Hors des griffes de Netanyahu, Yamina en quête de pouvoir depuis l’opposition
Rechercher
Analyse

Hors des griffes de Netanyahu, Yamina en quête de pouvoir depuis l’opposition

Une nouvelle opposition cohérente se forme à la droite de Netanyahu alors qu'il entre dans un gouvernement d'union avec le parti centriste Kakhol lavan

Haviv Rettig Gur

Haviv Rettig Gur est l'analyste du Times of Israël

De gauche à droite : Naftali Bennett, Ayelet Shaked et Bezalel Smotrich lors d'un événement de campagne dans l'implantation d'Elkana, en Cisjordanie, le 21 août 2019. (Crédit : Ben Dori/Flash90)
De gauche à droite : Naftali Bennett, Ayelet Shaked et Bezalel Smotrich lors d'un événement de campagne dans l'implantation d'Elkana, en Cisjordanie, le 21 août 2019. (Crédit : Ben Dori/Flash90)

Pour la première fois de leur carrière politique, Naftali Bennett, Ayelet Shaked et Bezalel Smotrich se retrouvent dans l’opposition à la Knesset.

Les trois membres de la Knesset appartiennent au parti Yamina, une alliance de deux factions de droite, HaYamin HaHadash et l’Union nationale. C’est une petite faction, qui ne compte que cinq sièges au total.(Ils étaient six jusqu’à jeudi, avant que Rafi Peretz, le seul représentant du parti HaBayit HaYehudi dans l’alliance Yamina, ne quitte le navire pour devenir le ministre des Affaires de Jérusalem dans le nouveau gouvernement).

La décision sans précédent de Yamina d’abandonner le bloc de droite du Premier ministre Benjamin Netanyahu – formé après le second tour des élections l’année dernière – et de se diriger vers l’opposition couvait depuis des semaines.

Elle a de nombreuses causes.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu à la Knesset, le 30 avril 2020. (Capture d’écran/Knesset)

« Siège-ologie »

Le parti a été critiqué par le Likud pour avoir abandonné le bloc pro-Netanyahu « non pas par idéologie mais par souci de siège », comme l’affirmait un communiqué du parti la semaine dernière. Les « sièges » en question sont ceux qui entourent la table du cabinet.

Il n’y avait pas de grand principe derrière le fait que Yamina se soit tourné vers l’opposition, a soutenu le Likud. Le chef du parti, Bennett, avait simplement besoin de plus de ministères que sa petite faction ne le méritait de façon légitime. Le parti n’a pas pu obtenir suffisamment de postes ministériels pour satisfaire les aspirations de tous ses dirigeants en raison de sa faible performance lors des élections du 2 mars.

Et en effet, certains responsables de Yamina admettront volontiers qu’un passage dans l’opposition est considéré par beaucoup au sein du parti comme préférable à l’intense amertume et aux récriminations qui peuvent résulter du fait que certains membres se retrouvent écartés par le nouveau gouvernement.

Pourtant, Yamina a une bien meilleure raison de rechercher l’opposition et se prépare à profiter pleinement de cette opportunité : Elle prévoit d’utiliser ce moment pour enfin sortir de la grande ombre de Netanyahu.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (gauche) et le ministre de la Défense Naftali Bennett (2e à gauche) visitent une base aérienne sur le plateau du Golan annexé par Israël surplombant le territoire syrien, le 24 novembre 2019. (Photo par ATEF SAFADI / POOL / AFP)

Le terrain perdu

Même si l’on inclut la faction HaBayit HaYehudi, l’alliance Yamina des partis religieux de droite est, dans l’ensemble, un échec. En remportant seulement six sièges le 2 mars, soit 5 % de la Knesset, Yamina prétend représenter un large échantillon du camp « sioniste-religieux » de la société israélienne, que les chercheurs Shmuel Rosner et Camil Fuchs, dans leur récent livre « #IsraeliJudaism », estiment à environ 20 % de la population juive israélienne.

C’est un écart très important, qui suggère à la fois que Yamina a un énorme potentiel de croissance électorale et qu’elle a lamentablement échoué à faire valoir ses arguments même auprès de la grande majorité de sa propre communauté présumée.

Jeudi, Peretz, un rabbin, ancien pilote de l’armée de l’air et (jusqu’à son incursion en politique en février de l’année dernière) leader très respecté de la communauté sioniste religieuse, a abandonné Yamina pour Netanyahu. Peretz et Netanyahu ont tous deux souligné l’importance de la représentation du « sionisme religieux » au sein du nouveau gouvernement.

« Il est inconcevable que le sionisme religieux ne soit pas dans ce gouvernement, qui appliquera la souveraineté en Judée et en Samarie, la terre et l’héritage de nos ancêtres », a écrit Peretz dans un post sur Facebook la semaine dernière.

Les établissements d’enseignement sionistes religieux risquent de fermer pendant la crise économique post-coronavirus, a-t-il averti. Qui sera là pour les sauver à la table du gouvernement, a-t-il demandé.

Le ministre de l’Education Rafi Peretz s’exprime lors d’une conférence de presse au bureau du Premier ministre à Jérusalem le 12 mars 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Pourtant, malgré toutes ses prétentions à représenter le sionisme religieux, il n’est même pas évident que Peretz puisse prouver de manière convaincante qu’il représente sa propre faction réduite HaBayit HaYehudi.

Son accord de coalition avec Netanyahu, aurait déclaré un responsable de la branche locale du HaBayit HaYehudi la semaine dernière à la Douzième chaîne, « ne mentionne pas » les principales politiques et institutions qui sont d’un intérêt vital pour la communauté, comme le service national géré par l’État et les programmes de volontariat religieux.

La « plus grande réalisation de Peretz », a déclaré le responsable, « a été la vente de HaBayit HaYehudi à la coalition en échange de la couverture de millions de shekels de dettes. Vous savez comment on appelle ça ailleurs ».

Le « forum municipal » du parti a même demandé au parti, jeudi, d’avancer les primaires pour le poste de chef du parti afin que les opposants à la décision de Peretz puissent le démettre de ses fonctions.

Smotrich, de Yamina, a donné sa propre réponse désinvolte au brusque revirement de Peretz jeudi, en tweetant l’image d’une clé de voiture Mitsubishi. Il n’y a pas de légende, mais aucun Israélien de droite n’en a besoin. En 1993, le député du Likud Alex Goldfarb, qui s’était opposé aux accords de paix d’Oslo signés cette année-là, a accepté de changer de camp et de soutenir ces accords en échange d’une nomination au poste de vice-ministre. Un des avantages de cette nomination : une voiture Mitsubishi fournie par le gouvernement, qui est devenue un raccourci politique israélien pour vendre ses principes pour des récompenses honorifiques.

Et si Peretz a dû faire face à l’excoriation d’anciens alliés et même de responsables de son propre parti, il n’a pu trouver aucun réconfort auprès de ses nouveaux partenaires du Likud, qui ont travaillé dur la semaine dernière pour construire leur propre campagne auprès de la communauté sioniste religieuse.

Dans le cadre de ses nominations ministérielles, Netanyahu serait en train de constituer un portefeuille ministériel construit dans un seul but : faire appel aux électeurs sionistes religieux, leur montrer qu’il les aime. Le ministère sera responsable de la Division des implantations, qui s’occupe de la plupart des plans de logement pour les implantations de Cisjordanie, ainsi que des programmes de service national non militaire où les femmes sionistes religieuses constituent la majorité des enrôlés. La principale candidate à ce poste : la ministre sortante des Affaires de la Diaspora, Tzipi Hotovely, qui s’identifie également au camp sioniste religieux. Hotovely est devenue dimanche la première ministre des Affaires des Implantations.

Alors, qui représente la droite religieuse ? Est-ce le parti qui peut prétendre au soutien d’un quart des électeurs de la communauté ? Ou la faction à un seul siège qui s’engage à représenter ses intérêts à la table du cabinet ? Ou le parti au pouvoir qui fait de son mieux pour montrer qu’il s’intéresse à la question ?

Points de pression

Yamina est sûre d’une chose : elle peut faire mieux. En 2013, à la tête d’une alliance similaire appelée « HaBayit HaYehudi », Naftali Bennett a remporté 12 sièges aux urnes. En 2020, il en a obtenu six. Le parti estime que sa circonscription naturelle représente 20 % de la population et a obtenu 10 % du Parlement il y a tout juste huit ans. Cela signifie qu’il a un énorme potentiel de croissance – s’il peut se distinguer du Likud sur le plan idéologique et politique.

Pourtant, la nouvelle stratégie d’opposition de Yamina ne se limite pas à rivaliser avec Netanyahu pour obtenir peut-être les 6 sièges des électeurs sionistes religieux. Elle veut définir les principes du nouveau gouvernement et aider à définir l’héritage de Netanyahu.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et la juriste du Likud Tzipi Hotovely (à gauche) lors d’une réunion de faction de la Knesset, le 5 décembre 2016. (Miriam Alster/Flash90)

Netanyahu est enfermé dans un gouvernement d’unité qui abandonne une grande partie du programme de la droite à ses partenaires centristes. Les principales promesses de campagne de Yamina – de la réforme judiciaire à une position israélienne plus agressive envers Gaza en passant par des politiques économiques de libre marché – ont été en grande partie remises au bloc dirigé par Kakhol lavan, dirigé par Benny Gantz, qui contrôlera les ministères de la Défense, de la Justice et de l’Economie dans le nouveau gouvernement.

Cette réalité a frustré et inquiété de nombreuses personnes à Yamina pendant de nombreuses semaines, comme lorsque l’un des responsables du parti a déclaré au quotidien pro-Netanyahu Israel Hayom il y a sept semaines déjà, le 30 mars, soit quatre jours seulement après le début des pourparlers d’unité entre le Likud et Kakhol lavan : « Si Netanyahu forme un gouvernement de gauche [c’est-à-dire un gouvernement dans lequel Gantz contrôle les politiques clés], nous essaierons de le renverser depuis l’opposition. »

Les trois dirigeants de Yamina, Bennett, Shaked et Smotrich, partagent tous un trait qui fait cruellement défaut à Peretz : ce sont des agitateurs politiques qui connaissent bien les médias et qui ont réussi à s’imposer sur la scène politique grâce aux groupes militants (My Israel et Regavim) qu’ils ont créés.

Pour un tel triumvirat, l’opposition est synonyme de liberté. L’ancien cadre de la haute technologie Bennett et la laïque Shaked, originaire de Tel Aviv, sont aussi à l’aise dans les salles de conseil des gratte-ciel de Tel Aviv que dans n’importe quelle implantation. Smotrich, ancien chef d’un groupe de défense de la droite qui s’occupe des questions foncières et des implantations, peut remplir les vides concernant la Ligne verte ou les éléments les plus conservateurs de la communauté sioniste religieuse.

Et ils n’auront plus rien d’autre à faire que de parcourir le pays en fustigeant et en mettant Netanyahu dans l’embarras à chaque instant.

Le ministre des Transports Bezalel Smotrich arrive à un bureau de vote dans l’implantation de Kedumim en Cisjordanie, le 2 mars 2020. (Sraya Diamant/Flash90)

Ils savent, tout comme Netanyahu, qu’il existe un terrain fertile pour semer les graines du mécontentement. Netanyahu est soutenu par la droite religieuse aux urnes, mais il n’est pas forcément aimé ou respecté par la communauté. Au fil des ans, le Premier ministre a promis beaucoup de choses au mouvement des implantations qui forment la base de Yamina, mais n’a tenu que peu d’entre elles. Cette histoire est omniprésente dans la relation.

Ainsi, on trouve sur le site web de Srugim, l’un des principaux relais d’information et d’opinion de la communauté sioniste religieuse, une horloge affichée en évidence sur sa page d’accueil qui compte les jours, les heures, les minutes et les secondes depuis que Netanyahu a promis aux dirigeants des implantations qu’il allait « très bientôt » démolir le hameau bédouin de Khan al-Ahmar à l’est de Jérusalem, une question qui est devenue un test décisif de sa fiabilité parmi les dirigeants des implantations.

Le jour où son nouveau gouvernement a prêté serment sans Yamina, cette horloge indiquait plus de 545 jours depuis que cette promesse a été faite.

Le mois dernier, alors que M. Netanyahu vantait l’inclusion de sa proposition d’annexion dans l’accord de coalition avec Kakhol lavan, les dirigeants des trois conseils régionaux de Cisjordanie, Samarie, Binyamin et Vallée du Jourdain, ont vivement encouragé le Premier ministre à sceller l’accord d’unité avec Gantz afin qu’il puisse commencer à tenir cette promesse. Ils craignaient – et craignent toujours – que tout retard, y compris celui causé par une autre élection, ne repousse une annexion jusqu’à ce que la fenêtre de tir du soutien américain se referme.

Maintenant que Yamina se dirige vers l’opposition, Israel National News, (Arutz Sheva), l’un des médias les plus importants du mouvement des implantations, a exhorté ces mêmes dirigeants des implantations à quitter le Likud et à se joindre à la tentative de Yamina de forger une opposition de droite confiante et vigoureuse.

Yossi Dagan, chef du conseil régional de Samarie, s’exprime lors d’une cérémonie dans la zone industrielle de Barkan, en Cisjordanie, le 7 octobre 2019. (Flash90)

« Pour le moins, si l’on met de côté pour l’instant toutes les déclarations et les compliments, la fermeté du Likud n’a pas toujours été au rendez-vous pour les implantations, et certainement pas de Netanyahu », affirme l’éditorial du site du 13 mai.

Un Yamina plus indépendant, soutenu publiquement par les chefs influents des principaux conseils régionaux israéliens en Cisjordanie, serait en mesure de forcer un gouvernement dirigé par le Likud à faire des concessions que le soutien inconditionnel à Netanyahu n’a jamais pu faire.

Le Likud a reproché à Yamina d’avoir abandonné un gouvernement sur le point de réaliser « l’étape historique » consistant à étendre la souveraineté israélienne sur une partie de la Cisjordanie.

Mais les dirigeants de Yamina estiment qu’une telle annexion a plus de chances d’avoir lieu si elle remet en question la bonne foi de la droite de Netanyahu depuis les bancs de l’opposition et souligne les faux pas idéologiques du Premier ministre que si elle offre un soutien aveugle. Les élections sont toujours proches en Israël – et un opposant belligérant, Yamina, obligera Netanyahu à passer une grande partie de son mandat à pencher à droite.

Yamina dans l’opposition, soutiennent-ils, augmente les chances de l’annexion, et accroît sa portée.

Netanyahu a brisé trois alliances en un mois. Les experts ont été nombreux à réagir après que Peretz a quitté Yamina jeudi. Il s’agissait de Kakhol lavan, qui a éclaté lorsque Netanyahu et Gantz ont lancé les pourparlers d’unité le 26 mars ; Parti travailliste-Gesher-Meretz à deux reprises, la première fois lorsque Orly Levy-Abekasis de Gesher a abandonné ses alliés de gauche pour rejoindre la coalition et la seconde fois lorsque deux des trois députés du Parti travailliste ont rejoint la coalition tandis que la troisième, Merav Michaeli, est restée en dehors ; et Yamina avec le départ de Peretz.

Mais l’alliance de Netanyahu s’est également rompue, et il doit maintenant faire face à un adversaire combatif et pugnace sur son flanc droit qui est déterminé à augmenter les coûts pour tout compromis ou retard.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...