Un groupe anti-BDS américain soutenu par Adelson se lancera dans 6 pays
Rechercher

Un groupe anti-BDS américain soutenu par Adelson se lancera dans 6 pays

Dès le début de la nouvelle année universitaire, Maccabee Task Force étendra son empreinte des campus américains à l'Europe et au-delà

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

Le magnat des casinos Sheldon G. Adelson assiste au 4e gala annuel de remise des prix internationaux Champions of Jewish Values au Marriott Marquis Times Square, le 5 mai 2016, à New York. (Steve Mack/Getty Images via JTA)
Le magnat des casinos Sheldon G. Adelson assiste au 4e gala annuel de remise des prix internationaux Champions of Jewish Values au Marriott Marquis Times Square, le 5 mai 2016, à New York. (Steve Mack/Getty Images via JTA)

WASHINGTON – Un groupe juif fondé et financé par le méga-donateur républicain Sheldon Adelson pour s’opposer au mouvement de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) sur les campus américains va étendre ses efforts à six pays hors des Etats-Unis au cours de la prochaine année universitaire.

Dès le début de la nouvelle année académique, le groupe de travail Maccabee Task Force [MTF] renforcera sa présence dans les pays « en Europe et au-delà », où il prévoit de financer et d’aider les groupes pro-israéliens sur les campus face aux campagnes de boycott d’Israël, a déclaré David Brog, son directeur exécutif, au Times of Israel.

Il n’a pas voulu révéler dans quels pays l’équipe spéciale se rendrait.

Créé en 2015, le groupe d’intervention travaille avec des étudiants pro-israéliens sur des programmes visant à contrer les efforts de boycott ou de désinvestissement en Israël, envoie des représentants sur les campus pour recueillir les idées des étudiants et groupes des campus, puis finance ceux qu’il juge viable.

David Brog (photo credit: Miriam Alster/Flash90)
David Brog. (Credit : Miriam Alster/Flash90)

L’idée, a dit Brog lors d’une interview, était d’être « un centre d’échange d’informations sur les bonnes stratégies que nous pourrions financer et ensuite offrir à nos autres campus, et ensuite permettre la mise en œuvre des stratégies en apportant le financement et les idées ».

Il a expliqué que le modèle du MTF consistait à fournir les ressources financières pour permettre aux groupes pro-Israël des campus de contrer le BDS de la manière qu’ils jugent la plus efficace pour leur campus particulier.

« L’accord avec nos partenaires est le suivant, si ce sont des choses que vous voulez faire, voici le marché : vous les faites, nous les finançons, et vous n’avez pas à mettre notre nom ou logo dessus », explique-t-il. « Vous le faites. C’est à vous. »

L’une des stratégies de MTF consiste à recruter ce qu’elle appelle des « influenceurs » sur les campus – y compris des leaders étudiants qui pourraient déjà favoriser le BDS – et à les envoyer en Israël et en Cisjordanie pour des missions d’enquête.

Le Maccabee Task Force a fait ses débuts sur six campus américains durant l’année universitaire 2015-2016. L’année suivante, il a commencé à travailler sur 20, et l’année suivante sur 40. En 2017-2018, les mesures de BDS se sont étendues à trois des 40 campus où il était présent.

L’an dernier, le groupe a étendu sa présence sur 80 campus, dont plusieurs au Canada pour la première fois. Parmi ces établissements, les mesures du BDS ont été adoptées dans un seul d’entre eux, selon MTF.

Des étudiants protestent lors d’une manifestation anti-Israël à l’Université de Irvine, en Californie. (Mark Boster/Los Angeles Times via Getty Images/JTA)

Historiquement, les résolutions de désinvestissement sur les campus universitaires n’ont jamais été couronnées de succès.

En 2014, Mitchell Bard, qui dirige l’American-Israeli Cooperative Enterprise, un groupe qui fait venir des professeurs israéliens sur les campus américains, a déclaré à Haaretz que les tentatives de boycott avaient été « un échec colossal ».

« Il y a environ 2 000 universités offrant un programme de quatre ans aux États-Unis, et au cours de la dernière année universitaire, il y a eu 16 ou 17 résolutions de désinvestissement et ils en ont perdu au moins 12 », a-t-il expliqué.

Le MTF n’a pas été sans controverse. En 2016, le groupe a accordé une subvention au David Horowitz Freedom Center, une fondation conservatrice qui a financé une campagne d’affichage ciblant les étudiants activistes pro-palestiniens en tant que « Détesteurs de juifs » et alliés des terroristes.

MTF a désavoué la campagne après avoir été rapportée par le Los Angeles Times, affirmant qu’elle n’était pas au courant de cette initiative, qu’elle a qualifiée de malavisée sur le plan stratégique.

« Le Maccabee Task Force ne croit pas qu’il soit approprié ou efficace de se concentrer sur les activistes étudiants qui se conduisent civilement pour combattre le mouvement BDS sur le campus », a déclaré Brog dans un communiqué de l’époque. Le MTF n’a pas financé le David Horowitz Freedom Center depuis, a déclaré Brog au Times of Israel l’année dernière.

M. Adelson et son épouse, Miriam, ont lancé le Maccabee Task Force lors d’un sommet à Las Vegas en 2015 qui a rassemblé un ensemble de personnes fortunées, qui ont chacune donné 1 million de dollars au projet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...