Un rescapé du Vel d’Hiv pleure le détournement de l’étoile jaune
Rechercher

Un rescapé du Vel d’Hiv pleure le détournement de l’étoile jaune

Joseph Szwarc, 94 ans, a dénoncé avec émotion l'utilisation de l’étoile jaune par les militants anti-vaccins, qui s’estiment discriminés par les autorités

Joseph Szwarc lors de la cérémonie d'hommage aux victimes de la rafle du Vel d'Hiv, le 18 juillet 2021. (Crédit : capture d'écran Twitter)
Joseph Szwarc lors de la cérémonie d'hommage aux victimes de la rafle du Vel d'Hiv, le 18 juillet 2021. (Crédit : capture d'écran Twitter)

Joseph Szwarc, rescapé du Vel d’Hiv, a dénoncé hier lors de la cérémonie d’hommage aux victimes de la rafle du Vel d’Hiv à Paris les parallèles tirées entre le statut des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale et celui des opposants au vaccin contre la COVID-19. L’évènement était organisé à l’occasion de la Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l’État français au Square des Martyrs juifs, dans le 15e arrondissement de Paris.

Ému, l’homme de 94 ans a condamné en particulier le détournement de l’étoile jaune par les militants anti-vaccins, qui s’estiment discriminés par les autorités.

Il s’est exprimé devant notamment Geneviève Darrieussecq, ministre déléguée aux Armées.

« Je voudrais dire mon indignation devant ce qu’il s’est passé cette semaine », a-t-il commencé, tenant dans sa main une feuille sur laquelle était représentée une étoile jaune barrée de la mention « sans vaccin ». Il faisait référence aux manifestations organisées ces derniers jours en France, lors desquelles des étoiles jaunes et des pancartes détournant des slogans nazis (comme la formule inscrite sur le portail du camp d’extermination d’Auschwitz – « Le travail rend libre » – remplacée par « Le pass sanitaire rend libre ») ont pu être vues.

« Vous ne pouvez pas vous imaginer à quel point cela m’a ému. Cette comparaison est odieuse ! Il faut se lever tous contre cette ignominie. Les larmes me sont venues, je l’ai portée l’étoile moi, je sais ce que c’est, je l’ai encore dans ma chair. C’est le devoir de tous de ne pas laisser passer cette vague outrancière, antisémite, raciste qui rôde. Je crois que c’est un devoir primordial », a poursuivi l’homme sous les applaudissements.

Avant son discours, la Ligue Internationale contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA) avait, parmi d’autres, déjà condamné le détournement du symbole.

« Arborer une étoile jaune fantaisiste, c’est se moquer des victimes de la Shoah. La Licra condamne fermement cette ‘minimisation outrancière’, par le biais de détournements, d’un crime contre l’humanité. Elle fait le lit du négationnisme », a écrit l’organisation.

Depuis de nombreux mois, l’étoile jaune, symbole de la Shoah, est détournée, instrumentalisée et banalisée par les militants anti-vaccins, notamment sur les réseaux sociaux et lors de manifestations publiques – la parallèle a notamment été tirée par l’ancien humoriste Jean-Marie Bigard.

Samedi dernier, plus de 114 000 personnes ont défilé en France contre les mesures sanitaires annoncées lundi dernier par le président Emmanuel Macron dans le but de relancer la vaccination.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...