Rechercher

Un candidat du Likud critiqué pour une condamnation antérieure pour enlèvement

Yoni Jorno, condamné pour l’enlèvement d’une employée philippine en 2001, pour cacher la liaison d'une connaissance, qualifie les articles sur l’affaire de complot de "gauchistes"

Yoni Jorno, candidat auto-déclaré aux prochaines primaires du Likud, le 24 juillet 2022. (Crédit : Capture d'écran/Douzième chaîne)
Yoni Jorno, candidat auto-déclaré aux prochaines primaires du Likud, le 24 juillet 2022. (Crédit : Capture d'écran/Douzième chaîne)

Un candidat aux prochaines primaires du Likud s’est attiré des critiques dimanche après la publication dans plusieurs médias israéliens d’articles selon lesquels il aurait été accusé et condamné pour l’enlèvement d’une employée philippine en 2001.

Yonatan (Yoni) Jorno, qui exerce aujourd’hui comme avocat, a annoncé sa candidature à la 29e place de la liste électorale du parti de droite, place réservée à un représentant des villes côtières d’Israël.

Cette place, selon les derniers sondages réalisés, est une garantie quasi absolue d’entrer à la prochaine Knesset après les élections du 1er novembre.

Selon les publications, Jorno, avait effectué trois mois de travaux d’intérêt général en lieu et place d’une peine avec sursis pour son crime.

L’incident s’était produit suite à la liaison, que Jorno avait voulu garder secrète, entre une de ses connaissances et une employée – identifiée par la presse sous le nom d’Evelyn. Les deux hommes avaient emmené Evelyn de force à l’aéroport Ben Gurion et l’avaient empêcher physiquement d’utiliser un téléphone pour appeler à l’aide, peut-on lire dans les articles.

Evelyn avait fini par réussir à appeler la police depuis le terminal pour alerter les autorités, a-t-on pu lire dans les articles, qui ne donnent pas plus de précisions sur l’affaire.

כמו שניצחתי ושמרתי על כוחות הביטחון מהשמאל המסית, אני מתחייב לשמור על מערכת הביטחון מתוך כנסת ישראל.כשאהיה בכנסת אדאג…

Posted by ‎יוני ג'ורנו‎ on Saturday, July 23, 2022

Zehava Galon et le député Yair Golan, qui sont en compétition pour la direction du parti de gauche de Meretz, ont tous deux critiqué le Likud dans des publications sur les réseaux sociaux après la publication des articles. Ils ont tous deux fait le rapprochement entre les problèmes juridiques passés de Jorno et ceux actuels du leader de l’opposition Benjamin Netanyahu.

Dans un tweet, Galon a énuméré les accusations de corruption de Netanyahu, puis, à la fin, a écrit « enlèvement ».

« Le Likud est un parti détourné par des criminels. On ne doit pas les laisser détourner l’État », a-t-elle ajouté.

« Il ne fait aucun doute que la liste émergente du Likud pour la prochaine Knesset ressemble à une convention de criminels. Qu’y a-t-il d’étonnant, en fait ? Le patron en est un exemple concret », a tweeté Golan.

Jorno a téléchargé une vidéo en réponse aux articles, affirmant que depuis l’enlèvement – qui, il l’a admis, était un acte stupide – il n’avait commis aucun crime et que son casier judiciaire était vide.

Jorno, qui en tant qu’avocat a représenté des policiers accusés de violence contre des manifestants anti-Netanyahu, a déclaré que « tous ces militants de gauche, qui m’ont accusé de les avoir réduits au silence à Balfour, de représenter la police, de les faire taire et de ne pas leur donner la liberté d’expression, ils se sont tous levés contre moi. »

Il a ajouté que lors de précédentes candidatures, il a été confronté à un traitement similaire.

« C’est ce qu’ils ont fait en 2011 lorsque j’étais candidat à la présidence de l’Union des étudiants, ou il y a cinq ans lorsque je me suis présenté au conseil municipal de Netanya, et ils le font à nouveau maintenant. »

« Je ne laisserai pas une poignée de gauchistes me tirer vers le bas, tant de personnes ont essayé et ont échoué, vous échouerez aussi », a-t-il écrit sur Facebook.

Le Likud a commenté que Jorno n’avait pas officiellement soumis sa candidature pour la campagne, prévue pour le 10 août.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...