Facebook supprime les posts antivax, les procureurs alertent sur les fake news
Rechercher

Facebook supprime les posts antivax, les procureurs alertent sur les fake news

Le directeur du cyber-département du bureau du procureur général déclare que la diffusion de contre-vérités sur le vaccin contre le coronavirus pourrait constituer un délit

Des silhouettes devant le logo du réseau social américain Facebook à Bruxelles, le 14 février 2020. (Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
Des silhouettes devant le logo du réseau social américain Facebook à Bruxelles, le 14 février 2020. (Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)

Alors qu’Israël a lancé sa campagne de vaccination de masse dimanche, les procureurs de l’Etat ont averti que la diffusion de fausses informations sur le vaccin pourrait constituer une infraction pénale. Facebook a supprimé des dizaines de messages contenant des mensonges sur la vaccination.

Les fausses informations ont été retirées du réseau social dans le cadre d’un effort conjoint entre le géant de la technologie et la cyber-division du bureau du procureur.

En outre, quatre groupes ont été supprimés de Facebook pour avoir propagé de fausses informations sur les vaccinations, ont déclaré les procureurs.

« La diffusion de ces publications peut constituer une infraction pénale », a déclaré la cyber division du bureau du procureur de l’État dans un communiqué.

Un membre du personnel médical se fait vacciner contre le coronavirus COVID-19 à l’hôpital Ichilov de Tel-Aviv, Israël, le 20 décembre 2020. (AP Photo/Ariel Schalit)

Selon la Treizième chaîne d’information, les procureurs ont examiné les groupes qui ont délibérément diffusé de fausses informations, notamment « un faux contenu destiné à semer la panique et à inciter les gens à ne pas se faire vacciner ».

Haim Wismonsky, directeur du cyber-département du bureau du procureur général, a déclaré que les fausses publications sur la vaccination constituent une menace pour la santé publique.

« La diffusion de ces fausses nouvelles peut constituer une infraction pénale et le ministère a donc agi pour les faire retirer de la plateforme Facebook », a-t-il déclaré à la chaîne. « Ces publications peuvent constituer un réel danger pour la santé publique, car on craint que les personnes confrontées à ces publications ne croient à tort qu’elles sont vraies et refusent de se faire vacciner ».

Un iPhone affiche l’application Facebook, le 11 août 2019. (AP Photo/Jenny Kane)

Au début du mois, Facebook a déclaré sur un blog traitant de la question des fausses informations sur le vaccin qu’il supprimerait les messages qui pourraient conduire à un « préjudice physique imminent ».

Les messages qui vont à l’encontre de cette politique pourraient inclure de fausses allégations sur la sécurité, l’efficacité, les composants ou les effets secondaires des vaccins.

« Par exemple, nous supprimerons les fausses allégations selon lesquelles les vaccins COVID-19 contiennent des micropuces, ou tout autre élément qui ne figure pas sur la liste officielle des composants du vaccin », a déclaré la société.

Les théories du complot sur les vaccins dont on sait déjà qu’elles sont fausses seront également supprimées.

Twitter a déclaré la semaine dernière qu’il allait commencer à supprimer de son site les informations erronées sur les vaccinations COVID-19.

Il a listé parmi les postes qui seront supprimés ceux comprenant de fausses affirmations que le virus n’est pas réel, des affirmations démenties sur les effets de la vaccination et des affirmations sans fondement qui suggèrent que les vaccinations sont utilisées pour nuire ou contrôler les gens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...