Feuilleton coronavirus: Allons-nous tous mourir ou est-ce une « panique inutile »?
Rechercher
Opinion

Feuilleton coronavirus: Allons-nous tous mourir ou est-ce une « panique inutile »?

Que sommes-nous censés faire, nous les non-experts, des évaluations contradictoires ? Et comment distinguer entre décisions égoïstes des dirigeants et leur intérêt national ?

David est le fondateur et le rédacteur en chef du Times of Israel. Il était auparavant rédacteur en chef du Jerusalem Post et du Jerusalem Report. Il est l’auteur de « Un peu trop près de Dieu : les frissons et la panique d’une vie en Israël » (2000) et « Nature morte avec les poseurs de bombes : Israël à l’ère du terrorisme » (2004).

Des Israéliens font la queue devant le supermarché Rami Levy à Ashdod, le 14 mars 2020. (Flash90)
Des Israéliens font la queue devant le supermarché Rami Levy à Ashdod, le 14 mars 2020. (Flash90)

Je ne sais pas ce qu’il en est pour vous, mais moi, je passe d’un extrême à l’autre.

Notre publication sœur en hébreu, Zman Yisrael, a réalisé il y a quelques jours une interview avec un futurologue (ça existe) israélien renommé, le professeur David Passig, dans laquelle il avertissait que le coronavirus pourrait tuer jusqu’à 300 millions de personnes et réécrire l’histoire du 21e siècle. Passig est un universitaire respecté, conseiller auprès des commissions de la Knesset et des comités gouvernementaux.

Et aussi choquante que soit son évaluation, elle n’est pas à un million de kilomètres de l’avertissement lancé par le Premier ministre Benjamin Netanyahu jeudi soir dernier, lorsqu’il a déclaré que la pandémie ne ressemblait à rien de ce que le monde ou l’Israël moderne avaient connu, et qu’elle remontait à un siècle en arrière, à la grippe espagnole, à titre de comparaison. « Des dizaines de millions de personnes en sont mortes », a noté M. Netanyahu, « à une époque où la population mondiale représentait un quart de celle d’aujourd’hui ».

D’autre part, en regardant certains experts médicaux à la télévision israélienne ces derniers jours, on peut arriver à des conclusions très différentes. « La panique autour du coronavirus est plus dommageable que le coronavirus lui-même », a déclaré samedi le président sortant de l’Association médicale israélienne, le professeur Leonid Eidelman, à la Douzième chaîne de télévision.

Prof. Jihad Bishara. (Autorisation)

Et dimanche, le professeur Jihad Bishara, directeur de l’unité des maladies infectieuses à l’hôpital Beilinson de Petah Tikva, a (vraiment) insisté sur le fait qu’“il y a une panique inutile et exagérée. Nous devons calmer les gens… Les gens pensent qu’il y a une sorte de virus, qu’il est dans l’air, qu’il va nous attaquer tous, et que celui qui est attaqué va mourir. Ce n’est pas du tout comme ça. Ce n’est pas dans l’air. Tout le monde [qui est infecté] ne meurt pas ; la plupart d’entre eux vont aller mieux et ne sauront même pas qu’ils étaient malades, ou auront un peu de glaires”. Mais en Israël et dans le monde entier, « tout le monde panique – les dirigeants, via les médias, et le grand public – qui à leur tour commencent à stresser les dirigeants. Nous sommes entrés dans une sorte de cercle vicieux ».

Alors, qu’est-ce que nous, les non-experts, sommes censés en penser ? On peut supposer que, comme souvent, la sagesse se trouve entre les deux extrêmes, dans le juste milieu.

Pour commencer, l’idée de « distanciation sociale » semble avoir beaucoup de sens. Il s’agit d’un virus transmis par la toux et les éternuements, et aussi d’un virus qui peut traîner sur les surfaces mais qui n’aime pas le savon. Ainsi, l’idée de ne pas se serrer dans ses bras, s’embrasser ou se serrer la main semble pragmatique ; garder une distance de quelques mètres entre les personnes ; tousser et éternuer dans les mouchoirs ; se laver abondamment les mains avec du savon (au moins 20 secondes).

Et pas si malin ? La foule à l’intérieur et à l’extérieur des supermarchés – comme l’ont fait des centaines d’Israéliens dans tout le pays après la fin du Shabbat samedi soir. Je veux dire que nous utilisons tous du papier toilette, mais risquer d’être infecté par un virus pour lequel il n’existe pas de vaccin pour quelques rouleaux supplémentaires, alors que tout indique que ni le papier toilette ni rien d’autre dans les supermarchés n’est sur le point de manquer, semblerait être une erreur assez radicale de jugement des priorités.

Le rabbin Chaim Kanievsky dans sa maison à Bnei Brak, le 15 avril 2018. (Yaakov Naumi/Flash90)

Pas si malin non plus ? Le courant lituanien de la communauté ultra-orthodoxe continue d’envoyer ses enfants dans des écoles bondées, et ses jeunes hommes dans des yeshivot bondées, parce que son estimé chef spirituel, le rabbin Chaim Kanievsky, a décidé que les études doivent continuer. En fait, son petit-fils lui a brièvement demandé (en hébreu) si les études à l’école et dans la yeshiva devaient s’arrêter pendant que le virus était combattu, et Kanievsky, 92 ans, a murmuré « Dieu nous en préserve ». Comme il doit être réconfortant d’avoir un dirigeant qui n’a pas besoin de consulter longuement des experts médicaux, ni de peser le pour et le contre de la crainte que certains de ses adhérents puissent propager le virus entre eux et avec d’autres, avant de prendre une décision aussi fatidique.

Non pas que les autorités soi-disant responsables traitent toutes cette question avec une compétence particulière. Après avoir cherché à marginaliser le virus par la seule force du mépris, le président américain Donald Trump est passé complètement à l’autre extrême, a déclaré un état d’urgence nationale et a décidé d’imposer des restrictions aux voyages en provenance d’Europe. Cela a incité, sans surprise, un grand nombre d’Américains à rentrer chez eux, où, pendant le week-end, des milliers de nouveaux arrivants ont passé des heures et des heures dans des terminaux d’aéroports américains encombrés, en attendant d’être contrôlés pour le virus.

« S’ils n’étaient pas exposés au COVID-19 avant, ils le sont probablement maintenant », a déploré le Dr Robert Murphy, directeur exécutif de l’Institut pour la santé mondiale à l’Université Northwestern, en regardant les scènes « épouvantables » à l’aéroport O’Hare tout proche. « Du point de vue de la santé publique, c’est une faute professionnelle », a déclaré le Dr Murphy à l’AP. « Le manque de préparation et de vigilance est inconcevable. Il ne s’agit pas d’une « mauvaise planification ». C’est « aucune planification ».

Des voyageurs font la queue pour passer la douane à l’aéroport international O’Hare de Chicago, le samedi 15 mars 2020. (AP Photo/Michael Sadler)

Israël a pris de l’avance en fermant pratiquement ses frontières – les arrivants israéliens sont envoyés directement en quarantaine pendant 14 jours, et les non-nationaux sont interdits d’entrée à moins qu’ils n’aient eux aussi un endroit où aller en isolement. Les rassemblements de plus de 10 personnes sont interdits. Les lieux de divertissement et de culture sont censés fermer. Les cafés et les restaurants tentent de survivre en mettant en place des services de plats à emporter.

Mais la question de notre planification stratégique en prévision de ce défi est également au centre des préoccupations.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) avec le ministre de la Santé Yaakov Litzman (à droite) et le directeur général du ministère de la Santé Moshe Bar Siman Tov lors d’une conférence de presse sur le coronavirus, au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 11 mars 2020. M. Netanyahu explique comment le coronavirus peut se propager à partir d’un éternuement. (Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est placé au premier plan de la lutte contre le virus – une stratégie qui n’est pas sans risque. D’une part, ses messages à la nation ces derniers jours visent clairement à renforcer le sentiment, acquis au courant d’une décennie consécutive au pouvoir, qu’il est indispensable. D’autre part, si la gestion de la crise par Israël tourne mal, on se souviendra de lui comme celui qui l’a conduit à la catastrophe.

Les Israéliens peuvent être un peuple assez discipliné – les habitudes de conduite et l’hystérie du papier toilette mises à part. Ceux qui sont tenus de le faire respectent la règle de l’auto-quarantaine. Les récentes descentes de police dans des centaines de salles de réception et autres établissements, pour s’assurer que la limite de 100 personnes (réduite à 10 depuis) était respectée, n’ont permis de trouver qu’une poignée de contrevenants.

Mais les restrictions sous lesquelles on nous dit aujourd’hui – comme à beaucoup, beaucoup de nations dans le monde – que nous devons vivre sont radicalement atypiques. Coincés à la maison avec les enfants après la fermeture de tous les établissements d’enseignement, la disparition des emplois, l’effondrement de l’économie, et la perspective que cela continue pendant des mois, on peut facilement discerner une montée de la grogne nationale.

Les émissions de radio et de télévision de lundi ont consacré de longues heures à critiquer non pas le traitement de l’ici et maintenant, mais les échecs apparents de la planification qui ont mis notre service médical, qui ne cesse de grincer, sous une pression trop forte pour faire face correctement à ce genre de nouveau défi – avec de nombreuses citations d’années de rapports du contrôleur de l’État qui mettaient en garde contre le manque de préparation stratégique en cas de catastrophe nationale. On dit que le personnel médical est sous-protégé et en danger direct ; des milliers d’entre eux sont maintenant en quarantaine après avoir été exposés à des patients infectés.

Le président Reuven Rivlin (à droite) charge le président de Kakhol lavan Benny Gantz de former un gouvernement lors d’une cérémonie à la résidence du président à Jérusalem, le 16 mars 2020. (Mark Neyman/GPO)

Bien sûr, la pandémie a frappé alors qu’Israël est toujours dans une impasse politique. Une nouvelle Knesset a prêté serment lundi après-midi – trois députés à la fois dans les limites des rassemblements – après une nouvelle élection dans l’impasse, alors que le rival de Netanyahu, Benny Gantz, est le premier à tenter de former une coalition. Israël n’a pas de Parlement effectif depuis plus d’un an, pas de gouvernement pleinement opérationnel, pas de chef de la police attitré, pas de budget national actualisé – autant de facteurs qui entravent profondément la réponse nationale à la crise.

Et le Premier ministre est une figure très controversée.

Son procès pour corruption devait commencer mardi, mais son ministre de la Justice intérimaire trié sur le volet a ordonné la fermeture des tribunaux à 1 heure du matin dimanche, et le procès de Netanyahu a été reporté au mois de mai.

Des fermetures de tribunaux ont été ordonnées dans de nombreux pays dans le cadre de la lutte contre le virus, mais Netanyahu aurait peut-être été plus intelligent d’insister pour que la lecture des accusations portées contre lui se fasse dans les délais prévus – ne serait-ce que pour priver ses détracteurs des munitions nécessaires pour prétendre qu’il tire profit de la crise du virus à des fins personnelles.

A LIRE : Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...