Un escadron de la mort juif poursuit les nazis dans la série « Hunters » d’Amazon
Rechercher
ATTENTION SPOILERS !

Un escadron de la mort juif poursuit les nazis dans la série « Hunters » d’Amazon

Embellir les horreurs de la Shoah est à la limite de la provocation, mais la nouvelle série mettant en scène Al Pacino ne manque pas de moments juifs tendres

  • Un extrait de "Hunters", une nouvelle série d'Amazon. (Avec l'aimable autorisation de Amazon Studios)
    Un extrait de "Hunters", une nouvelle série d'Amazon. (Avec l'aimable autorisation de Amazon Studios)
  • Un extrait de "Hunters", une nouvelle série d'Amazon. (Avec l'aimable autorisation de Amazon Studios)
    Un extrait de "Hunters", une nouvelle série d'Amazon. (Avec l'aimable autorisation de Amazon Studios)
  • Al Pacino (à gauche) dans un extrait de "Hunters", une nouvelle série d'Amazon. (Avec l'aimable autorisation de Amazon Studios)
    Al Pacino (à gauche) dans un extrait de "Hunters", une nouvelle série d'Amazon. (Avec l'aimable autorisation de Amazon Studios)
  • Une capture d'écran de la nouvelle série d'Amazon "Hunters". (Crédit : Amazon Studios)
    Une capture d'écran de la nouvelle série d'Amazon "Hunters". (Crédit : Amazon Studios)

NEW YORK – Au début de « Hunters », la série de cette saison, fortement promue par Amazon, un homme plus grand que nature qui a survécu à Auschwitz et amassé une grande fortune, cite le Talmud. « Vivez bien », dit-il à un jeune homme en deuil. « C’est la plus grande vengeance. »

Plus tard, il change d’avis. « Le Talmud avait tort », dit l’homme qui semble avoir compris tous les secrets de la vie. « Vivre bien n’est pas la meilleure des vengeances. Vous savez ce qu’est la meilleure vengeance ? La vengeance. »

La réplique est très percutante et c’est une merveilleuse façon d’agir, comme le dit Al Pacino (oui, Al Pacino) avec un accent de la Mitteleuropa prononcé, quoique hésitant. Ce n’est que plus tard, peut-être lors d’une pause rapide entre un épisode passionnant de cette aventure pleine d’action et d’assassinat de nazis et le suivant, qu’on se rend compte que cela n’a en fait aucun sens.

C’est le ressort fondamental que j’ai ressenti en regardant « Hunters », dont les cinq premiers épisodes sur dix ont été mis à la disposition des critiques. C’est indéniablement agréable – personnellement, j’ai très envie de voir les architectes de la Solution finale tués par une bande de Juifs hautement qualifiés d’une manière qui reflète leurs cruautés de guerre – mais c’est tout simplement trop stupide pour être pris au sérieux.

Dans les cinq minutes qui suivent le premier épisode, le premier de nombreux concepts farfelus – une cellule dormante de nazis infiltrant les échelons supérieurs de l’administration Carter – mine un sujet qui comportait déjà beaucoup de drame. Comme l’a montré le documentaire Netflix récemment publié sur John Demjanjuk « The Devil Next Door », l’intégration des criminels nazis dans la société américaine ne doit pas nécessairement être l’objet d’une fiction.

Nous entrons dans le monde des « Hunters » [chasseurs] à travers les yeux de Jonah Heidelbaum, 19 ans, bien joué par le toujours crédible Logan Lerman. (On a l’impression que le jeune acteur juif joue des jeunes de 19 ans depuis 10 ans, mais c’est ça Hollywood, je suppose).

Jonah est un bon garçon qui vit dans le quartier multiculturel de Brooklyn, à New York, depuis 1977. Lorsque nous le rencontrons pour la première fois, il sort d’une projection de « Star Wars » et discute du débat nature vs. éducation concernant le démon Dark Vador. Nous verrons plus tard qu’il travaille dans une boutique de bandes dessinées, alors préparez-vous à une foule de blagues sur Batman et les X-Men.

Jonah est orphelin et vit avec sa grand-mère survivante des camps de concentration, jouée par Jeannie Berlin. (A noter : la découverte par Berlin d’herbe dans son sac à dos pourrait marquer la première utilisation du terme yiddish chazerai dans une importante émission de télévision. Qui dit que l’Amérique n’est pas prête pour un président juif ?) Plus tard, un cambrioleur vient à la maison et sa grand-mère finit par être abattue. Mais le type n’a rien volé, et le dialogue entendu donne l’impression que l’homme savait qui elle était.

Un extrait de « Hunters », une nouvelle série d’Amazon. (Avec l’aimable autorisation de Amazon Studios)

Lorsque le mystérieux Meyer Offerman (Pacino) vient à la shiva et laisse sa carte, on se rend compte que Savta faisait plus que préparer de la soupe au poulet. Elle faisait partie d’un escadron de tueurs d’élite qui se consacrait à la recherche de nazis violents et de haut rang vivant aux États-Unis. « Ce n’est pas un meurtre, c’est une mitzvah », dit Offerman quand le jeune Jonah lui fait un retour en arrière en lui demandant « Est-ce bien ?

Les actes de vengeance sont violents et, je suppose que je peux aussi bien être honnête ici, gratifiants. Et beaucoup de scènes de flashback dans les ghettos et les camps sont troublantes et brutales. Mais les choses vont alors trop loin dans des directions étrangement opposées. La série s’éloigne de la réalité de manière grotesque, au point d’être à la limite de l’offense. Et puis elle revient à des séquences idiotes et « amusantes », à des sketches comiques à la Saturday Night Live qui présentent de nouveaux personnages (« Chabad-asses ?) ou avec des graphismes qui volent autour de l’écran comme dans une série policière des années 70.

Un extrait de « Hunters », une nouvelle série d’Amazon. (Avec l’aimable autorisation de Amazon Studios)

Un premier exemple spécifique de quelque chose de « trop », qui est pourtant la clé de l’intrigue, est une séquence se déroulant à Auschwitz dans laquelle un officier sadique découvre qu’un des prisonniers est un maître d’échecs. Après avoir perdu contre lui dans une partie, il déblaie un terrain, rassemble d’autres Juifs et les dispose comme un échiquier vivant. Le génie terrorisé est obligé de demander des déplacements, et lorsque des pièces sont prises, elles sont contraintes de trancher la carotide de l’autre remplaçant.

C’est une séquence de film d’horreur assez typique mais, honnêtement, les crimes d’Auschwitz n’étaient-ils pas suffisants ? Faut-il vraiment transformer Auschwitz avec des tropes de films de fiction ridicules ? Et si vous voulez suivre cette voie, comment sommes-nous censés prendre au sérieux les autres scènes qui pourraient être touchantes dans les camps ? Le ballon se dégonfle.

Une capture d’écran de la nouvelle série d’Amazon « Hunters ». (Crédit : Amazon Studios)

Malgré ce faux pas (et d’autres du même genre), « Hunters » ne manque pas de moments juifs finement observés. Carol Kane et Saul Rubinek font partie de l’équipe (experts en gadgets) et chacune de leurs scènes est drôle et tendre. Un de leurs enfants est mort (les circonstances sont un peu vagues) et Rubinek a rejeté la religion alors que Kane a toujours la foi. Un rabbin se rend chez eux et l’assiette de biscuits noir et blanc qu’ils offrent est une belle idée.

Il y a aussi beaucoup d’autres choses qui sont astucieuses, comme les Chasseurs qui piègent une de leurs victimes dans une douche de verre qui ressemble soudain à la cabine d’Adolf Eichmann pendant son procès à Jérusalem. Ou encore appeler leur fausse entreprise de plomberie « Abraham et Fils ».

Al Pacino (à gauche) dans un extrait de « Hunters », une nouvelle série d’Amazon. (Avec l’aimable autorisation de Amazon Studios)

Et puis il y a toute l’histoire que l’on pourrait souhaiter farfelue, mais qui ne l’est malheureusement pas : se rappeler à quel point la NASA était truffée de nazis pendant la course à l’espace, et à quel point le gouvernement américain était prêt à ignorer leurs crimes contre l’humanité dans la course à la lune. Les « chasseurs » m’ont fait rechercher sur Google Hubertus Strughold, qui a réalisé d’odieuses expériences de torture médicale sur des sujets humains à Dachau. La NASA a par la suite surnommé Strughold « Le père de la médecine spatiale » et a décerné un prix annuel en son nom jusqu’à il y a sept ans.

A LIRE : Avant Apollo, Wernher von Braun faisait les fusées d’Hitler

Il me reste la moitié de la saison et je suis vraiment très curieux de voir comment les choses vont se terminer. Tout un complot secondaire impliquant un agent du FBI à leurs trousses va, je pense, prendre une tournure, et elle finira probablement par se joindre à leur cause. Il y a aussi d’autres membres du groupe dont nous n’avons pas encore eu l’occasion de connaître l’histoire.

Je ne peux pas nier qu’Al Pacino qui crie à sa manière inimitable sur la persécution des Juifs « de Masada à Munich » a un certain charme. Mais je garderai à l’esprit qu’il ne faut pas prendre tout cela trop au sérieux. « La Torah est la bande dessinée ultime ! » aboie Pacino à un moment donné. Et, comme pour la plupart des bandes dessinées, elles peuvent être un peu puériles.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...