Une juive néerlandaise expulsée après des menaces et des injures antisémites de son voisin
Rechercher

Une juive néerlandaise expulsée après des menaces et des injures antisémites de son voisin

Le tribunal a décidé de faire expulser Gabriela Hirschberg après une querelle de plusieurs années avec un homme qui avait proposé sur Facebook de payer pour son meurtre

Un canal à Amsterdam. Illustration. (Crédit : Rachael Cerrotti/Flash90)
Un canal à Amsterdam. Illustration. (Crédit : Rachael Cerrotti/Flash90)

AMSTERDAM – Une cour néerlandaise examinant une dispute de voisinage a ordonné l’expulsion d’une femme juive que son voisin aurait menacée de mort et insultée en utilisant des termes antisémites.

La cour a jugé en faveur de la société immobilière Ymere, qui avait demandé au tribunal l’expulsion de la femme, Gabriela Hirschberg, a annoncé la semaine dernière la chaîne de télévision AT5.

Ymere avait demandé à la cour d’expulser Hirschberg en raison de sa querelle remontant à plusieurs années avec son voisin d’un immeuble d’Amsterdam.

L’année dernière, le voisin avait proposé sur Facebook de payer 10 000 euros à quiconque tuerait Hirschberg. L’homme a récemment posté un message comportant des déclarations antisémites.

« J’ai un désir dans ma vie : détruire ce nid de diables », avait-il écrit en parlant de l’appartement de Hirschberg. Citant Hirschberg et son partenaire, il a ajouté que « chaque tête vaut 10 000 euros pour moi. »

Le voisin a également écrit que « quiconque peut venir tant que j’ai le plaisir d’éteindre les lumières ». Des commentateurs sur Facebook ont proposé de venir et de l’aider à trouver une « solution finale » au problème, un terme qui fait écho à la rhétorique nazie sur les juifs pendant l’Holocauste.

Les deux voisins sont en conflit depuis 2009, quand Hirschberg s’était plainte à la police du bruit excessif de son voisin, a annoncé le Telegraaf. Ils ont depuis porté plainte l’un contre l’autre de nombreuses fois, y compris pour destruction de propriété.

Ymere a cherché à faire expulser Hirschberg plutôt que son voisin, notamment parce qu’elle devait 1 800 euros de loyer, a annoncé AT5. La dette a depuis été payée. Elle a aussi été choisie pour être expulsée parce qu’elle avait sous-louée une chambre de son appartement, selon la chaîne.

Hirschberg a déclaré qu’elle était malade, à l’idée de son expulsion, effective le 7 juillet, et qualifiée d’ « inhumaine ».

Ymere a confirmé être informé de sa maladie, mais qu’il s’agissait d’une condition chronique qui ne pouvait pas interférer dans la décision de son expulsion.

Peter de Vries, journaliste connu qui a couvert l’affaire pour le quotidien De Telegraaf, a critiqué le jugement, qui « dénature les faits » en punissant la victime, a-t-il écrit sur Twitter.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...