 15 mai 2021 (Crédit : Gili Yaari / Flash90)

Hadar Goldin et Oron Shaul, soldats de Tsahal, ont été tués au cours de la guerre de l’été 2014 avec le Hamas, tandis que le civil Avera Mengistu a été capturé après être entré à Gaza de son propre chef la même année. Mengistu souffrirait de troubles de la santé mentale. Hisham al-Sayed, un deuxième civil, est entré dans la bande de Gaza en 2015 et y est détenu depuis lors.

Selon le rapport, un responsable militaire égyptien anonyme s’est rendu en Israël la semaine dernière pour discuter de l’initiative, mais aucune date pour le sommet proposé n’a été fixée. Kan a en outre rapporté qu’Israël avait fixé deux conditions à sa participation : que les pourparlers avec le Hamas et l’Autorité palestinienne se déroulent séparément, et que chaque étape du processus de reconstruction de Gaza soit liée à l’avancement du retour des captifs.

Bien que Tsahal affirme avoir porté un coup important aux capacités militaires du Hamas et démantelé ses stratégies clé en attaquant son réseau de tunnels souterrains à l’intérieur de la bande de Gaza, il reconnaît que le groupe terroriste a toujours des milliers de roquettes dans ses arsenaux et pourrait facilement décider de les utiliser à nouveau.

Des partisans palestiniens de la branche militaire du groupe terroriste Hamas assistent à un défilé à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 27 mai 2021, alors que le Hamas revendique la victoire à l’issue d’un conflit de 11 jours avec Israël.(SAID KHATIB / AFP)

Peu de temps avant l’entrée en vigueur du cessez-le-feu, le chef des opérations de Tsahal, le major général Aharon Haliva, a déclaré que le conflit serait considéré comme un succès pour Israël s’il apportait cinq ans de calme à Gaza.

Mais les responsables des renseignements ont précisé mercredi qu’il ne s’agissait pas d’une estimation de la durée du cessez-le-feu, juste d’un baromètre pour évaluer le résultat de la campagne, connue sous le nom d’opération Gardien des murs.

Cherchant à établir un narratif pour expliquer les combats à leur peuple, les dirigeants du Hamas ont annoncé leur victoire dans le conflit, l’atteinte d’un bon nombre de leurs objectifs venant légitimer cette revendication.

Tout au long des combats, le groupe terroriste s’est défini comme un protecteur de Jérusalem – lançant le premier barrage de roquettes sur la capitale en réponse aux violents affrontements entre manifestants musulmans et policiers israéliens sur le mont du Temple. Il a également réussi à exacerber les divisions croissantes entre juifs et Arabes israéliens, à inspirer des attaques contre des civils et des soldats israéliens en Cisjordanie, à attirer l’attention internationale sur la cause palestinienne, et à tuer 11 civils en Israël.

Des roquettes tirées depuis la bande de Gaza vers Israël, le 10 mai 2021. (Crédit : AP Photo/Khalil Hamra)

Le coût pour le Hamas a été élevé : pendant le conflit, Israël a tué un certain nombre de hauts responsables, dont plusieurs membres clés de son aile de recherche et développement, et a mené des frappes sur prés d’une quarantaine de centres de production de roquettes, ce qui rendra les choses beaucoup plus difficile pour le groupe terroriste de reconstituer ses arsenaux. Tsahal a également intercepté tous les drones – à la fois des véhicules aériens sans pilote et des sous-marins autonomes – que le Hamas a lancés, ainsi que plusieurs appareils au sol avant qu’ils ne puissent être déployés.

Aussi, de manière peut-être plus significative encore, l’armée israélienne a détruit plus de 100 kilomètres de tunnels du Hamas dans la bande de Gaza, qu’Israël a surnommés «le métro». Cela a rendu inutilisables de larges pans de l’infrastructure souterraine du groupe terroriste – environ un tiers, selon les évaluations de Tsahal – et, plus important encore, a démontré aux membres du Hamas qu’ils étaient vulnérables aux attaques dans leurs bunkers souterrains.

Des membres de l’aile militaire du groupe terroriste Hamas piétinent un drapeau israélien à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 27 mai 2021, alors que le Hamas revendique la victoire après un conflit de 11 jours avec Israël. (Crédit : SAID KHATIB / AFP)

Le Hamas doit maintenant déterminer si le prix considérable qu’il a payé pour ces réalisations en valait la peine, ou s’il a remporté une victoire à la Pyrrhus. Cela ne s’éclaircira que dans les mois et les années à venir, selon les évaluations de Tsahal.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...