Après que Smotrich a attaqué Netanyahu sur Twitter, Shaked le compare à Trump
Rechercher

Après que Smotrich a attaqué Netanyahu sur Twitter, Shaked le compare à Trump

Le politicien d'extrême-droite a des antécédents de propos injurieux sur les réseaux et a déjà été suspendu de Twitter pour "comportement offensant"

Bezalel Smotrich, ministre des Transports et chef du parti d'Union nationale, s'exprime lors d'une conférence à l'université d'Ariel en Cisjordanie, le 20 juin 2019. (Sraya Diamant/Flash90)
Bezalel Smotrich, ministre des Transports et chef du parti d'Union nationale, s'exprime lors d'une conférence à l'université d'Ariel en Cisjordanie, le 20 juin 2019. (Sraya Diamant/Flash90)

La cheffe de la Droite unie Ayelet Shaked a comparé son colistier Bezalel Smotrich au président américain Donald Trump lundi, au lendemain d’un tweet acerbe rédigé contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Smotrich, le ministre des Transports est « un peu comme Trump », a déclaré Shaked à la radio publique Kan. « Son style est déplacé, mais il a raison sur le fond. »

« Nous ne contrôlons pas ses tweets », a déclaré Shaked au sujet de Smotrich, qui adopte régulièrement un style agressif sur les réseaux sociaux, enchaînant insultes et injures contre ses opposants politiques.

Smotrich et Shaked se sont montrés critiques à l’égard de Netanyahu dimanche, l’accusant d’avoir fermé le mont du Temple aux visiteurs Juifs en pleine journée de Tisha Be’Av, journée de deuil pour la perte des deux Temples qui étaient érigés sur le lieu saint. Dimanche marquait également la journée de l’Aid el-Adha, une fête musulmane qui marque la fin du hajj, le pèlerinage à la Mecque.

Les deux politiciens conservateurs ont publié des tweets incendiaires contre le Premier ministre, que Smotrich a accusé de « capituler face au terrorisme arabe et à la violence sur le lien le plus saint du judaïsme » et Shaked a publié que « la fermeture du mont du Temple par crainte de violences ne fera qu’amener plus de violence ».

Affrontements entre les forces de sécurité israéliennes et des fidèles musulmans au mont du Temple dans la vieille ville de Jérusalem, le 11 août 2019. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

La police a temporairement empêché aux visiteurs Juifs d’accéder au mont du Temple dimanche, qui a été le théâtre de tensions religieuse alors que coïncidaient des jours saints juif et musulman.

Plus tard dans l’après-midi, après de nombreuses critiques des députés de droite et des affrontements entre la police et des fidèles musulmans qui ont fait plus de 60 blessés, la police a ré-autorisé l’accès aux visiteurs juifs sur le mont du Temple.

Netanyahu a rejeté les attaques, affirmant qu’il n’avait jamais eu l’intention de fermer le mont du Temple aux visiteurs juifs, et qu’il ne prenait en compte que la « gestion, de façon optimale, de la sécurité du public, ce qui est exactement ce que nous avons fait ».

« Je ne suis pas intimidé par les recommandations du cabinet Twitter », a ajouté Netanyahu, faisant allusion aux critiques de Shaked et de Smotrich. « Diriger, c’est de la responsabilité et de la détermination. C’est ainsi que nous avons agi et c’est ainsi que nous continuerons à agir. »

Smotrich a également critiqué Netanyahu au sujet d’une décision de justice interdisant à la municipalité d’Afula d’organiser une performance musicale où hommes et femmes seraient séparés la semaine prochaine, dans un parc public. La justice a interdit aux organisateurs de séparer les auditoires féminins et masculins durant le concert, affirmant que cela enfreint les principes d’égalité.

Smotrich a qualifié le système juridique israélien de « stupide » après cette décision. « Je suis désolé, mais malgré ma position, je ne trouve pas de mot plus raffiné [pour décrire cette décision] », a-t-il tweeté. Il a ensuite accusé Netanyahu d’être « faible » et de ne faire preuve « d’aucun leadership » face à « l’activisme judiciaire ».

Shaked s’est fait l’écho de la position de Smotrich, sur le fond mais pas sur la forme, et déclaré à Kan qu’elle « pense qu’il faille respecter tout le monde, et laisser chacun vivre selon sa foi ».

Benjamin Netanyahu près de la scène du meurtre de Dvir Sorek, non loin de l’implantation Migdal Oz à Gush Etzion, le 8 août 2019, (Noam Revkin Fenton/Flash90)

Le ministre de la Technologie et des Sciences Ofir Akunis a exigé lundi que Smotrich s’excuse pour ses déclarations « diffamatoires », tweetant qu’il « y a une façon de critiquer, et particulièrement pour un ministre nouveau et temporaire ».

Smotrich a défendu lundi son style sur Twitter en expliquant que « quand quelque chose me blesse, je le crie ».

L’an dernier, le compte Twitter de Smotrich a été temporairement suspendu après qu’il a tweeté qu’Ahed Tamimi, une adolescente palestinienne filmée en train de gifler un soldat israélien, aurait dû « recevoir une balle dans la rotule« . Il a été banni du réseau social pendant 12 heures pour  comportement offensant ». Il lui a également été demandé de retirer son tweet.

Plus récemment, il s’en est pris à la députée Stav Shaffir, la qualifiant de « stupide » après que la députée de l’opposition a accusé sur Twitter des députés de la droite religieuse pour le récent meurtre d’un adolescent LGBTQ, à Tel Aviv.

Smotrich, qui s’est déjà vanté d’être un « fier homophobe » a par la suite tweeté que « quelqu’un de haut placé dans l’armée israélienne avait eu une insolation« , en réponse aux efforts de l’armée israélienne visant à renforcer l’intégration des soldats transgenres.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...