Noam Tau craint que les anti-vaccin nuisent à la lutte mondiale contre la COVID
Rechercher

Noam Tau craint que les anti-vaccin nuisent à la lutte mondiale contre la COVID

Le médecin israélien s'inquiète de ce que, même si un vaccin est mis au point, les États-Unis pourraient ne pas parvenir à une immunité collective

Illustration : Une seringue face au virus du COVID-19. (Crédit : JOEL SAGET / AFP)
Illustration : Une seringue face au virus du COVID-19. (Crédit : JOEL SAGET / AFP)

Alors que les opposants à la vaccination font monter les enchères contre un éventuel vaccin contre le coronavirus, un médecin israélien vient de publier une recherche qui devrait devenir une arme clé pour tenter de démentir leurs affirmations.

Noam Tau, du centre médical Sheba, a publié une étude évaluée par des pairs, affirmant que la Food and Drug Administration (FDA) américaine est très efficace pour évaluer la sécurité des vaccins avant leur mise sur le marché et pour établir un suivi après leur lancement.

Alarmé par la perspective de la diffusion d’idées « anti-vaccins » essentiellement américaines, Noam Tau a entrepris de donner une réponse simple à ce qu’il considère comme une question clé : le public américain peut-il faire confiance à la FDA en ce qui concerne la sécurité des vaccins ?

Il a constaté que les 57 vaccins approuvés entre 1996 et 2015 avaient présenté 58 problèmes, ce qui, selon lui, est contre-intuitif et rassurant. Il a conclu qu’aucun de ces problèmes n’avait causé de préjudice important à la santé, ce qui indique que le processus d’approbation initial est solide. Le fait que le système de surveillance continue des vaccins de la FDA, sa source d’information, identifie les problèmes de sécurité montre qu’il est fiable et complet, affirme-t-il.

Selon M. Tau, cela devrait permettre d’illustrer simplement que les vaccins qui reçoivent une approbation sont sûrs. « Je sais que je ne vais pas influencer les anti-vaccins, mais j’espère que les nombreuses personnes qui sont sur la défensive seront influencées par cette étude pour vacciner leurs enfants », a-t-il commenté.

Cette photo prise le 29 avril 2020 montre un ingénieur tenant une maquette plastique du coronavirus COVID-19 au laboratoire de contrôle de la qualité des installations de Sinovac Biotech à Pékin. (Photo de NICOLAS ASFOURI / AFP)

Il a déclaré ne pas être particulièrement inquiet du mouvement anti-vaccins en Israël tel qu’il se déroule actuellement, mais il craint que les États-Unis ne parviennent pas à obtenir l’immunité de groupe en raison de leur influence dans ce pays.

Le Dr Anthony Fauci, le plus grand spécialiste des maladies infectieuses du gouvernement américain, a évoqué la possibilité que le faible taux d’utilisation d’un éventuel vaccin COVID-19 puisse amener l’Amérique à ne pas atteindre l’immunité collective. Il a déclaré dans la même interview que « certaines personnes dans ce pays ont un sentiment général anti-science, anti-autorité, anti-vaccin – un pourcentage relativement élevé de personnes, c’est alarmant ».

Noam Tau du centre médical Sheba (Autorisation : centre médical Sheba)

M. Tau a déclaré que la recherche peut renforcer la confiance du public dans cette atmosphère de méfiance. « Mon étude indique que les vaccins présentent des niveaux de sécurité très élevés, et il est important que ce type d’informations claires soit disponible dès maintenant, si l’on veut renforcer la confiance du public dans les vaccins », a-t-il déclaré.

Spécialiste de la qualité et de la sécurité des médicaments et des dispositifs médicaux, M. Tau est co-auteur de son article avec Dafna Yahav et Daniel Shepshelovich, médecins respectivement du Centre médical Rabin et du Centre médical Sourasky. Les trois chercheurs sont également affiliés à la faculté Sackler de médecine de l’université de Tel-Aviv.

Malgré l’engouement international pour la recherche sur le vaccin COVID-19, les sondages indiquent que seulement 49 % des Américains déclarent qu’ils se feraient inoculer. L’enquête, réalisée par l’Associated Press et un institut de recherche, a révélé que 20 % des personnes interrogées ont déclaré clairement qu’elles ne se feraient pas vacciner, tandis que 31 % n’étaient pas sûres.

L’inquiétude concernant les militants anti-vaccins s’accroît aux États-Unis et ailleurs, et vendredi, le Premier ministre britannique Boris Johnson les a qualifiés de « cinglés ». Certains ont répandu des théories conspirationnistes concernant Bill Gates, que le milliardaire a démenties. Les thèmes communs de la propagande anti-vaccins incluent un lien (réfuté) entre les vaccins et l’autisme, et les allégations selon lesquelles les vaccins provoquent le syndrome de mort subite du nourrisson (SMSN), des allergies et toute une série d’autres problèmes médicaux.

Noam Tau a répondu aux questions du Times of Israel juste avant que son étude ne soit publiée dans les Annals of Internal Medicine.

Il est surprenant pour un chercheur en Israël de fouiller dans les archives de la FDA américaine pour donner une réponse au phénomène majoritairement américain de l’opposition aux vaccins. Pourquoi cette question est-elle importante pour vous ?

Nous portons tous des Nike et utilisons des iPhones. Les technologies se diffusent rapidement, tout comme les virus, et il peut en être de même pour le mouvement anti-vaccins.

Il se répandra davantage si nous n’agissons pas rapidement. Et ce mouvement commence à faire des traces ailleurs dans le monde, ce qui est une mauvaise chose à un moment où les maladies infectieuses sont au plus bas dans le monde. Il faut tuer cela dans l’œuf, pour le bien de l’humanité.

Si la confiance dans le futur vaccin aux États-Unis tombe à un faible niveau, d’autres pays pourraient suivre, et les gens pourraient dire : « Si les Américains ne le font pas [le vaccin], pourquoi devrions-nous le faire ? ». Cela m’inquiète.

Vous êtes un spécialiste de la sécurité des produits pharmaceutiques. Comment les vaccins se comparent-ils aux autres produits ?

Il y a moins de pressions économiques – les entreprises gagnent moins d’argent avec les vaccins qu’avec les autres produits – et en fait, le contrôle est meilleur que dans d’autres domaines de la médecine.

Votre étude a porté sur tous les vaccins approuvés par la Food and Drug Administration américaine entre 1996 et 2015 – 57 au total – et a révélé qu’après leur approbation, quelque 58 problèmes de sécurité étaient associés à 25 vaccins. N’y a-t-il pas lieu de s’inquiéter ?

Non. La plupart des problèmes de sécurité étaient très légers et non significatifs, comme l’évanouissement à la réception d’un vaccin, ou simplement lorsqu’une société a publié une notification pour dire que le haut du petit récipient en verre a changé et que si vous êtes allergique au latex, prenez-en note – juste une notification préventive.

Un participant à un essai d’un vaccin contre le coronavirus COVID-19 reçoit une injection à Kansas City, Missouri, le 8 avril 2020. (Center for Pharmaceutical Research via AP)

Un vaccin a été retiré. Quel était le problème ? Et qu’est-ce que cela nous apprend ?

Nous constatons qu’un seul vaccin a présenté des problèmes plus fréquents que ce que la FDA aurait autorisé, et ces problèmes sont encore très rares. Une personne sur 5 000 à 10 000 a eu un léger effet secondaire intestinal dû au vaccin RotaShield contre le rotavirus. Néanmoins, il a été retiré du marché, et le fait qu’il ait été retiré rapidement après son approbation montre en fait l’efficacité des systèmes de contrôle de sécurité.

Que dites-vous aux personnes qui acceptent que votre rapport soit rassurant en ce qui concerne les vaccins antérieurs, mais qui, étant donné la ruée vers une injection anti-COVID-19, craignent une baisse des niveaux de sécurité ?

Les normes de sécurité sont solides et ne sont pas compromises en général, et elles le resteront, en particulier compte tenu de la grande visibilité des développements actuels. Mon étude montre que la surveillance de suivi, ainsi que l’approbation initiale, sont très approfondies, de sorte que la surveillance continue sera implacable. Et il est bon de savoir que la plupart des vaccins contre le coronavirus proposés utilisent des technologies familières dont nous savons déjà qu’elles sont sûres – les changements sont minimes, mais les nouveaux vaccins seront néanmoins testés de manière approfondie.

Vous craignez que les militants anti-vaccins ne sapent l’efficacité des programmes de vaccination COVID-19. Parlez-moi de cela.

En Israël, les niveaux de vaccination pour un futur vaccin COVID-19 seront probablement élevés, car, en général, nous avons un pourcentage très élevé de vaccination, l’un des meilleurs du monde occidental, supérieur à 90 %.

Je suis donc optimiste quant à l’acceptation par la population israélienne des vaccinations lorsqu’elles seront disponibles. Mais les États-Unis sont différents, et la question est de savoir si les États-Unis seront considérés comme un pays à accès restreint pour les voyages, exigeant toujours une quarantaine au retour, car les niveaux de vaccination pourraient être inférieurs à ceux requis pour une protection étendue contre le coronavirus. Nous ne connaissons pas le nombre nécessaire pour la protection du public, mais pour d’autres maladies, il est de 80 à 90 %.

Les vaccins agissent au niveau personnel, pour protéger la personne qui les reçoit, mais lorsque vous atteignez un niveau suffisamment élevé parmi le public, ils protègent également l’ensemble de la société, en assurant l’immunité de groupe, et en faisant éventuellement disparaître la maladie. Si trop peu de personnes se font vacciner, il n’y a pas d’immunité collective.

Un patient est transporté du centre hospitalier d’Elmhurst vers une ambulance en attente, dans le quartier du Queens à New York, le 7 avril 2020. (AP/Kathy Willens)

Et les gens doivent comprendre qu’avec la COVID-19, cette immunité ne se produira pas toute seule – dans la plupart des pays, seulement 1 à 5 % de la population a été infectée, et nous ne savons pas si le fait d’avoir été infecté procure de toute façon une immunité durable.

Vous craignez donc que le mouvement anti-vaccins ne fasse pas en sorte que les États-Unis n’obtiennent pas l’immunité collective, ce qui aurait pour conséquence d’exclure l’Amérique lorsque les voyages internationaux sans quarantaine reprendront ?

Oui, je pense que cela pourrait se produire, surtout si la FDA ne parvient pas à fournir le vaccin de sorte qu’il soit vraiment gratuit pour tous, car cela diminuera le nombre de personnes qui se feront inoculer. Même s’il ne s’agit que de 5 dollars, cela pourrait avoir un impact. Des gens diront [aux autorités] que si on ne l’a pas gratuitement, cela montre que vous ne voulez pas vraiment que nous le prenions.

L’opposition aux vaccins est un phénomène qui traverse les religions et les cultures, mais avez-vous une idée de sa popularité dans certaines parties de la communauté Haredi ?

Je suis vraiment inquiet au sujet de certaines poches de la communauté Haredi, principalement aux États-Unis, mais aussi en Israël, où il y a une opposition à la vaccination. C’est effrayant, et nous n’avons pas besoin d’autres excuses pour l’antisémitisme.

Si, d’ici un an, nous constatons que certaines des poches aux États-Unis qui ne sont pas vaccinées comptent de grandes communautés juives, cela pourrait inciter certaines parties plus radicales de la population américaine à dire : « Écoutez, ce n’est pas la maladie ; ce sont juste les Juifs ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...