Israël aux habitants de Khan al-Ahmar : évacuez vos maisons d’ici le 1er octobre
Rechercher

Israël aux habitants de Khan al-Ahmar : évacuez vos maisons d’ici le 1er octobre

Après des années de bataille judiciaire, la Cour suprême israélienne avait donné début septembre son feu vert à la démolition du village bédouin

Le 23 septembre 2018, un fonctionnaire de l'administration civile remet à l'un de ses résidents un avis concernant la démolition imminente de Khan al-Ahmar (Crédit : Administration civile).
Le 23 septembre 2018, un fonctionnaire de l'administration civile remet à l'un de ses résidents un avis concernant la démolition imminente de Khan al-Ahmar (Crédit : Administration civile).

Israël a demandé dimanche aux habitants d’un village bédouin de Cisjordanie, de démolir « toutes les structures du site » d’ici le 1er octobre.

Après des années de bataille judiciaire, la Cour suprême israélienne avait donné début septembre son feu vert à la démolition de Khan al-Ahmar, village de tôle et de toile où vivent près de 200 Bédouins à l’est de Jérusalem, coincé entre deux implantations israéliennes.

« En application de la décision de la Cour suprême, les habitants de Khan al-Ahmar ont reçu dimanche l’ordre de détruire toutes les structures du site avant le 1er octobre », a précisé un communiqué du Cogat, l’organisme israélien chargé des affaires civiles dans les Territoires palestiniens.

« Conformément à la décision de la Haute Cour de justice, il vous est demandé de démolir tous les bâtiments de Khan al-Ahmar au plus tard le 1er octobre 2018 », affirment les agents de l’Administration civile.

« Si vous refusez de le faire, les autorités locales appliqueront les ordres de démolition conformément à la décision du tribunal. Chaque citoyen qui souhaite recevoir une assistance pour la démolition ou le transport [de la propriété] est invité à contacter le bureau de coordination et de liaison du district de Jérusalem à cette date. »

« Personne ne partira, il faudra nous expulser par la force », a affirmé à l’AFP Eid Abou Khamis, un porte-parole du village contacté par téléphone. Si Khan al-Ahmar est démoli, « ce sera uniquement par la force », a-t-il ajouté.

في محاولة منها لتجميل صورة التهجير القسري.قوات الاحتلال تسلم أهالي الخان الاحمر إخطارات بهدم منازلهم بايديهم لغاية 1-10-2018 وإلا ستنفذ قرار الهدم

Posted by ‎حركة التحرير الوطني الفلسطيني " فتح "/الصفحة الرسمية‎ on Saturday, 22 September 2018

Huit pays européens ont réclamé jeudi à Israël de ne pas démolir ce hameau, estimant que sa destruction permettrait d’étendre les implantations israéliennes et de couper en deux la Cisjordanie.

Les opposants à la démolition de Khan al-Amar, situé en zone C, affirment que la décision de justice vise à permettre l’agrandissement de l’implantation voisine de Kfar Adoumim, et à créer une région contiguë sous contrôle israélien depuis Jérusalem jusqu’à la mer Morte. Ils estiment que cela scindera la Cisjordanie, rendant la contiguïté d’un futur état palestinien impossible.

Le président de l’Autorité palestinienne (AP) Mahmoud Abbas a récemment fait savoir qu’il irait devant la cour internationale de justice en raison de la destruction prévue du village bédouin de Khan al-Ahmar en Cisjordanie.

« Ce sont deux questions importantes : La question de Khan Al-Ahmar, où la population risque d’être déplacée… Ce problème, en plus de l’augmentation des constructions israéliennes dans les implantations, est de la plus haute importance et représente un grand danger », a déclaré Abbas lors d’une réunion du comité exécutif de l’OLP, dimanche soir, cité par l’agence de presse officielle palestinienne Wafa.

« Nous avons amené le dossier devant le comité international de coordination et nous le soumettrons également à la cour internationale de justice », a-t-il dit.

La cour internationale de justice est l’instance de l’ONU qui se consacre à résoudre les conflits entre les Etats tandis que la cour pénale internationale est chargée de juger les crimes de guerre. Tandis que les Palestiniens ont fait appel à plusieurs occasions au comité international de coopération, ils ont rarement présenté leurs conflits devant la cour internationale de justice.

Le chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas s’exprime lors d’une réunion avec le comité central palestinien dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 15 août 2018. (Crédit : AFP/Abbas Momani)

Les Palestiniens et la communauté internationale ont dénoncé avec vigueur le projet de destruction du village de Khan al-Ahmar, situé à l’est de Jérusalem, par Israël et l’initiative de réinstaller ses habitants sur un autre site.

L’Etat a fait savoir que les structures – principalement des tentes et des cabanes artisanales – ont été construites sans permis et qu’elles représentent une menace pour les résidents du village à cause de leur proximité avec une autoroute.

Les forces de sécurité israéliennes se bagarrent avec le manifestant franco-américain Frank Romano, le 14 septembre 2018, durant une manifestation contre la destruction du village bédouin de Khan al-Ahmar, en Cisjordanie (Crédit : AFP PHOTO / ABBAS MOMANI)

Mais les villageois – qui sont installés sur le site depuis les années 1950, alors qu’il était encore sous le contrôle de la Cisjordanie, après que l’Etat les a évincés de leurs habitations du Negev – disent n’avoir pas eu d’autre alternative que de construire sans autorisation israélienne, de tels permis n’étant presque jamais accordés aux Palestiniens désireux de construire dans certaines parties de la Cisjordanie où Israël a le pouvoir de décision concernant les affaires civiles.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...