COVID-19: 2 départements à l’hôpital Wolfson ferment, employés en quarantaine
Rechercher

COVID-19: 2 départements à l’hôpital Wolfson ferment, employés en quarantaine

Le manque de masques et d'équipements de protection empire la situation dans beaucoup d'hôpitaux israéliens et du monde

Des infirmières de l'hôpital Hadassah Ein Kerem, à Jérusalem, le 19 février 2014. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)
Des infirmières de l'hôpital Hadassah Ein Kerem, à Jérusalem, le 19 février 2014. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Deux départements de médecine interne à l’hôpital Wolfson de Holon ont été fermés jeudi après que des membres du personnel soignant ont été testés positifs au coronavirus. Au moins 20 employés sont en quarantaine à domicile.

Selon un reportage de la radio israélienne, 55 employés d’un hôpital non spécifié du centre d’Israël ont été placés à l’isolement après qu’un patient a été confirmé comme porteur du virus.

Au moins 21 des 705 personnes en Israël diagnostiquées porteuses du coronavirus sont membres du corps médical. Plus de 2 600 soignants seraient en auto-quarantaine par précaution, après qu’ils ont été exposés à des cas de COVID-19.

Les hôpitaux manquent de masques et les équipes les utilisent avec parcimonie, a appris le Times of Israël.

Une infirmière de l’hôpital Hadassah Ein Kerem à Jérusalem a confié au Times of Israël qu’elle avait « reçu un masque. Je le garde sous coffre pour le moment où j’en aurais vraiment besoin ».

Pendant ce temps, elle effectue ses gardes habituelles sans protection.

Des employés des services d’urgence de l’hôpital étaient également en manque d’équipements de protection basique jusqu’à mercredi, quand un soignant a été testé positif au virus.

Sur Twitter, une infirmière qui s’est présentée sous le nom d’Angina et employée d’un hôpital non-identifié, a révélé jeudi qu’elle avait répondu toute la nuit à des appels de membres du personnel de différents services réclamant des masques. Elle a fait apporter des masques de la réserve de l’hôpital. « Quand elle sera épuisée, je ne sais pas ce que je vais faire », a-t-elle dit.

Une autre infirmière a tweeté en réponse : « Chez nous, la consigne est de ne pas porter de masque dans les départements où personne n’est suspecté [d’avoir le coronavirus]. Pourquoi ? La raison officielle est de ne pas choquer les patients. Absurde. »

Angina a répliqué : « En ce qui nous concerne, il n’y a aucune instruction concernant le port de masques pour le personnel. Depuis dimanche, nous avons décidé que nous en avions marre d’attendre les ordres. La politique de l’autruche à ses limites. »

Elle a ajouté que durant sa « garde de nuit, j’ai travaillé avec des employés de ménage qui portaient des masques achetés de leur propre chef, parce que les hôpitaux, pour une raison obscure, ne leur en ont pas donné. Chaque masque est à usage unique, et leur coûte 70 shekels. Les femmes de ménages sont en bas de l’échelle salariale. Ce qui signifie que sur leurs huit heures de travail, deux leur servent à s’acheter des masques, et non à payer leur loyer et faire leurs courses. »

« Et ce ne sont clairement pas les seules à s’acheter des masques », a-t-elle poursuivi. « Nous sommes nombreux à porter des masques que nous avons achetés nous-mêmes. Parce que c’est plus intelligent de se protéger, non ? Mieux vaut être protégé à ses frais plutôt que de se mettre en danger car ils ne sont pas en mesure de vous protéger. »

« Que se passera-t-il le jour où le personnel dira : ‘Mieux vaut être prudent et ne pas venir travailler’ parce qu’ils ne sont pas protégés ? »

Mercredi, un reportage de la Treizième chaine a rapporté que des médecins, des infirmières et d’autres employés de l’hôpital avaient témoigné au sujet de l’équipement de protection minimal dans leur travail.

« Je reçois un masque par jour », a déclaré l’un d’eux. « S’il est déchiré, je n’en reçois pas d’autre. » « Pas de gants, pas de masques, pas de combinaisons et pas de couvre-lits jetables », a déclaré un autre.

Le professeur Zion Hagay, président de l’Association médicale d’Israël. (Crédit : Twitter)

Le président de l’Association médicale d’Israël, le professeur Zion Hagay, a appelé les dirigeants du système de santé à « réorganiser immédiatement le travail dans les hôpitaux afin de protéger le personnel médical. L’approche devrait être de travailler en petits groupes afin de réduire l’exposition et d’assurer la protection dans tous les services et pour tout le
personnel. »

La semaine dernière, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a demandé à son homologue indien Narendra Modi d’exempter Israël d’une interdiction d’exportation de masques de protection et de matières premières utilisées pour fabriquer des médicaments, a rapporté vendredi la télévision israélienne.

Itamar Grotto, directeur général adjoint du ministère de la Santé, a déclaré que Modi avait accepté d’autoriser l’exportation de matériaux pour les médicaments vers Israël, mais qu’il n’avait pas encore pris de décision sur les masques.

Selon le reportage, le ministère de la Santé a demandé à l’ambassade d’Israël à New Delhi de demander aux autorités indiennes d’autoriser l’envoi de centaines de milliers de masques de protection en Israël, en raison de la pénurie dans le pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...