2,5 fois plus d’amendes liées au virus par habitant à Tel Aviv qu’à Bnei Brak
Rechercher

2,5 fois plus d’amendes liées au virus par habitant à Tel Aviv qu’à Bnei Brak

Les données montrent une application inégale des règles sur le virus entre villes laïques avec des taux d'infection plutôt faibles et villes ultra-orthodoxes avec morbidité élevée

Patrouille de police sur la place Dizengoff à Tel Aviv, le 1er février 2021. (Miriam Alster/FLASH90)
Patrouille de police sur la place Dizengoff à Tel Aviv, le 1er février 2021. (Miriam Alster/FLASH90)

Au milieu des plaintes concernant l’application inégale des règlements de confinement, dans lesquels les personnes assises seules dans les parcs de Tel Aviv se voient infliger des amendes alors que de grands rassemblements Haredi continuent d’avoir lieu et sont largement ignorés par les autorités, les chiffres publiés lundi ont révélé que la police distribuait proportionnellement beaucoup plus d’amendes dans les localités majoritairement laïques que dans les localités ultra-orthodoxes.

Selon la Treizième chaîne, 110 amendes ont été infligées à Herzliya pour 10 000 habitants au mois de janvier, 117 à Bat Yam et 155 à Tel Aviv. Ces trois endroits ont une population essentiellement laïque et ont généralement eu des taux d’infection relativement faibles tout au long de la pandémie.

En revanche, seules 59 amendes ont été infligées pour 10 000 habitants dans la ville de Bnei Brak, à prédominance ultra-orthodoxe, qui a dû faire face à des niveaux de morbidité élevés pendant de longues périodes de la pandémie et qui est actuellement classée comme une localité à forte infection.

Selon la chaîne de télévision, le nombre d’amendes par patient atteint de coronavirus actif était de 3,35 à Tel Aviv, 3,5 à Herzliya et seulement 0,3 à Bnei Brak.

Des manifestants ultra-orthodoxes protestent contre l’application par la police des ordres de confinement en raison de l’épidémie de coronavirus, dans la ville de Bnei Brak, le 24 janvier 2021. (Tomer Neuberg/Flash90)

Le reportage n’a pas précisé si les amendes ont été infligées pour des violations de même gravité dans tous les lieux.

Le mois dernier a été marqué par de violents affrontements entre les forces de police à Bnei Brak, alors que des manifestants s’opposant à la réglementation en matière de confinement se sont insurgés dans la ville, mettant notamment le feu à un bus.

Dimanche, le ministre de la Défense Benny Gantz a fustigé le « faux confinement » et « l’application inégale [des restrictions] » du gouvernement, alors que la Knesset a adopté un projet de loi renforçant l’application du confinement en doublant les amendes pour les contrevenants.

La colère face au mépris manifesté dans certaines parties de la communauté Haredi à l’égard des restrictions sur le coronavirus a atteint de nouveaux sommets dimanche, lorsque les autorités n’ont pas réussi à empêcher la tenue de deux grandes funérailles Haredi, avec des dizaines de milliers de personnes, dont beaucoup sans masque, enfreignant les règles de confinement et ne respectant aucune distanciation sociale, créant ainsi des risques sanitaires majeurs.

Funérailles de feu le rabbin Yitzchok Sheiner, le 31 janvier 2021, à Jérusalem. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Il y a eu de nombreux autres reportages sur des violations du confinement chez les ultra-orthodoxes, y compris des mariages de masse et des écoles fonctionnant illégalement.

La disparité dans le maintien de l’ordre a été révélée alors que les données publiées lundi ont montré que près d’un quart de tous les nouveaux patients israéliens atteints de coronavirus sont issus de la communauté ultra-orthodoxe, soulignant la propagation désastreuse du COVID-19 dans les villes et les quartiers de Haredi.

Ces chiffres ont été publiés dans un contexte de colère publique croissante pour les violations des règles du virus dans certaines parties de la communauté Haredi, et alors que la variante britannique du virus, qui se répand particulièrement vite dans les environnements à forte densité, est en pleine effervescence.

Les données du ministère de la Santé, basées sur les moyennes des nouveaux cas de la semaine dernière, ont montré que 23 % des nouveaux cas provenaient de personnes originaires de zones à prédominance haredi, alors que seuls 12 % des Israéliens appartiennent à la communauté ultra-orthodoxe.

Nathan Jeffay a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...