En Jordanie, des législatives en pleine crise économique, sociale et sanitaire
Rechercher

En Jordanie, des législatives en pleine crise économique, sociale et sanitaire

Pauvreté, chômage et dépendance à l'égard du FMI : quelque 4,5 millions d'électeurs sont appelés à choisir les 130 députés de la Chambre dont 15 sièges réservés aux femmes

Cette photo montre une vue générale de l'est d'Amman et du quartier Nazzal le 8 juin 2018. (AFP Photo/Ahmad Gharabli)
Cette photo montre une vue générale de l'est d'Amman et du quartier Nazzal le 8 juin 2018. (AFP Photo/Ahmad Gharabli)

Les électeurs jordaniens votent mardi aux législatives disputées par des candidats ayant fait campagne sur des promesses d’une vie meilleure pour les citoyens plutôt qu’un programme politique, dans un pays qui s’enfonce dans une crise économique aggravée par la pandémie de nouveau coronavirus.

Dépourvu de ressources naturelles et très dépendant d’aides étrangères, notamment du Fonds monétaire international (FMI), ce petit pays de 10 millions d’habitants, durement touché par l’afflux de réfugiés syriens, croule sous une dette publique dépassant 100 % du PIB.

Il est confronté à une situation économique difficile, avec un taux de chômage de 23 % au premier trimestre 2020, et à des manifestations pour réclamer notamment des hausses de salaires.

Dans un contexte de crise et de tensions sociales, quelque 4,5 millions d’électeurs sont appelés à choisir les 130 députés de la Chambre dont 15 sièges réservés aux femmes.

Le choix doit se faire parmi 1 674 candidats, dont 360 femmes, sur 294 listes électorales pour un scrutin sans enjeu majeur, le Parlement jouant un rôle limité dans la gouvernance du pays où le roi détient de larges pouvoirs.

Le roi Abdallah de Jordanie prononce un discours au Parlement européen, à Strasbourg, dans l’est de la France, le 15 janvier 2020. (Crédit : Jean-Francois Badias / AP)

Un nouveau gouvernement a prêté serment le 12 octobre, après la démission du précédent faisant suite à la dissolution du Parlement par le roi le 27 septembre, au bout de quatre ans de mandat comme le veut la Constitution.

Des appels ont été lancés sur les réseaux sociaux pour reporter les élections en raison de la pandémie, mais le gouvernement a fait savoir que le scrutin serait maintenu.

La Jordanie a été frappée de plein de fouet par le nouveau coronavirus, notamment le secteur vital du tourisme, qui a perdu environ 2,5 milliards d’euros de revenus au cours des huit premiers mois de cette année, et des milliers d’emplois sont désormais menacés.

Parmi les candidats figurent des représentants des principaux clans tribaux, des indépendants et des figures de la gauche ainsi qu’un grand nombre de riches hommes d’affaires.

Première force de l’opposition, le Front de l’action islamique (FAI), branche politique du mouvement des Frères musulmans dissous en juillet, participe notamment à ce scrutin.

La formation disposait de 17 sièges, soit le plus grand nombre de députés, au Parlement sortant qui ne comptait aucun groupe majoritaire.

Le FAI a promis aux Jordaniens de « continuer à oeuvrer pour les causes nationales, la défense de leurs droits, leur dignité et leur gagne-pain, pour faire face à la corruption et protéger la patrie des dangers ».

Le roi Abdallah II a appelé à des élections « transparentes » et des mesures pour « protéger la santé des citoyens ». Des dizaines de membres des forces de sécurité doivent être déployés dans les 1 880 bureaux de vote.

« Ce scrutin est particulier, dans un contexte encore plus angoissant pour la population en raison de l’épidémie », souligne à l’AFP l’analyste Oraib Rintawi, du Centre d’études politiques Al-Quds, alors que la Jordanie a enregistré plus de 104 000 cas de Covid-19 et 1 181 décès.

Il s’attend à peu d’affluence aux urnes, surtout que « la majorité des Jordaniens pensent que le Parlement joue un rôle marginal dans le système politique », le gouvernement n’étant pas issu des élections.

« Les gens iront voter pour des raisons tribales, pour un candidat de leur clan ou pour des représentants qui leur fournissent des services », non pas pour des motifs politiques, explique-t-il.

Le désintérêt pour le scrutin est dû aussi à une « crise de confiance entre électeurs et candidats, qui font campagne sur des slogans plutôt que pour défendre un programme clair », souligne le politiste Adel Mahmoud.

En pleine pandémie, la campagne électorale a elle aussi été particulière.

Les rassemblements de plus de 20 personnes ne sont pas autorisés, et les habituelles tentes blanches dans lesquelles des partisans des candidats servaient du café, du « mansaf » et du « kunafa » ont disparu du paysage électoral cette année.

Nombre de candidats ont fait de l’économie leur priorité, dans un pays où le taux de pauvreté s’élève à 15,7 % de la population, selon la Banque mondiale.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...