Un consortium agro-alimentaire/fonds de capital-risque gérera un incubateur
Rechercher

Un consortium agro-alimentaire/fonds de capital-risque gérera un incubateur

OurCrowd, Finistere Ventures, Tnuva et Tempo obtiennent une licence de 8 ans pour exploiter l'incubateur Sparks à Kiryat Shmona

Le ministre israélien de l'économie et du commerce Eli Cohen, (au centre-droit), avec les lauréats de l'appel d'offres pour la gestion de l'incubateur alimentaire Sparks à Kiryat Shmona, OurCrowd, Finistere Ventures, Tempo et Tnuva. (Autorisation)
Le ministre israélien de l'économie et du commerce Eli Cohen, (au centre-droit), avec les lauréats de l'appel d'offres pour la gestion de l'incubateur alimentaire Sparks à Kiryat Shmona, OurCrowd, Finistere Ventures, Tempo et Tnuva. (Autorisation)

L’Autorité israélienne pour l’Innovation a sélectionné mardi dernier un consortium de fabricants de produits alimentaires et de fonds de capital-risque pour gérer son nouvel incubateur de technologies alimentaires dans le nord d’Israël.

L’autorité a déclaré qu’à l’issue d’un appel d’offres de huit mois, elle avait sélectionné un groupe comprenant Tnuva, le plus grand fabricant israélien de produits alimentaires, Tempo Beverages Ltd, une entreprise israélienne de boissons, OurCrowd, une société de financement participatif basée à Jérusalem, et Finistere Ventures LLC, un fonds de capital-risque américain, pour une licence de huit ans pour exploiter l’incubateur Sparks dans la ville de Kiryat Shmona, au nord du pays.

Les partenaires aideront les entrepreneurs qui ont des idées novatrices pour l’industrie alimentaire – depuis les protéines alternatives et l’amélioration de la valeur nutritive jusqu’aux ingrédients fonctionnels et à l’efficacité de la chaîne d’approvisionnement. Grâce au vaste réseau industriel des partenaires, les entrepreneurs auront un accès direct aux principaux géants mondiaux de l’alimentation et des boissons, ont déclaré les lauréats dans un communiqué séparé.

Le mois dernier, les membres du consortium ont déclaré qu’ils prévoyaient d’investir conjointement jusqu’à 100 millions de dollars dans des start-ups agricoles et alimentaires israéliennes.

Des pots de cottage de la marque Tnuva, dans un supermarché de Jérusalem. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

« L’idée est d’apporter l’innovation à la plus grande industrie du monde », a déclaré Jon Medved, le PDG d’OurCrowd. « Si des gens du monde entier viennent à Kiryat Shmona pour investir dans la technologie israélienne, alors c’est biblique. »

Pendant toute la durée de la franchise, les partenaires de Sparks investiront dans des start-ups innovantes : 85 % des fonds investis dans chaque start-up proviendront de subventions accordées par l’Autorité de l’innovation d’un montant total d’environ 6 millions de shekels (1,5 million d’euros) sur une période de trois ans par entreprise.

L’incubateur tentera de créer et investir dans cinq nouvelles start-ups par an, avec l’objectif de créer au moins 40 nouvelles entreprises d’ici huit ans, a dit M. Medved.

Les partenaires utiliseront également leurs contacts locaux et mondiaux pour soutenir les start-ups sélectionnées tout au long de leur vie et « renforcer significativement l’écosystème de l’innovation alimentaire en Israël », a déclaré l’autorité dans un communiqué.

« Après le succès d’Israël dans le cyber, les voitures autonomes et les dispositifs médicaux, nous ciblons désormais la FoodTech comme prochaine grande étape », a déclaré le ministre de l’Économie Eli Cohen dans un communiqué.

Photo d’illustration de hamburgers. (Crédit : Kesu01; iStock by Getty Images)

« La décision de choisir Sparks FoodTech était basée, entre autres considérations, sur la vaste expérience des partenaires et de l’équipe qui assurera la gestion de l’incubateur, les investissements et le soutien des entreprises de technologie agro-alimentaire », a déclaré le Dr Ami Appelbaum, président de l’Autorité israélienne de l’innovation et responsable scientifique au ministère de l’Économie et de l’Industrie.

OurCrowd a levé 1 milliard de dollars en promesses d’investissement et a investi dans 170 sociétés et fonds. Cela comprend un investissement dans Beyond Meat, un fabricant californien de viandes d’origine végétale qui a récemment réalisé ce qu’on appelle l’introduction en bourse la plus réussie de cette année. Les actions de la société ont grimpé en flèche depuis son introduction en bourse sur le Nasdaq, et la société se négocie à près de 10 milliards de dollars.

Finistere Ventures LLC est une société de capital-risque américaine qui investit dans des start-ups de technologie agricole.

Tnuva, contrôlé par le Chinois Bright Food, est le plus grand conglomérat alimentaire israélien, avec un chiffre d’affaires de 1,7 milliard de dollars et une part de marché d’environ 16 % du marché total des aliments et boissons en Israël.

Tempo, l’entreprise de boissons la plus ancienne du pays, est un fabricant de boissons alcoolisées et non alcoolisées qui compte des partenaires mondiaux, dont Heineken Enterprises et PepsiCo.

Le PDG de l’Autorité israélienne de l’innovation, Aharon Aharon, a déclaré au Times of Israel que Tnuva est une société israélienne, et que toute sa propriété intellectuelle est conservée en Israël, apaisant les craintes que son propriétaire, le groupe chinois Bright Food, puisse avoir accès aux technologies alimentaires israéliennes via l’activité de Tnuva dans l’incubateur. En outre, a-t-il ajouté, les start-ups dans les incubateurs en Israël resteront dépositaires de leur propriété intellectuelle.

De 2014 à fin 2018, les entreprises israéliennes opérant dans les secteurs de l’alimentation et de l’agriculture ont levé quelque 800 millions de dollars sur plus de 250 transactions, selon les données compilées par Start-Up Nation Central, qui suit le secteur. Et alors qu’Israël a toujours eu un avantage dans l’innovation agricole – en partie grâce à son manque de ressources naturelles et à ses kibboutzim, les communautés agricoles dont il a été le pionnier – le pays commence maintenant à produire des technologies alimentaires, notamment de nouveaux ingrédients, des protéines végétales, la réservation de restaurants et autres technologies.

L’autre candidat pour l’incubateur était un consortium composé du fonds israélien de capital-risque JVP et du géant américain de l’alimentation Mars Inc.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...