Un pâtissier israélien crée un beignet « Abou Dhabi » pour la fête de Hanoukka
Rechercher

Un pâtissier israélien crée un beignet « Abou Dhabi » pour la fête de Hanoukka

La vitrine de la pâtisserie Kadosh présente le beignet composé de crème pâtissière, de dattes émiraties et de nougat, et ornée d'une feuille d'or sur le dessus

Des beignets (sufganiyot) en vente à la boulangerie Marzipan de Jérusalem à l'occasion des fêtes de Hanoukka, au mois de décembre 2014 (Crédit : Hadas Parush/FLASH90)
Des beignets (sufganiyot) en vente à la boulangerie Marzipan de Jérusalem à l'occasion des fêtes de Hanoukka, au mois de décembre 2014 (Crédit : Hadas Parush/FLASH90)

Un beignet surmonté d’une feuille d’or pour célébrer la normalisation diplomatique : un pâtissier israélien a dopé sa créativité à l’occasion de la fête juive de Hanoukka, célébrée à partir de jeudi, en concoctant une nouvelle pâtisserie en l’honneur des Emirats arabes unis.

Elaboré avec des dattes importées des Emirats, pays arabe ayant récemment normalisé ses relations avec l’Etat hébreu, ce beignet doit « donner le goût d’Abou Dhabi », a expliqué à l’AFP Itzik Kadosh, son concepteur.

« Nous voulons rendre hommage à Abou Dhabi et à la paix dans la région ».

Devant sa boutique renommée de Jérusalem, des dizaines de personnes, masque sanitaire anti-coronavirus sur le visage, attendaient patiemment mercredi de pouvoir acheter des douceurs à la veille de Hanoukka, fête des Lumières célébrée pendant une semaine.

Le chef pâtissier israélien Itzik Kadosh expose un beignet aromatisé aux dattes « Abou Dhabi » créé pour la fête juive de Hanoukka et en l’honneur des nouvelles relations diplomatiques entre Israël et les Émirats arabes unis, à la pâtisserie Kadosh à Jérusalem le 7 décembre 2020. (Crédit : Emmanuel DUNAND / AFP)

Chaque année, Itzik Kadosh et son épouse Keren tentent de créer de nouvelles pâtisseries à l’occasion de cette fête pendant laquelle les juifs mangent communément des aliments frits dans l’huile et notamment la « soufganiya », beignet fourré à la confiture ou à la crème pâtissière.

Cette année, la vitrine de la pâtisserie Kadosh présente aussi le beignet « Abou Dhabi », composé de crème pâtissière, de dattes émiraties et de nougat, avec une feuille d’or sur le dessus.

Tarif pour ce beignet de luxe : 20 shekels (cinq euros), contre sept shekels (1,70 euro) pour un beignet classique à la confiture de fraise.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...