Israël en guerre - Jour 287

Rechercher

Washington met en garde l’Iran de toute ingérence dans les manifestations anti-Israël

Tout en soulignant l’importance de la liberté d’expression, la porte-parole de la Maison Blanche rappelle le devoir de protéger contre les opérations d'influence étrangères

La secrétaire de presse de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, s'exprimant lors du briefing quotidien, à la Maison Blanche, à Washington, le 18 juin 2024. (Crédit : Susan Walsh/AP)
La secrétaire de presse de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, s'exprimant lors du briefing quotidien, à la Maison Blanche, à Washington, le 18 juin 2024. (Crédit : Susan Walsh/AP)

La Maison Blanche a accusé mardi Téhéran de chercher à exploiter la vague de manifestations anti-Israël aux États-Unis et a qualifié ce comportement d’inacceptable, à la suite d’un avertissement de la plus haute responsable du renseignement américain, selon lequel l’Iran cherchait à semer la zizanie au sein de la société américaine.

L’avertissement, lancé plus tôt dans la journée de mardi par la directrice des Renseignements nationaux, Avril Haines, indique que des acteurs liés au gouvernement iranien se feraient passer pour des activistes en ligne, cherchant à encourager les protestations contre la guerre entre Israël et le Hamas à Gaza, et auraient même apporté un soutien financier aux manifestants.

Ces révélations sont susceptibles d’enhardir ceux qui demandent aux autorités américaines d’adopter une ligne plus dure à l’égard des manifestations contre la guerre de Gaza qui se sont répandues dans les universités à la fin de l’année académique et qui se sont poursuivies dans d’autres lieux cet été.

Elles pourraient également encourager les partisans de ces manifestations à critiquer l’administration au motif que le gouvernement les rejette comme étant inauthentiques.

La Maison Blanche et Haines ont tenté de répondre à ces critiques éventuelles dans leurs interventions de mardi.

La porte-parole de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, a déclaré que la liberté d’expression était vitale pour la démocratie américaine, mais que le gouvernement avait également le devoir de mettre en garde les citoyens contre les tentatives de manipulation venant de l’étranger.

« En toute bonne foi, des Américains de tous horizons politiques se sont efforcés d’exprimer leur point de vue personnel sur le conflit dans la bande de Gaza. La liberté d’exprimer des points de vue différents de manière pacifique est essentielle à notre démocratie », a-t-elle déclaré.

« Pour autant, il est du devoir du gouvernement américain de mettre en garde les Américains contre les influences étrangères malveillantes. Nous continuerons à dénoncer les tentatives d’atteinte à notre démocratie au sein de notre société, comme nous le faisons aujourd’hui », a ajouté Jean-Pierre.

La Secrétaire de presse de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, s’exprime lors d’un point de presse à la Maison Blanche, le 9 juillet 2024, à Washington. (Crédit : Evan Vucci/AP)

Dans son précédent communiqué, Haines avait indiqué avoir « repéré des acteurs liés au gouvernement iranien se faisant passer pour des activistes en ligne, cherchant à encourager les protestations et même à fournir un soutien financier aux manifestants. »

« Je tiens à préciser que je sais que les Américains qui participent aux manifestations expriment de bonne foi leurs opinions sur le conflit à Gaza. Ces renseignements ne suggèrent pas le contraire », a-t-elle clarifié.

« Mais il est également important de mettre en garde contre les acteurs étrangers qui cherchent à exploiter notre débat à leurs propres fins », a ajouté la cheffe du renseignement américain, exhortant les Américains à rester vigilants lorsqu’ils interagissent avec des personnes en ligne qu’ils ne connaissent pas.

En mai, Haines a alerté le Congrès sur le fait que l’Iran devenait de plus en plus agressif dans ses efforts visant à ébranler la confiance dans les institutions démocratiques américaines, tout particulièrement dans la période préélectorale présidentielle et congressionnelle.

« Ils continuent d’ajuster leurs cyberattaques et leurs campagnes d’influence, en utilisant les plateformes de médias sociaux et en émettant des menaces. Il est probable qu’ils continueront de s’appuyer sur leurs services de renseignement pour ces efforts, ainsi que sur des influenceurs en ligne basés en Iran, afin de promouvoir leurs narratifs « , a ajouté Haines.

Avril Haines, la candidate du président américain élu Joe Biden au poste de directeur du renseignement national, s’exprime lors de son audition de confirmation, le 19 janvier 2021 à Washington. (Joe Raedle/Pool/AFP)

Téhéran n’a pas encore réagi.

Un responsable du bureau américain du Directorat des Renseignements Nationaux a indiqué que la mise en garde concernant l’Iran témoignait de la manière dont certains pays tentaient d’exploiter des sujets controversés à l’approche des élections, à la fois pour mettre les États-Unis dans l’embarras et pour « enflammer les clivages sociaux ».

Ce responsable, qui a demandé à ne pas être nommé, a précisé que l’Iran cherchait depuis longtemps à exploiter les tensions politiques et sociales aux États-Unis, en particulier par le biais des réseaux sociaux.

« Nous surveillons tout particulièrement les acteurs iraniens qui cherchent à exacerber les tensions liées au conflit entre Israël et Gaza », a précisé le responsable.

Ces commentaires ont été faits un jour après que la vice-Présidente des États-Unis, Kamala Harris, a fait l’éloge des jeunes manifestants pro-palestiniens.

« Ils expriment des émotions humaines très légitimes en réponse à la situation dans la bande de Gaza. Je rejette catégoriquement certains des propos tenus par les manifestants, et ne souhaite donc pas les soutenir sans réserve. Mais nous devons aussi comprendre ce qu’ils expriment. Je comprends les émotions qui se cachent derrière », a expliqué Harris lors d’une interview accordée à The Nation.

Le Président américain Joe Biden (G) et la vice-Présidente américaine Kamala Harris se tiennent la main et font un geste alors qu’ils regardent le feu d’artifice du Jour de l’Indépendance depuis le balcon Truman de la Maison Blanche à Washington, DC, le 4 juillet 2024. (Crédit : Mandel Ngan/AFP)

Le président américain Joe Biden s’est déjà montré plus critique à l’égard des manifestants.

« Il y a certainement un droit à protester, mais pas un droit à semer le chaos », a-t-il déclaré lors d’un discours sur les manifestations à la Maison Blanche en mai.

« Détruire des biens n’est pas une protestation pacifique, c’est contraire à la loi. Vandalisme, intrusion, bris de vitres, fermeture de campus, annulation forcée de cours et de remises de diplômes – rien de tout cela n’a à voir avec une protestation pacifique », a-t-il ajouté, énumérant les actions menées par des manifestants anti-Israël à l’université de Columbia, à l’université de Californie du Sud, à l’université de Californie à Los Angeles et dans d’autres établissements universitaires.

« Il ne devrait y avoir de place dans aucune université – nulle part en Amérique – pour l’antisémitisme ou les menaces de violence à l’encontre des étudiants juifs », a-t-il ajouté, soulignant que les manifestations avaient donné lieu à de nombreuses manifestations antisémites et pro-terroristes, avant de condamner toute forme de discrimination.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.