Hommage à ces Juifs inspirants décédés en l’an 5779
Rechercher

Hommage à ces Juifs inspirants décédés en l’an 5779

À la mémoire de ces artistes, activistes et personnalités ordinaires qui ont répondu à l'appel de l'histoire – ainsi qu'à celle des victimes de la haine antijuive aux Etats-Unis

  • Un policier de Pittsburgh marche devant un mémorial de fleurs et d'étoiles dressé devant la synagogue Tree of Life de Pittsburgh, le 28 octobre 2018 (Crédit :  AP/Gene J. Puskar)
    Un policier de Pittsburgh marche devant un mémorial de fleurs et d'étoiles dressé devant la synagogue Tree of Life de Pittsburgh, le 28 octobre 2018 (Crédit : AP/Gene J. Puskar)
  • Rabbi Yechiel Eckstein en Ukraine (Autorisation)
    Rabbi Yechiel Eckstein en Ukraine (Autorisation)
  • Stan Lee pose avec un livre de "Spider man" en 1991. Lee a également créé Iron Man, Thor et l'incroyable Hulk. (Crédit : Gerald Martineau/The Washington Post via Getty Images)
    Stan Lee pose avec un livre de "Spider man" en 1991. Lee a également créé Iron Man, Thor et l'incroyable Hulk. (Crédit : Gerald Martineau/The Washington Post via Getty Images)
  • Une photo de Lori Gilbert-Kaye au centre Habad de Poway, Californie, le 3 mai 2019. (Gabrielle Birkner/JTA)
    Une photo de Lori Gilbert-Kaye au centre Habad de Poway, Californie, le 3 mai 2019. (Gabrielle Birkner/JTA)
  • Les jumelles Miriam (g) et Eva Mozes, en Roumanie, en 1949. (Autorisation)
    Les jumelles Miriam (g) et Eva Mozes, en Roumanie, en 1949. (Autorisation)

JTA — Une année qui se termine a toujours la saveur douce-amère des personnalités incroyables qu’elle a laissées sur son chemin et que nous avons perdues. Et cette année, c’est une tâche particulièrement lourde alors que douze personnes figurant sur la liste ont été assassinées par la haine antijuive dans une expression de sa violence la plus atroce dans des synagogues américaines.

Aux côtés des victimes des fusillades de Pittsburgh et de Poway, en Californie, des artistes, des activistes et des personnalités ordinaires qui ont répondu de manière héroïque à l’appel de l’Histoire.

Voici certains des récits qui nous ont le plus inspirés.

Les victimes de Pittsburgh

Le 27 octobre 2018, un homme armé pénètre dans la synagogue de Pittsburgh, en Pennsylvanie, et ouvre le feu en hurlant des slogans antisémites. Cette fusillade devient l’acte de terrorisme le plus meurtrier de toute l’histoire du pays à l’encontre des Juifs américains.

Une femme dépose des fleurs devant la synagogue Tree of life, du quartier de Squirell Hill, à Pittsburgh, après un attentat la veille dans une synagogue qui a fait 11 morts, le 28 octobre 2018. (Crédit : Brendan Smialowski / AFP)

Onze fidèles, âgés de 54 à 97 ans, sont tués ce matin-là. Parmi les victimes, un couple marié, Bernice et Sylvan Simon, et deux frères, David et Cecil Rosenthal, ainsi que Daniel Stein, Jerry Rabinowitz, Richard Gottfried, Joyce Fienberg, Rose Mallinger, Melvin Wax et Irving Younger.

Herman Wouk

Herman Wouk, lauréat du prix Pulitzer, à Palm Springs, en Californie, le 15 mai 2000. (AP Photo/Douglas L. Benc Jr., File)

Quand le Time avait placé Herman Wouk en Une, en 1955, il avait trouvé paradoxal l’entremêlement, chez l’auteur, de ses œuvres littéraires et de sa pratique religieuse. Mais au cours d’une carrière qui aura duré presque sept décennies, Wouk aura aidé à faire entrer le judaïsme dans la tradition américaine par le biais de plus d’une vingtaine de romans et ouvrages de non-fictions avec plusieurs adaptations cinématographiques. Il s’est éteint le 17 mai à l’âge de 103 ans.

Amos Oz

Amos Oz et son chat, dans son salon de Tel Aviv en septembre 2016. (Jessica Steinberg/Times of Israël)

Amos Oz aura remporté pratiquement tous les prix littéraires à l’exception du Nobel. Il aura été peut-être l’un des auteurs israéliens les plus largement traduits. Il était également l’un des activistes pour la paix les plus fervents, qualifiant le retrait d’Israël des Territoires palestiniens « d’impératif moral » et avait notamment aidé à fonder l’organisation La Paix Maintenant, en 1978. Dans des romans tels que Mon Michael, La Boîte noire, Les terres du chacal et son autobiographie parue en 2002, Une histoire d’amour et de ténèbres – adaptée plus tard sur le grand écran avec Natalie Portman dans un premier rôle – Oz aura fait la chronique du développement émotionnel de son jeune pays. Il s’est éteint au mois de décembre, à l’âge de 79 ans.

Peggy Lipton

L’actrice Rashida Jones, au centre, pose avec son père Quincy Jones, à gauche, et sa mère Peggy Lipton, à droite, lors de la première de ‘Celeste and Jesse Forever’ au festival du film de Sundance de 2012 à Park City, dans l’Utah, le 20 janvier 2012. (Crédit : AP Photo/Danny Moloshok, File)

L’actrice Peggy Lipton était la fille d’immigrants Juifs russes et a été élevée dans une enclave juive de Long Island, à New York. Elle était devenue la quintessence de la hippie dans le drame criminel « The Mod Squad ». En 1974, elle avait épousé le producteur de musique de légende Quincy Jones, avec lequel elle avait eu deux filles. Elle est décédée des suites d’un cancer au mois de mai à l’âge de 72 ans.

Lori Gilbert-Kaye

Lori Gilbert-Kaye qui a été tuée dans une fusillade à la synagogue du comté de San Diego, le 27 avril 2019. (Facebook)

Lorsqu’un homme armé s’est introduit dans la synagogue ‘Habad de Poway, au mois d’avril, Lori Gilbert-Kaye se serait placée devant le rabbin pour le protéger des balles. Gilbert-Kaye, 60 ans, a été la seule victime mortellement touchée dans cette attaque d’une congrégation des environs de San Diego. Pilier de la communauté, hôtesse régulière de repas de Shabbat partagés avec ses invités, Gilbert-Kaye laisse derrière elle son époux, le docteur Howard Kaye et une fille unique, Hannah.

Yechiel Eckstein

Le rabbin Yechiel Eckstein sortant du premier vol d’alyah organisé par l’International Fellowship of Christians and Jews, en décembre 2014. (Avec l’aimable autorisation de l’International Fellowship of Christians and Jews)

L’Histoire se souviendra de Yechiel Eckstein comme l’homme ayant soulevé des centaines de millions de dollars, majoritairement auprès de chrétiens, pour aider les Juifs défavorisés en Israël et au-delà. Mais pour les milliers de Juifs se trouvant dans des zones de conflit qu’il aura aidés à venir en Israël, Eckstein avait un peu d’un ange gardien. Il avait fondé le mouvement International Fellowship of Christians and Jews en 1983 et par son courage, grâce à son charisme et à son travail acharné, il avait fait des progrès sans précédent dans la collecte de fonds pour des causes juives auprès des évangéliques. Il est mort d’une insuffisance cardiaque au mois de février à Jérusalem. Il avait 67 ans.

David Berman

David Berman lors d’une représentation avec le groupe Silver Jews en 2006. (Yani Yordanova/Redferns/Getty Images via JTA)

David Berman était le fondateur du groupe Silver Jews, qui a sorti six albums entre 1994 et 2008. Berman, qui s’était battu contre des toxicomanies variées et survécu à de multiples overdoses, s’était longtemps qualifié de « Juif ethnique ». Mais après un passage en centre de désintoxication au milieu des années 2000, il avait commencé à aller à la synagogue et à étudier les textes juifs. Il est mort au mois d’août à l’âge de 52 ans.

Barbra Siperstein

L’activiste des droits des transgenres Barbra Casbar Siperstein, le 14 juillet 2016. (Capture d’écran : YouTube)

Le 1er février 2019, la loi Babs Siperstein a été mise en vigueur dans le New Jersey, permettant aux résidents de changer leur identité de genre sans nécessité d’une preuve d’intervention chirurgicale de réassignement de genre. Barbra Siperstein était défenseuse et militante en faveur de l’égalité entre les genres et des droits des personnes transgenres. En 2009, après avoir terminé son protocole de changement de sexe et subi des interventions, elle avait officiellement changé son nom en hébreu – Eliezer Banish – en optant pour celui de Baila Chaya lors d’une cérémonie dans sa synagogue conservatrice de Freehold.

Eva Mozes Kor

Eva Mozes Kor, devant sa photographie au musée du mémorial d’Auschwitz, en 2007. (Crédit : autorisation)

Eva Mozes Kor était née en Roumanie et, aux côtés de sa sœur jumelle, elle avait été envoyée à Auschwitz en 1944. Au camp de concentration, les deux fillettes avaient subi des expérimentations médicales entre les mains de Josef Mengele, médecin nazi de triste mémoire.

Mais Kor n’aura jamais été du genre à entretenir de la rancune – même contre les nazis. Elle avait publiquement pardonné à Mengele et fait la Une des journaux en Allemagne pour avoir embrassé Oskar Groening, gardien à Auschwitz, lors de son procès en 2005. Kor s’est éteinte au mois de juillet, en Pologne, lors d’un voyage organisé par le centre d’éducation et musée de la Shoah Candles qu’elle avait fondé à Terre Haute, dans l’Indiana, en 1995.

Stan Lee

Sur cette photo d’archive du 16 avril 2002, Stan Lee, créateur de bandes dessinées telles que « Spider-Man », « The Incredible Hulk » et « X-Men », sourit lors d’une séance photo dans son bureau de Santa Monica, en Californie. (Crédit : AP / Reed Saxon, Fichier)

Peu ont eu un impact aussi significatif et durable sur l’industrie des comics – et des méga-blockbusters qui ont suivi – que Stan Lee, le génial auteur des Marvel comics. Parmi les personnages qu’il aura aidé à créer aux côtés d’autres artistes : Spider-Man, l’incroyable Hulk, les X-Men, the Fantastic Four, Iron Man et Thor. Né Stanley Lieber, ses parents étaient des immigrants juifs venus de Roumanie. Il est mort au mois de novembre à l’âge de 95 ans.

Simcha Rotem

Simcha Rotem, au centre, en 2013. (CC_BY-SA:Wikimedia/Meron Derso)

Peu d’événements historiques ont illustré de manière plus dramatique le défi des Juifs face aux persécutions que le soulèvement du ghetto de Varsovie. Et Simcha Rotem, qui est mort à Jérusalem au mois de décembre, à l’âge de 94 ans, était le dernier survivant connu du soulèvement.

Né Kazik Ratajzer à Varsovie en 1924, Rotem avait perdu six membres de sa famille quand les Allemands avaient bombardé son habitation en 1939. Après le soulèvement, Rotem avait dirigé les survivants du ghetto à travers les égouts de la ville, leur sauvant la vie. Il avait ensuite immigré dans l’Israël pré-Etat en 1946 et combattu au cours de la guerre d’Indépendance.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...