Rechercher
Exclusif

Barkat recevrait le ministère des Affaires de Jérusalem si Elkin est élu maire

Le maire sortant dément l'existence d'une promesse qui lui permettrait de passer directement de la mairie au gouvernement

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) et le maire de Jérusalem Nir Barkat (à droite) tiennent une conférence de presse à l'hôtel Mamilla à Jérusalem, le 23 février 2015. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) et le maire de Jérusalem Nir Barkat (à droite) tiennent une conférence de presse à l'hôtel Mamilla à Jérusalem, le 23 février 2015. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Nir Barkat, maire sortant de Jérusalem, se serait vu promettre une nomination au poste de ministre des Affaires de Jérusalem si l’actuel ministre, Zeev Elkin, parvenait à lui succéder aux élections municipales, ont confié des sources du Likud au Times of Israël cette semaine.

Un porte-parole de Barkat a démenti l’existence d’un tel accord.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a fait cette promesse à Barkat au cours d’un entretien au début du mois, ont assuré les deux sources au sein du parti au pouvoir, ce qui lui permettrait de passer directement des quartiers généraux de la mairie place Safra, où il siège depuis 10 ans, aux bureaux du gouvernement.

La nomination de Barkat en tant que ministre des Affaires de Jérusalem et du Patrimoine, intitulé complet du poste, ne sera effective si et seulement si Elkin remporte l’élection municipale et libère son poste, qu’il occupe conjointement avec celui de ministre de la Protection de l’Environnement.

Selon les sondages, Elkin est juste derrière le candidat laïc Ofer Berkovitch, mais les deux candidats qui sont derrière lui – l’ultra-orthodoxe Yossi Deitch et Moshe Lion du parti Yisrael Beytenu – devraient récolter assez de votes pour aller au second tour.

Elkin, ministre du Likud et proche de Netanyahu, a annoncé qu’il briguait le poste de maire deux mois après que Barkat a annoncé en mai qu’il ne se présenterait pas à sa réélection pour un troisième mandat à la mairie de Jérusalem, et qu’il se présenterait à la Knesset sous l’étiquette du Likud.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (2G) vu avec le maire de Jérusalem Nir Barkat (C) et le ministre de Jérusalem Zeev Elkin (D) lors d’une réunion spéciale du cabinet à Jérusalem le 2 juin 2016. (Crédit : Marc Israel Sellem/POOL)

Elkin aurait tenté d’obtenir une garantie de cumul de ses mandats de ministre et de maire, s’il venait à remporter l’élection. Mais en annonçant sa candidature, il a affirmé qu’il était « prêt à perdre son poste de ministre et de membre du cabinet de sécurité pour Jérusalem, parce que Jérusalem est un défi d’envergure nationale de la plus haute importance ».

Barkat a rapidement affiché son soutien à Elkin, indiquant qu’en tant que ministre chargé de négocier le budget de la capitale, il s’était « battu pour nous au gouvernement et est un véritable partenaire dans les changements que nous avons fait à Jérusalem ».

Cependant, Netanyahu a semblé plus réticent à afficher ouvertement son soutien à Elkin et a attendu près de deux mois avant de le soutenir officiellement.

Un porte-parole de Barkat a démenti l’existence d’une promesse de nomination à un ministère par Netanyahu. « Aucun accord de ce genre n’existe », ont-ils dit au Times of Israël.

Ils ont néanmoins insisté sur le fait que « si une telle promesse a été faite », le fait que Netanyahu n’a soutenu Elkin que quelques mois après Barkat, prouve que cela n’a pas été fait dans le cadre d’un accord visant à assurer le soutien du maire au ministre du Likud.

La campagne d’Elkin s’est également attelée à rejeter les suggestions alléguant qu’Elkin aurait été impliqué dans la nomination de Barkat au poste de ministre des Affaires de Jérusalem, affirmant que « les postes au sein du cabinet ne sont attribués que par le Premier ministre, et lui seul ».

Le bureau du Premier ministre n’a pas commenté cette affaire.

Devenir ministre serait un progrès considérable pour Barkat, qui a rejoint le Likud en 2015, et qui tente d’entrer dans l’arène politique depuis quelques années. Il souhaiterait se présenter comme le candidat du parti pour le poste de Premier ministre, mais a assuré qu’il ne se présentera pas contre Netanyahu, qu’il a soutenu à plusieurs reprises lors des élections nationales.

Mais avant les dernières élections à la Knesset, des rumeurs disaient que Netanyahu allait accorder le ministère des Affaires de Jérusalem à Barkat alors qu’il était encore maire, afin de l’empêcher de soutenir son rival du parti Koulanou. Mais Netanyahu a fini par nommer Elkin à ce poste, malgré la promesse faite à Barkat de ne pas confier ce bureau à un membre du cabinet autre que lui-même.

Le maire de Jérusalem Nir Barkat célèbre sa victoire aux élections municipales du 23 octobre 2013 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90).

Major dans la réserve de l’armée, Barkat a fait fortune au début de l’ère de l’essor de la high-tech israélienne, dans les années 90. Il est entré en politique après avoir perdu les élections municipales face au candidat ultra-orthodoxe Uri Lupoliansky en 2003. Après avoir été chef de l’opposition durant le mandat de Lupoliansky, Barkat a à nouveau brigué la mairie de Jérusalem lors des élections municipales de 2008, et a battu le candidat ultra-orthodoxe Meir Porush. Il a été réélu en 2013.

La cote de popularité de Barkat varie drastiquement en fonction des milieux religieux, ultra-orthodoxes et laïcs, ainsi qu’auprès des résidents Palestiniens de Jérusalem Est. Les résidents laïcs semblent avoir gagné du terrain dans la guerre culturelle sur l’identité de la ville.

Barkat a également gagné de la notoriété durant la vague de terrorisme, qui a ciblé Jérusalem. En octobre 2015, il a appelé les résidents à se déplacer avec un arme pour se défendre et déjouer des attaques.

En 2015, il a fait les gros titres après avoir neutralisé un terroriste palestinien qui avait poignardé un Israélien près de la mairie. Une vidéo de l’incident, dans laquelle Barkat et ses gardes du corps s’en prennent au terroriste, a largement circulé sur le net.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...