Rechercher

Démission de Naomi Sasson, l’assistante personnelle de Bennett

Il s'agit de la troisième démission en deux semaines ; Naomi Sasson a quitté l'équipe du Premier ministre alors que la coalition vacille

Le Premier ministre Naftali Bennett se promenant avec son assistante Naomi Sasson, à droite, dont la démission a été annoncée le 30 mai 2022. (Crédit: Courtoisie)
Le Premier ministre Naftali Bennett se promenant avec son assistante Naomi Sasson, à droite, dont la démission a été annoncée le 30 mai 2022. (Crédit: Courtoisie)

L’équipe du Premier ministre Naftali Bennett continue de se déliter avec la démission, lundi soir, du troisième fonctionnaire ces dernières semaines, après son chef de cabinet et sa conseillère diplomatique, alors que l’avenir de son gouvernement semble de plus en plus incertain.

La cheffe de bureau et assistante personnelle Naomi Sasson a travaillé pour Bennett de 2016 jusqu’à sa démission. Bennett l’a saluée sur Twitter lundi soir comme une conseillère inarrêtable.

« Elle m’a été d’une grande aide, et maintenant – comme un père fier – je suis heureux pour elle car le temps est venu pour elle de déployer ses ailes vers de nouveaux défis », a-t-il écrit.

Ces dernières semaines, le bureau de Bennett a vu ses proches collaborateurs partir au compte-gouttes. À la mi-mai, la conseillère diplomatique Shimrit Meir a démissionné après un an de travail. Dans une lettre, Meir a indiqué qu’elle quitterait officiellement son poste le 1er juin.

Meir était considérée comme l’une des plus proches collaboratrices de Bennett. Mais elle s’est heurtée à plusieurs reprises à d’autres conseillers de Bennett, ainsi qu’à des législateurs de gauche et de droite de la fragile coalition.

La coalition est une composition hétéroclite de partis de droite, centristes et de gauche, et comprend le parti islamiste Raam. Elle a eu du mal à trouver un équilibre entre les différents groupes depuis son arrivée au pouvoir l’année dernière. Ces derniers mois ont été particulièrement difficiles.

Ces dernières semaines, la coalition est devenue de plus en plus difficile à manier. La députée Yamina Idit Silman a quitté la coalition, déclarant qu’elle ne pouvait plus la soutenir, laissant le gouvernement avec seulement 60 des 120 législateurs de la Knesset.

La députée du Meretz Ghaida Rinawie-Zoabi a également quitté la coalition, transformant la coalition de Bennett en un gouvernement minoritaire – pour revenir quelques jours plus tard, après d’intenses négociations. Le député Kakhol lavan Michael Biton a alors menacé d’entraver la capacité législative de la coalition si ses exigences en matière de réformes de l’agriculture et des transports n’étaient pas satisfaites.

La semaine dernière, le chef de cabinet de Bennett, Tal Gan-Zvi, a démissionné, portant ainsi un coup sérieux au premier ministre. Comme Sasson, Gan-Zvi était un confident de longue date de Bennett ; il a dirigé les négociations de la coalition 2021 qui a créé le gouvernement actuel au nom de Bennett.

Une source au sein de Yamina a déclaré que Gan-Zvi a dû faire face à des frustrations croissantes à la tête du cabinet du Premier ministre. Il a notamment été critiqué lorsqu’eil a tenté de faire glisser le Premier ministre vers la droite et a longtemps été chargé de garder Nir Orbach, le député de Yamina, dans le droit chemin.

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett avec sa conseillère politique Shimrit Meir au bureau du Premier ministre de Jérusalem, le 26 janvier 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Orbach aurait lui aussi été frustré par les compromis idéologiques inhérents à la participation à une large coalition et a été considéré comme un transfuge potentiel. Sans le soutien de Gan-Zvi, Orbach pourrait réexaminer ses options politiques, a déclaré la source. Dimanche, Orbach aurait menacé de quitter prochainement le gouvernement.

Bennett a nommé Eden Bizman au poste de chef de cabinet, succédant à Tal Gan-Zvi, selon l’annonce du bureau du Premier ministre faite lundi. Le Premier ministre n’a pas encore annoncé le remplacement de Meir.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...