Israël en guerre - Jour 147

Rechercher

Gallant : Il y aura davantage d’opérations de sauvetage, mais la plupart ne reviendront pas de cette façon

Fernando Marman, 61 ans, et Louis Har, 70 ans, retrouvent leurs familles après avoir été secourus de la bande de Gaza * Deux soldats tués lors d'une opération distincte, portant à 229 le nombre de morts dans les troupes de Gaza

Illustration : Une colonne de fumée s'élève après une frappe aérienne israélienne dans le sud Liban, vue du côté israélien de la frontière, le 8 février 2024. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)
Illustration : Une colonne de fumée s'élève après une frappe aérienne israélienne dans le sud Liban, vue du côté israélien de la frontière, le 8 février 2024. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)

Washington « ne peut pas rester otage de la politique israélienne » – Abu Rudeineh

Nabil Abu Rudeineh prêtant serment en tant que vice-Premier ministre de l'Autorité palestinienne, à Ramallah, le 13 avril 2019. (Crédit : Abbas Momani/AFP)
Nabil Abu Rudeineh prêtant serment en tant que vice-Premier ministre de l'Autorité palestinienne, à Ramallah, le 13 avril 2019. (Crédit : Abbas Momani/AFP)

Nabil Abu Rudeineh, porte-parole du dirigeant de l’Autorité palestinienne (AP) Mahmoud Abbas, a appelé lundi la communauté internationale à stopper l’avancée de l’incursion terrestre israélienne dans la ville de Rafah, au sud de Gaza, estimant que « l’administration américaine ne doit pas rester l’otage des politiques israéliennes ».

Abu Rudeineh s’en est pris au Premier ministre Benjamin Netanyahu qui, dans un entretien accordé dimanche à NBC, a insisté sur le fait que l’opération à Rafah aurait lieu « tout en offrant une porte de sortie sûre à la population civile, de manière à ce qu’elle puisse partir ».

« Les déclarations de M. Netanyahu sont un non-sens et une tromperie pour le monde », a déclaré Abu Rudeineh, « parce qu’il n’y a plus d’endroit sûr dans la bande de Gaza et que les civils ne peuvent pas retourner [chez eux] dans le centre et le nord de la bande de Gaza en raison des bombardements en cours ».

« La région est à la croisée des chemins, et la poursuite de la guerre contre le peuple palestinien conduira à son expansion régionale », a ajouté Abu Rudeineh.

L’Égypte dénonce le « déshonneur » de Smotrich, qui a exhorté Netanyahu à ne pas participer aux négociations au Caire

Bezalel Smotrich s'exprimant lors du Forum israélien de Défense et de sécurité, à Ashkelon, le 25 janvier 2024. (Crédit : Daniel Starbo)
Bezalel Smotrich s'exprimant lors du Forum israélien de Défense et de sécurité, à Ashkelon, le 25 janvier 2024. (Crédit : Daniel Starbo)

Le porte-parole du ministère égyptien des Affaires étrangères a publié un communiqué fustigeant le ministre d’extrême-droite des Finances, Bezalel Smotrich, après que ce dernier a appelé le Premier ministre Benjamin Netanyahu, plus tôt dans la journée, à ne pas envoyer de représentant israélien au Caire pour des discussions d’otages avec « l’ennemi nazi ».

« Il est regrettable et honteux que le ministre israélien des Finances, M. Smotrich, continue de faire des déclarations irresponsables et incendiaires, qui ne font que révéler une soif de meurtre et de destruction et saboter toute tentative de contenir la crise dans la bande de Gaza », a affirmé le porte-parole.

Des images montrent un otage disant aux commandos qu’il était « sous le choc » de les voir là

Des images de l’opération de sauvetage des otages de Tsahal, le 12 février 2024. (Capture d’écran)
Des images de l’opération de sauvetage des otages de Tsahal, le 12 février 2024. (Capture d’écran)

Tsahal a diffusé de nouvelles images de l’opération de sauvetage d’otages à Rafah, dans le sud de Gaza, montrant les forces spéciales essuyer des tirs, et les moments où l’unité commando Shayetet 13 de la marine a accompagné Fernando Marman et Louis Har jusqu’à un héliport dans la bande de Gaza.

« Les otages sont entre nos mains. Il y a des coups de feu contre les forces », entend-on dire un officier à la radio.

« La force a commencé à se déplacer sur l’axe. La force est en train de partir », entend-on dire un autre officier, tandis que des images montrent un convoi de véhicules blindés de transport de troupes circulant dans Gaza.

Des images de l’un des APC montrent les commandos de Shayetet 13 demandant à Marman et Har comment ils vont, peu de temps après qu’ils aient été secourus par le Shin Bet et l’unité Yamam de la police.

« Sous le choc », répond l’un d’eux.

« Est-ce que vous vous sentez bien? », demande un officier à Har, qui répond : « Excellent. »

Les commandos navals leur ont alors donné deux manteaux avant de se diriger vers l’héliport.

L’un des soldats a également donné à Har ses propres chaussures, car Har a été extrait pieds nus, et on le voit attacher les lacets de l’ancien captif dans la vidéo.

Les soldats offrent également des bouteilles d’eau aux deux hommes et leur demandent s’ils ont besoin d’une couverture pour se réchauffer.

Les deux otages sont ensuite montés à bord d’un hélicoptère à Gaza, qui les a emmenés à l’hôpital Sheba de Ramat Gan, d’où il a été rapporté qu’ils se trouvaient en bonne santé.

Smotrich exhorte Netanyahu à ne pas envoyer de représentant au Caire pour des négociations

Le premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre des Finances Bezalel Smotrich lors d'une réunion du cabinet convoquée pour approuver le budget modifié de l'État pour 2024, le 15 janvier 2024. (Crédit : Haim Zach / GPO)
Le premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre des Finances Bezalel Smotrich lors d'une réunion du cabinet convoquée pour approuver le budget modifié de l'État pour 2024, le 15 janvier 2024. (Crédit : Haim Zach / GPO)

Le ministre des Finances d’extrême droite Bezalel Smotrich a appelé le Premier ministre Benjamin Netanyahu à ne pas envoyer de représentant israélien au Caire pour des négociations sur les otages.

Israël a hésité à envoyer une équipe au Caire suite à ce qu’il a qualifié de demandes « délirantes » du Hamas en réponse à l’accord élaboré par les médiateurs américains, qataris et égyptiens. Cependant, il semblerait qu’il réponde à cet appel et envoie des représentants après que le président américain Joe Biden a exhorté Netanyahu à le faire lors de leur appel d’hier.

« Au lieu d’envoyer le chef du Shin Bet, Ronan Bar, au Caire pour des entretiens avec l’ennemi nazi, il devrait continuer à être envoyé à Rafah avec ses hommes et les soldats de Tsahal pour détruire les terroristes nazis du Hamas, comme cela a été fait la nuit dernière. Au lieu d’envoyer le chef du Mossad au Qatar, le [Mossad] devrait être envoyé pour éliminer les chefs du Hamas partout dans le monde », a tweeté Smotrich.

Le procureur de la CPI se dit « profondément inquiet » de l’opération à Rafah

Le procureur de la Cour pénale internationale Karim Khan se prépare pour le procès de Mahamat Said Abdel Kani à la Haye, aux Pays-Bas, le 26 septembre 2022. (Crédit : AP Photo/Peter Dejong, Pool)
Le procureur de la Cour pénale internationale Karim Khan se prépare pour le procès de Mahamat Said Abdel Kani à la Haye, aux Pays-Bas, le 26 septembre 2022. (Crédit : AP Photo/Peter Dejong, Pool)

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) Karim Khan s’est inquiété lundi d’une possible opération militaire d’ampleur de l’armée israélienne à Rafah, dans la bande de Gaza, prévenant que ceux qui violaient les lois internationales seront poursuivis.

Dans un communiqué publié sur X, M. Khan a assuré que l’enquête de ses services sur la guerre à Gaza était « menée à bien comme un problème de première urgence ».

« Je suis profondément inquiet des informations sur le bombardement et une potentielle offensive terrestre des forces israéliennes à Rafah », a déclaré M. Khan.

La CPI a ouvert une enquête en 2021 sur Israël, mais aussi le Hamas et d’autre groupes armés palestiniens, pour de possibles crimes de guerre dans les Territoires palestiniens.

M. Khan avait déjà prévenu que cette enquête s’étendait désormais « à l’escalade des hostilités et de la violence depuis les attaques du 7 octobre 2023 ».

« Toutes les guerres ont des règles et les lois applicables aux conflits armés ne peuvent pas être interprétées de façon à les rendre creuses ou vides de sens », a rappelé M. Khan. « C’est mon message constant, y compris depuis Ramallah l’an dernier. Depuis ce moment, je n’ai pas constaté de changement discernable dans la conduite d’Israël. »

Créée en 2002, la CPI est la seul cour indépendante au monde mise en place pour enquêter sur les crimes les plus graves, comme les génocides, les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité.

C’est une cour de dernier recours, qui n’intervient que si des pays refusent ou sont incapables d’enquêter eux-mêmes.

« Comme je l’ai souligné à maintes reprises, ceux qui ne respectent pas la loi ne devront pas se plaindre ensuite si mon bureau agit conformément à son mandat », a ajouté M. Khan. « À tous les concernés : mon bureau enquête activement sur tous les crimes présumés commis. Ceux qui violent la loi seront tenus pour responsables. »

Il a aussi appelé à la libération de tous les otages israéliens détenus par le Hamas depuis le 7 octobre : « Cela représente également un point important de nos investigations », selon M. Khan.

Lockheed Martin évalue l’impact de la décision d’un tribunal néerlandais interdisant à Amsterdam d’exporter des pièces de F-35 vers Israël

Un soldat de l'armée de l'air israélienne dirigeant un avion de chasse F-35 lors d'un exercice surprise, "Galilee Rose", en février 2021. (Crédit : Armée israélienne)
Un soldat de l'armée de l'air israélienne dirigeant un avion de chasse F-35 lors d'un exercice surprise, "Galilee Rose", en février 2021. (Crédit : Armée israélienne)

Lockheed Martin Israël, la division locale du géant aérospatial américain qui fabrique le F-35, a déclaré qu’elle évaluait l’impact d’une décision de justice néerlandaise selon laquelle les Pays-Bas devaient cesser de livrer des pièces pour les avions de combat utilisés par Israël.

« Nous travaillons en étroite collaboration avec le Bureau du programme commun F-35 pour évaluer les impacts que la récente décision du tribunal néerlandais aura sur notre chaîne d’approvisionnement », a déclaré la société.

« Nous sommes prêts à soutenir le gouvernement américain et ses alliés si nécessaire », a-t-elle ajouté.

De nouveaux détails émergent sur l’opération de sauvetage des otages

Des Palestiniens inspectent les dégâts d'un bâtiment où deux otages étaient détenus par le Hamas avant d'être secourus lors d'une opération menée par les forces de sécurité israéliennes, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 12 février 2024. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)
Des Palestiniens inspectent les dégâts d'un bâtiment où deux otages étaient détenus par le Hamas avant d'être secourus lors d'une opération menée par les forces de sécurité israéliennes, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 12 février 2024. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)

De nouveaux détails ont émergé suite à l’opération de sauvetage de deux otages la nuit dernière à Rafah, dans le sud de Gaza.

Une minute après que les forces spéciales ont pénétré dans le bâtiment où étaient détenus Fernando Simon Marman et Norberto Louis Har et tué les trois terroristes du Hamas qui les gardaient, elles ont crié à la radio : « Les diamants sont entre nos mains. »

L’armée de l’air israélienne a alors commencé à frapper des cibles dans la zone afin de fournir aux forces spéciales une couverture pour extraire les deux otages.

Ils ont ensuite été rapidement transportés dans des véhicules blindés vers un héliport de campagne au cœur de Gaza, où un hélicoptère les a emmenés à l’hôpital Sheba de Ramat Gan, bouclant ainsi l’opération dans son intégralité en une heure.

L’opération était planifiée des semaines à l’avance, avec des plans pour différents scénarios.

Au cours de l’opération proprement dite, certains ajustements ont été effectués en fonction des conditions sur le terrain.

Le ministre du Logement Yitzhak Goldknopf veut expulser l’UNRWA de ses bureaux

Yitzchak Goldknopf, leader du parti YaHadout HaTorah, lors d'une conférence à Tel Aviv, le 7 décembre 2022. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Yitzchak Goldknopf, leader du parti YaHadout HaTorah, lors d'une conférence à Tel Aviv, le 7 décembre 2022. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Accusant l’UNRWA de collaborer avec le Hamas, le ministre du Logement Yitzhak Goldknopf a ordonné au directeur général de l’Autorité foncière israélienne d’expulser l’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens de tout territoire domanial qu’elle occupe actuellement.

Dans une lettre, Goldknopf demande à Yaakov Quint de « mettre fin immédiatement » à tous les accords entre l’ILA et l’UNRWA « et de les retirer des territoires qui leur sont loués » par l’État – comme les bureaux de l’organisation à Maalot Dafna et Kafr Aqab à Jérusalem.

L’UNRWA « a agi au service du Hamas et a même pris part au massacre brutal du 7 octobre », a dit Goldknopf, accusant l’organisation d’agir contre Israël alors qu’elle était basée sur le sol israélien. « Avec le directeur général de l’Autorité foncière israélienne, j’ai l’intention de mettre un terme à cela et de les expulser d’Israël. »

Israël a accusé douze membres du personnel de l’UNRWA d’avoir participé à l’attaque du Hamas le 7 octobre. La semaine dernière, Tsahal a montré aux journalistes un centre de données du Hamas situé directement sous le siège de l’UNRWA dans la ville de Gaza.

Il reste incertain si Goldknopf a le pouvoir de faire exécuter cette décision.

Borrell suggère à Washington de limiter l’aide militaire à Israël en raison des pertes civiles à Gaza

Le chef de la politique étrangère de l'Union européenne, Josep Borrell, assiste à une conférence de presse à Kiev, le 7 février 2024. (Crédit : Efrem Lukatsky/AP)
Le chef de la politique étrangère de l'Union européenne, Josep Borrell, assiste à une conférence de presse à Kiev, le 7 février 2024. (Crédit : Efrem Lukatsky/AP)

Le chef de la politique étrangère de l’Union européenne, Josep Borrell, a lancé un appel à peine voilé aux États-Unis afin qu’ils réduisent leurs livraisons d’armes à Israël en raison du nombre élevé de victimes civiles dans la guerre à Gaza.

Borrell a rappelé que le président américain Joe Biden avait déclaré la semaine dernière que la réponse d’Israël à l’attaque terroriste du Hamas du 7 octobre avait été « exagérée » et que les États-Unis et d’autres responsables occidentaux avaient déclaré à plusieurs reprises que trop de civils étaient morts à Gaza.

« Eh bien, si vous pensez que trop de personnes sont tuées, peut-être devriez-vous fournir moins d’armes afin d’éviter qu’autant de personnes ne soient tuées », a déclaré Borrell aux journalistes après une réunion des ministres européens de l’aide au développement à Bruxelles.

« Si la communauté internationale estime qu’il s’agit d’un massacre, que trop de personnes sont tuées, peut-être devons-nous repenser la fourniture d’armes », a-t-il ajouté.

Dans ses remarques à Bruxelles, Borrell a également vivement critiqué le Premier ministre Benjamin Netanyahu, affirmant qu’il n’écoutait pas les appels à faire davantage pour protéger les civils.

« Tout le monde va à Tel Aviv, implorant ‘s’il vous plaît, ne faites pas ça, protégez les civils, ne tuez pas autant de personnes’. Combien, c’est trop ? Quelle est la norme ? », a dit Borrell, semblant en colère et ému. « Netanyahu n’écoute personne. »

Borrell a affirmé que Netanyahu avait appelé à l’évacuation des civils palestiniens de la zone de Rafah à Gaza – la dernière zone de l’enclave où les gens ont trouvé refuge – mais l’homme politique espagnol s’est demandé comment cela pourrait être fait.

« Ils vont évacuer ? Où ? Vers la Lune ? Où vont-ils évacuer ces gens ? », a-t-il dit.

Gallant : La libération des otages est un « moment décisif » dans la lutte contre le Hamas

Le ministre de la Défense Yoav Gallant rencontrant des troupes de l'unité d'élite  antiterroriste de la police Yamam, le 12 février 2024. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant rencontrant des troupes de l'unité d'élite antiterroriste de la police Yamam, le 12 février 2024. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense, Yoav Gallant, a affirmé lundi que l’opération de sauvetage d’otages à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, au cours de la nuit, était un « moment décisif dans la campagne » contre le groupe terroriste palestinien du Hamas.

« Le Hamas est vulnérable, le Hamas est pénétrable, et nous pouvons agir en tout lieu et en toute circonstance », a affirmé Gallant devant les troupes de l’unité d’élite Yamam de la police, qui ont procédé à l’opération de sauvetage de Fernando Simon Marman et de Norberto Louis Har.

« Il nous reste des otages et il nous faut les retrouver. La plupart d’entre eux ne seront pas libérés de cette manière, [mais plutôt], je l’espère, par le biais d’un mécanisme d’accord. Mais qui sait combien de fois encore [une opération de sauvetage] sera nécessaire, et dans quelles circonstances ? »

Le Caire maintiendra la paix avec Israël, malgré les rumeurs de rupture

Le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shoukry, au centre, s'entretient avec son homologue chypriote Constantinos Kombos, lors de leur réunion à la maison des affaires étrangères à Nicosie, à Chypre, le 8 février 2024. (Crédit : Petros Karadjias/AP)
Le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shoukry, au centre, s'entretient avec son homologue chypriote Constantinos Kombos, lors de leur réunion à la maison des affaires étrangères à Nicosie, à Chypre, le 8 février 2024. (Crédit : Petros Karadjias/AP)

Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Shoukry, a assuré lundi que Le Caire n’avait nullement l’intention de rompre son traité de paix avec Israël, alors que plusieurs informations avaient laissé entendre qu’il avait menacé de le faire à la suite de l’opération prévue par Israël à Rafah, l’Égypte craignant que les plus d’un million d’habitants qui s’y sont réfugiés ne fuient vers le sud et ne traversent la frontière.

« L’accord de paix entre l’Égypte et Israël existe déjà depuis quarante ans, et nous continuerons à le respecter », a affirmé Shoukry lors d’une conférence de presse avec son homologue slovène à Ljubljana.

Shoukry a ajouté que l’Égypte poursuivait ses efforts pour parvenir à un accord entre Israël et le Hamas afin de permettre la libération des otages et l’entrée d’une plus grande quantité d’aide humanitaire dans la bande de Gaza.

Il a également réitéré l’appel de l’Égypte à un cessez-le-feu, critiqué la conduite d’Israël à Gaza, et a lancé une nouvelle mise en garde contre les déplacements massifs de Palestiniens.

Ben Gvir et Netanyahu rencontrent les troupes qui ont sauvé deux otages

Le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir et le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontrent les troupes qui ont participé à l'opération de sauvetage des otages à Gaza, le 12 février 2024. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)
Le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir et le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontrent les troupes qui ont participé à l'opération de sauvetage des otages à Gaza, le 12 février 2024. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a rencontré les troupes de l’unité antiterroriste de la police de Yamam qui ont participé à l’opération de sauvetage d’otages la nuit dernière.

« Ce fut l’une des opérations de sauvetage les plus réussies de l’histoire de l’État d’Israël. Vous avez éliminé les ravisseurs, les terroristes et êtes rentré indemne en Israël – une opération parfaitement exécutée », a déclaré Netanyahu aux troupes, selon un communiqué de son bureau.

Netanyahu avait été rejoint par le ministre d’extrême droite de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, qui a été exclu de la salle de guerre pendant le déroulement de l’opération.

Les Pays-Bas feront appel d’un ordre de stopper l’exportation de pièces détachées du F-35 vers Israël

Illustration : Un F-35 à la base aérienne de Hatzerim dans le désert du Néguev, le 29 juin 2023. (Crédit : Ofer Zidon/Flash90)
Illustration : Un F-35 à la base aérienne de Hatzerim dans le désert du Néguev, le 29 juin 2023. (Crédit : Ofer Zidon/Flash90)

Le gouvernement néerlandais a annoncé qu’il fera appel de la décision d’un tribunal de justice local ordonnant l’arrêt de l’exportation de pièces détachées d’avions de combat F-35 vers Israël, craignant qu’elles ne soient utilisées en violant le droit international à Gaza, ont rapporté les médias israéliens.

Trois organisations de défense des droits humains ont intenté une action civile contre les Pays-Bas en décembre, arguant que les autorités devaient réévaluer la licence d’exportation à la lumière de l’action militaire israélienne dans la bande de Gaza.

Les autorités néerlandaises ont déclaré par le passé qu’il n’était pas clair si elles avaient le pouvoir d’intervenir sur les livraisons, dans le cadre d’une opération dirigée par les États-Unis qui fournit des pièces à tous les partenaires du F-35.

Les avocats du gouvernement ont également fait valoir que si les Néerlandais ne fournissaient pas les pièces depuis l’entrepôt basé aux Pays-Bas, Israël pourrait facilement se les procurer ailleurs.

Les exportations doivent cesser dans les sept jours.

Images des frappes à Rafah lors de l’extraction d’otages par les forces spéciales – Tsahal

Des images de l'opération de sauvetage d'otages menée par l'armée israélienne le 12 février 2024. (Crédit : Capture d'écran/Armée israélienne)
Des images de l'opération de sauvetage d'otages menée par l'armée israélienne le 12 février 2024. (Crédit : Capture d'écran/Armée israélienne)

L’armée israélienne a diffusé des images de la libération d’otages à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, ainsi que des images des frappes effectuées dans la zone lors de l’extraction de Fernando Simon Marman et de Norberto Louis Har par les forces spéciales.

Des membres de l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet et de l’unité d’élite antiterroriste de la police Yamam sont arrivés à Rafah vers 1h du matin.

À 1h49, les forces ont ouvert une brèche dans l’appartement situé au deuxième étage où Marman et Har étaient retenus à l’aide d’explosifs et, en quelques instants, ont tué les trois terroristes qui gardaient les otages.

Dans la minute qui a suivi le sauvetage, l’armée de l’air israélienne a effectué des frappes aériennes de grande envergure contre les terroristes du Hamas dans la zone de l’opération, afin de faciliter l’extraction.

Dans l’heure qui a suivi, ils ont été transportés dans des véhicules blindés hors de Rafah, puis dans un hélicoptère militaire jusqu’à l’hôpital Sheba de Ramat Gan, où ils ont été examinés et où leur état a été jugé stable.

Un civil se rend à Gaza, revient en Israël et est arrêté par Tsahal

La barrière frontalière entre Israël et Gaza, ouverte suite aux bombardements des terroristes palestiniens, dans le sud de la bande de Gaza, le 7 octobre 2023. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)
La barrière frontalière entre Israël et Gaza, ouverte suite aux bombardements des terroristes palestiniens, dans le sud de la bande de Gaza, le 7 octobre 2023. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

Un civil israélien est entré dans la bande de Gaza à proximité du kibboutz Beeri, dans des circonstances qui font encore l’objet d’une enquête, a déclaré l’armée israélienne.

Tsahal indique que le civil a été repéré par des soldats qui surveillaient des caméras de surveillance, qui ont envoyé des troupes sur les lieux mais qui sont apparemment arrivées trop tard car, peu de temps après, le civil est revenu par ses propres moyens en Israël où il a été arrêté par les militaires.

Les autorités enquêtent toujours sur les raisons qui l’ont poussé à entrer dans la bande de Gaza.

Netanyahu à son homologue néerlandais : Israël ne « laissera pas les bataillons terroristes de Rafah tranquilles »

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte rencontrant le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à Jérusalem, le 12 février 2024. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)
Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte rencontrant le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à Jérusalem, le 12 février 2024. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Lors de sa rencontre avec le Premier ministre néerlandais Mark Rutte à Jérusalem, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a souligné qu’Israël ne « laissera pas les bataillons terroristes de Rafah tranquilles » et que la guerre se poursuivra jusqu’à ce qu’Israël remporte une victoire totale sur le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Il s’agit de la troisième visite de Rutte en Israël depuis le 7 octobre.

Il a également rencontré le ministre du cabinet de guerre, Benny Gantz, et le Premier ministre de l’Autorité palestinienne, Mohammed Shtayyeh.

Dans un tweet publié plus tôt dans la journée, Rutte a appelé l’armée israélienne à « réduire rapidement et de manière significative l’intensité » de ses opérations.

Il a également prévenu qu’une opération d’envergure à Rafah aurait des « conséquences humanitaires catastrophiques » et a appelé à une trêve immédiate qui aboutirait à une « fin durable » du conflit, et notamment à la création d’un État palestinien.

Alerte aux roquettes à Zarit, près de la frontière avec le Liban

Des sirènes retentissent à Zarit, près de la frontière avec le Liban, avertissant de l’arrivée d’un tir de roquette.

Les villes proches de la frontière nord ont été en grande partie évacuées depuis le 8 octobre, date à laquelle les forces dirigées par le Hezbollah ont commencé à lancer des attaques quotidiennes contre les communautés israéliennes et les postes militaires situés le long de la frontière.

Le groupe terroriste affirme qu’il agit ainsi pour soutenir le Hamas dans le cadre de la guerre d’Israël contre le groupe terroriste, déclenchée par le massacre du 7 octobre.

Photos de la cellule de crise lors du sauvetage spectaculaire de deux otages à Gaza – Shin Bet

Le ministre de la Défense Yoav Gallant, à gauche, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le général de division Avi Gil lors de la libération de deux otages à Rafah, dans le sud de Gaza, le 12 février 2024. (Crédit : Shin Bet)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant, à gauche, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le général de division Avi Gil lors de la libération de deux otages à Rafah, dans le sud de Gaza, le 12 février 2024. (Crédit : Shin Bet)

L’agence de sécurité intérieure du Shin Bet a publié des photos de sa cellule de crise lors de la libération spectaculaire d’otages la nuit dernière à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza.

Le centre de commandement à partir duquel l’opération a été gérée a été occupé toute la nuit, avec le chef du Shin Bet, le chef d’état-major de l’armée israélienne, le chef de la police, le chef du renseignement militaire, le chef des opérations de Tsahal et le chef de l’armée de l’air qui ont tous supervisé le sauvetage.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le ministre de la Défense Yoav Gallant et le conseiller à la sécurité nationale Tzahi Hanegbi ont également assisté à l’opération.

Le chef du Shin Bet, Ronen Bar, au centre, s’entretenant avec le chef d’état-major de l’armée israélienne, Herzi Halevi, lors du sauvetage de deux otages à Rafah, dans le sud de Gaza, le 12 février 2024. (Crédit : Shin Bet)

L’aviation israélienne a frappé des membres et des sites du Hezbollah au Sud-Liban

L’armée israélienne déclare que des avions de combat ont effectué des frappes sur des membres et des sites du Hezbollah dans le sud du Liban il y a peu de temps.

Un véhicule transportant un certain nombre d’agents du Hezbollah a été frappé dans le village de Maroun al-Ras, selon Tsahal.

L’armée affirme avoir également frappé des infrastructures du Hezbollah à Odaisseh et Khiam, deux bâtiments et un autre site militaire à Tayr Harfa et Maroun al-Ras.

Des images supposées montrer l’opération de sauvetage des otages circulent sur les réseaux

Des Palestiniens inspectent les dégâts sur un bâtiment où deux otages auraient été détenus avant d'être secourus lors d'une opération militaire de Tsahal à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 12 février 2024 (Crédit : SAID KHATIB / AFP)
Des Palestiniens inspectent les dégâts sur un bâtiment où deux otages auraient été détenus avant d'être secourus lors d'une opération militaire de Tsahal à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 12 février 2024 (Crédit : SAID KHATIB / AFP)

Des images qui seraient celles du site de l’opération menée par l’armée israélienne pour secourir deux otages à Rafah ont été diffusées sur les réseaux sociaux.

Il est impossible pour l’heure de confirmer leur authenticité.

Les images semblent montrer une destruction généralisée.

Forum des otages : le gouvernement doit tout faire pour secourir les otages restants

Les familles des otages détenus par les terroristes du Hamas à Gaza et leurs soutiens pendant une manifestation appelant à leur libération, "Place des Otages", à Tel Aviv, le 10 février 2024. (Crédit : Avshalom Sassoni/ Flash90)
Les familles des otages détenus par les terroristes du Hamas à Gaza et leurs soutiens pendant une manifestation appelant à leur libération, "Place des Otages", à Tel Aviv, le 10 février 2024. (Crédit : Avshalom Sassoni/ Flash90)

Le Forum des familles d’otages et des personnes disparues, qui regroupe les proches de la plupart des personnes captives dans la bande de Gaza, a salué l’opération qui a permis de libérer deux des otages détenus à Gaza, et demande au gouvernement « d’épuiser toutes les options » pour secourir ceux qui sont encore en captivité.

« Nous félicitons les soldats de Tsahal qui ont fait preuve de force et de bravoure lors de l’opération qui a permis la libération des deux otages, et nous leur souhaitons à tous de rentrer sains et saufs et rapidement chez eux », a déclaré le forum dans un communiqué.

« Le temps presse pour les otages qui sont toujours entre les mains du groupe terroriste palestinien du Hamas. Leur vie est en permanence menacée. Le gouvernement israélien doit épuiser toutes les possibilités existantes pour assurer leur libération », lit-on encore dans communiqué.

Première photo des otages libérés avec leurs proches

De gauche à droite : Gabriela Leimberg embrasse son frère Fernando Marman, Clara Marman à côté de son compagnon Louis Har, à l’hôpital Sheba, le 12 février 2024 (Crédit : Autorisation)
De gauche à droite : Gabriela Leimberg embrasse son frère Fernando Marman, Clara Marman à côté de son compagnon Louis Har, à l’hôpital Sheba, le 12 février 2024 (Crédit : Autorisation)

Les premières images de Fernando Marman et Norberto Louis Har réunis avec leurs proches après avoir été secourus à Rafah, dans la bande de Gaza, lors d’une opération militaire nocturne, ont été diffusées.

La photo montre les deux hommes en compagnie de Gabriela Leimberg et de Clara Marman, libérées, fin novembre, lors d’une trêve temporaire.

Clara Marman, la sœur de Fernando et la compagne de Har, avait, elle aussi, été kidnappée, ainsi que leur autre sœur, Gabriela, et la fille de Gabriela, Mia, âgée de 17 ans.

Les Leimberg et Clara Marman avaient été libérées le 28 novembre dans le cadre d’un accord de cessez-le-feu temporaire négocié par le Qatar et les États-Unis entre le Hamas et Israël.

Après 4 jours de calme, des sirènes retentissent dans les villes frontalières de Gaza

Les sirènes ont retenti à Ein HaBesor, près de la frontière de Gaza, avertissant de tirs de roquettes.

Il s’agit du premier tir de roquettes en provenance de la bande de Gaza depuis 3 jours et 21 heures.

Les communautés proches de la bande de Gaza ont été en grande partie évacuées depuis le 7 octobre.

Les médias libanais rapportent une frappe israélienne sur une voiture à Bint Jbeil

Les médias libanais ont signalé une frappe israélienne sur une voiture dans la ville de Bint Jbeil, dans le sud du Liban.

Les images de la scène montrent un véhicule fortement endommagé.

Il n’y a pas d’information sur les victimes de la frappe.

Tsahal effectue des frappes contre le groupe terroriste chiite libanais Hezbollah au Liban, en réponse aux attaques quotidiennes contre le nord d’Israël menées par le groupe, en soutien au groupe terroriste du Hamas à Gaza.

 

Netanyahu salue les « courageux guerriers » qui ont libéré les otages

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu tient une conférence de presse à Jérusalem, le 7 février 2023. (Capture d'écran)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu tient une conférence de presse à Jérusalem, le 7 février 2023. (Capture d'écran)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a applaudi le sauvetage des otages Fernando Simon Marman, 61 ans, et Norberto Louis Har, 70 ans, lors d’une audacieuse opération nocturne à Rafah, dans la bande de Gaza.

« Fernando et Louis – bienvenus à la maison », a publié le premier ministre sur X.

« Je salue nos courageux guerriers pour leur action audacieuse, qui a mené à leur libération. Seule la poursuite de la pression militaire, jusqu’à la victoire absolue, mènera à la libération de tous nos otages », a écrit Netanyahu. « Nous ne manquerons aucune opportunité de les ramener à la maison. »

Herzog: Israël ne s’arrêtera pas avant le retour chez eux de tous les otages de Gaza

Le président Isaac Herzog lors d'une cérémonie en l'honneur d'Amir Yaron, dont le mandat vient d'être prolongé pendant encore cinq ans, à la résidence du président de Jérusalem, le 18 décembre 2023. (Crédit :Chaim Goldberg/FLASH90)
Le président Isaac Herzog lors d'une cérémonie en l'honneur d'Amir Yaron, dont le mandat vient d'être prolongé pendant encore cinq ans, à la résidence du président de Jérusalem, le 18 décembre 2023. (Crédit :Chaim Goldberg/FLASH90)

Le président Isaac Herzog s’est réjoui du retour de deux otages qui ont été secourus par l’armée lors d’un raid à Rafah, dans la bande de Gaza, qui a eu lieu dans la nuit de dimanche à lundi. Il a invoqué l’érudit juif Maïmonide qui, au Moyen-Age, avait dit que « il n’y a pas de plus grande mitzvah que la rédemption des captifs ».

« Je rends hommage à tous ceux qui ont permis à Fernando et à Luis de revenir chez eux dans le cadre d’une opération de sauvetage audacieuse. Nous continuerons à faire tout notre possible pour ramener tous les otages dans leurs foyers », a ajouté Herzog.

Il y aurait encore 130 otages qui avaient été kidnappés par le Hamas, le 7 octobre, à Gaza – tous ne seraient plus en vie – après que 105 civils ont été relâchés lors d’une trêve qui avait duré une semaine, à la fin du mois de novembre. Quatre captives avaient retrouvé la liberté avant cette pause dans les combats. Trois otages ont été secourus par l’armée – en comptant les deux qui ont recouvré la liberté aujourd’hui – et les dépouilles d’onze captifs ont été retrouvées, notamment les corps sans vie de trois Israéliens qui ont accidentellement été tués par l’armée. Tsahal a confirmé la mort de 29 otages qui se trouvent encore dans les geôles du Hamas, citant de nouveaux renseignements et autres informations recueillis par les soldats qui sont sur le terrain, au sein de l’enclave côtière.

Une personne est encore portés-disparue depuis le 7 octobre, et son sort est indéterminé.

Le Hamas détient aussi les corps sans vie de deux soldats tués au combat en 2014 dans la bande, Oron Shaul et Hadar Goldin. Il garde aussi en captivité deux civils, Avera Mengistu et Hisham al-Sayed, qui seraient encore en vie. Ils avaient été capturés après être entrés dans la bande de leur propre gré, en 2014 et en 2015 respectivement.

Gantz salue le retour des otages libérés et rend hommage aux soldats tués

Le député Benny Gantz participant à une conférence d'Israel Hayom à Jérusalem, le 6 septembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le député Benny Gantz participant à une conférence d'Israel Hayom à Jérusalem, le 6 septembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre du cabinet de guerre Benny Gantz a salué le retour de deux otages qui ont été secourus dans la bande de Gaza dans la nuit de dimanche à lundi. Il a également rendu hommage à deux militaires qui ont perdu la vie dans le cadre d’une autre opération.

« Jamais nous ne les abandonnerons. L’armée, le Shin Bet et les forces spéciales de la police ont agi avec précision, avec courage », a-t-il écrit.

« En plus de cette grande joie entraînée par le retour chez eux de Fernando [Marman] et de Louis [Har], nous éprouvons une immense tristesse après la mort du sergent de première classe Adi Eldor et du sergent de première classe (réserviste) Alon Kleinman alors qu’ils combattaient pour nous », a ajouté Gantz. « Nous ne cesserons d’œuvrer en faveur de la libération des 134 otages. Nous nous souvenons et nous continuerons ».

Rencontre entre les chefs du Hezbollah et du Jihad islamique palestinien

Ziad al-Nakhaleh, secrétaire général du Jihad islamique palestinien (à gauche) rencontre le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah (à droite) sur une photo non datée, sans indication de lieu, publiée le 12 février 2024 (Crédit : Hezbollah)
Ziad al-Nakhaleh, secrétaire général du Jihad islamique palestinien (à gauche) rencontre le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah (à droite) sur une photo non datée, sans indication de lieu, publiée le 12 février 2024 (Crédit : Hezbollah)

Le chef du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a rencontré Ziad al-Nakhaleh, secrétaire général du Jihad islamique palestinien, a indiqué le Hezbollah dans un communiqué.

Ni le lieu, ni la date de la rencontre ne sont précisés dans le communiqué.

Selon ce dernier, les deux dirigeants terroristes ont discuté des « derniers développements » et du « soutien apporté par l’axe de la résistance dans les différents domaines ».

Les chefs des deux groupes terroristes soutenus par l’Iran ont également discuté des  » développements prévus « , précise le communiqué.

Après le sauvetage de deux otages à Rafah, le Hamas dénonce un « massacre »

Une mosquée détruite suite à des frappes israéliennes à Rafah, dans la bande de Gaza, le 12 février 2024. (Crédit : MOHAMMED ABED / AFP)
Une mosquée détruite suite à des frappes israéliennes à Rafah, dans la bande de Gaza, le 12 février 2024. (Crédit : MOHAMMED ABED / AFP)

Dans sa réponse initiale au sauvetage, par l’armée israélienne, de deux otages, le Hamas a condamné « le massacre commis par les soldats israéliens, ce soir, à Rafah », blâmant les États-Unis qui, selon le groupe terroriste, « ont donné le feu vert à Netanyahu ».

Les militaires ont indiqué avoir utilisé une force de frappe intense contre les hommes armés à l’intérieur du bâtiment où les otages étaient retenus en captivité et aux alentours, disant que « de nombreux terroristes ont été tués ». Le Hamas a fait état de plus de 50 morts.

Le groupe a estimé que l’opération était une continuation « de la guerre génocidaire » à Gaza et des tentatives de déplacement forcé livrées à l’encontre des Palestiniens.

2 otages secourus disent avoir été détenus dans une maison familiale à Rafah – presse

Le site d’information Ynet rapporte que les deux otages qui viennent d’être libérés lors d’une opération militaire nocturne ont raconté comment ils avaient été séquestrés dans une maison familiale à Rafah.

Selon l’article, Fernando Marman, 61 ans, et Louis Har, 70 ans, ont expliqué, depuis l’hôpital de Sheba où ils sont actuellement soignés, que la raison pour laquelle ils étaient en relativement bonne santé, malgré le fait qu’ils ont été détenus en otage pendant 129 jours, est qu’ils ont été enfermés dans une maison à Gaza, et non dans un tunnel.

Marman et Har ont été kidnappés du kibboutz Nir Yitzhak le 7 octobre.

Le même jour, Clara Marman, 62 ans, la sœur de Fernando et la compagne de Har, avait, elle aussi, été enlevée, ainsi que leur autre sœur Gabriela Leimberg, 59 ans, et la fille de cette dernière, Mia, âgée de 17 ans.

Les Leimberg et Clara Marman ont été libérées le 28 novembre dans le cadre d’un accord de cessez-le-feu temporaire négocié par le Qatar et les États-Unis entre le Hamas et Israël.

À son retour en Israël, Clara a raconté que les cinq avaient été détenus ensemble et qu’à un moment donné, ils ont été transportés dans une petite voiture vers Rafah, « en fait, très près de Nir Yitzhak ».

Le président de la Knesset se réjouit du sauvetage de deux otages : « Enfin une bonne nouvelle »

Le président de la Knesset Amir Ohana lors d'une séance plénière à la Knesset, à Jérusalem, le 25 décembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le président de la Knesset Amir Ohana lors d'une séance plénière à la Knesset, à Jérusalem, le 25 décembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le président de la Knesset Amir Ohana a salué « l’opération impressionnante, héroïque et complexe » qui a permis de secourir deux otages à Gaza.

« Enfin une bonne nouvelle », a-t-il déclaré en remerciant les forces de sécurité. « Vous avez apporté de l’espoir à la nation toute entière ».

« Nous ne relâcherons pas nos efforts avant qu’ils soient tous revenus », a-t-il ajouté.

Le président argentin salue le sauvetage de deux otages, ressortissants du pays

Les deux otages qui ont été libérés avaient fait leur alyah en Israël depuis l’Argentine et le président Javier Milei qui, il y a seulement quelques jours, se trouvait en Israël, a écrit un communiqué saluant leur remise en liberté.

« Le Bureau du président remercie l’armée israélienne, le Shin Bet et la police israélienne qui ont mené à bien et avec succès le sauvetage de deux Argentins, Fernando Simon Marman et Louis Har, » a dit la présidence dans un post paru sur X.

« Pendant sa visite au sein de l’État d’Israël, le président Javier Milei a répété au président Isaac Herzog et au Premier ministre Benjamin Netanyahu sa demande de libération de tous les otages argentins, et il a réaffirmé qu’il continuait à condamner avec fermeté le terrorisme du Hamas ».

Un navire attaqué au large du Yémen – agences de sécurité

Un navire a été attaqué au large des côtes méridionales du Yémen lundi, ont indiqué deux agences britanniques de sécurité maritime.

L’incident s’est produit dans une zone où les rebelles houthis du Yémen ont attaqué à plusieurs reprises les navires de la mer Rouge au cours des derniers mois, a déclaré la United Kingdom Maritime Trade Operations (UKMTO).

« L’équipage est sain et sauf et le navire se dirige vers son prochain port d’escale », a-t-elle souligné, précisant que l’incident avait eu lieu avant 04h00 (01h00 GMT).

Une autre agence de sécurité, Ambrey, a indiqué que le vraquier qui bat pavillon des îles Marshall, « visé par des missiles dans deux incidents séparés », a été touché et a subi des dommages.

Les Etats-Unis avaient annoncé dimanche avoir mené la veille de nouvelles frappes contre des positions des rebelles houthis du Yémen, qui étaient sur le point, selon Washington, de s’en prendre à des navires en mer Rouge.

Plus de 50 morts dans des frappes israéliennes à Rafah – Hamas

Une série de frappes aériennes israéliennes dans la nuit de dimanche à lundi à Rafah, ville de la bande de Gaza à la frontière avec l’Egypte, ont fait 52 morts, selon un nouveau bilan du ministère de la Santé contrôlé par le groupe terroriste du Hamas, au pouvoir à Gaza.

Ces frappes ont touché 14 maisons et trois mosquées dans différents secteurs de Rafah, selon le Hamas.

L’armée israélienne a affirmé dans un communiqué avoir « mené une série de raids contre des cibles terroristes dans le sud de la bande de Gaza », ajoutant qu’ils étaient terminés.

Daniel Hagari donne d’autres détails sur l’opération de sauvetage des otages

Le porte-parole de l’armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, tenant le groupe terroriste du Jihad islamique palestinien pour responsable d’un tir de roquette raté qui a touché un hôpital de la bande de Gaza, tuant des centaines de personnes, le 17 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran)
Le porte-parole de l’armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, tenant le groupe terroriste du Jihad islamique palestinien pour responsable d’un tir de roquette raté qui a touché un hôpital de la bande de Gaza, tuant des centaines de personnes, le 17 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran)

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, donne d’autres détails sur l’opération de sauvetage des otages Marman et Har.

« L’armée israélienne et le Shin Bet travaillent sur cette opération depuis longtemps », dit-il.

« Jusqu’à présent, les conditions n’étaient pas réunies pour la réaliser et nous avons attendu qu’elles mûrissent. »

Il précise : « Atteindre la cible au cœur de Rafah était très complexe. »

« Les forces sont arrivées clandestinement sur la cible vers 1 heure du matin et ont mené une action très complexe dans les locaux et au deuxième étage où étaient détenus les otages. »

Les forces sont ensuite entrées par effraction dans le bâtiment par une porte verrouillée et ont échangé des tirs avec des hommes armés dans le bâtiment et dans les bâtiments adjacents, tout en évacuant les otages vers des véhicules blindés.

« Il y avait une puissance de feu intense depuis les airs. Le feu a été ouvert depuis les bâtiments voisins. L’armée de l’air y a frappé intensivement », dit-il. Dans le même temps, les corps blindés ont également assuré la couverture de l’extraction.

Hagari affirme que « de nombreux terroristes ont été éliminés cette nuit lors de cette action », dont au moins trois dans le bâtiment où étaient détenus les otages.

Un soldat a été légèrement blessé, mais à part cela, aucun Israélien n’a été blessé.

« L’opération entière a duré environ une heure du début à la fin. »

Hagari dit que les deux otages rencontrent désormais leurs familles au centre médical Sheba.

« Ce fut une soirée très tendue, mais avec un résultat très émouvant », dit-il.

« Nous avons 134 otages supplémentaires et nous continuerons à tout faire pour les ramener chez eux. »

Les deux otages « sont dans un état stable »

« Je suis très heureux d’annoncer que cette nuit, deux otages libérés ont atterri ici à l’hôpital Sheba, le plus grand hôpital d’Israël », a déclaré le professeur Arnon Afek, directeur de Sheba.

« Ils ont été reçus dans nos urgences et les premiers examens ont été effectués par notre personnel des urgences. Ils sont dans un état stable et sont soignés », explique Afek.

Le porte-parole de l’armée donne des détails sur l’opération de sauvetage

Le porte-parole de l’armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, s'adressant à la presse sur la base militaire de la Kirya, à Tel Aviv, le 18 octobre 2023. (Crédit : Gil Cohen-Magen/AFP)
Le porte-parole de l’armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, s'adressant à la presse sur la base militaire de la Kirya, à Tel Aviv, le 18 octobre 2023. (Crédit : Gil Cohen-Magen/AFP)

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, lors d’une conférence de presse matinale après le sauvetage de deux otages israéliens détenus par le Hamas à Rafah, dans le sud de Gaza, a déclaré que les troupes avaient mené une « opération professionnelle et précise » et protégé physiquement Fernando Simon Marman, 60 ans, et Norberto Louis Har, 70 ans, victime des tirs des terroristes.

« Du jour au lendemain, nous avons ramené Louis et Fernando. Il s’agissait d’une opération de sauvetage complexe sous le feu des tirs, basée sur des renseignements sensibles. Une opération professionnelle et précise », déclare Hagari.

« C’est une opération que nous avions préparée et pour laquelle nous attendions de réunir les conditions qui permettraient de l’accomplir », dit-il.

Hagari dit que lorsque les agents de l’unité d’élite de la police Yamam ont pénétré dans l’appartement de Rafah où les deux hommes étaient détenus par des terroristes du Hamas, à 1 h 49 du matin, ils « ont serré Louis et Fernando dans leurs bras et les ont protégés de leurs corps ».

Il affirme que des combats ont eu lieu à plusieurs endroits, avec des frappes aériennes contre des terroristes du Hamas dans la région à 1h50 du matin.

« Les troupes ont sorti Louis et Fernando de l’appartement et les ont secourus sous le feu des tirs jusqu’à ce qu’ils atteignent la zone de sécurité », explique Hagari.

« Ce fut une nuit très tendue et très touchante. Une telle opération a été rendue possible grâce au grand sacrifice de l’armée permanente et des troupes de réserve tombées et blessées au cours des combats. Sans leur sacrifice, nous ne serions pas parvenus à ce moment », poursuit-il.

Hagari dit que « même ce matin, nous n’oublions pas un seul instant que 134 otages sont toujours détenus à Gaza ».

« Si vous m’entendez maintenant, nous sommes très déterminés à vous ramener chez vous et nous ne manquerons aucune occasion de vous ramener à la maison », ajoute-t-il dans un message adressé aux otages restants.

Le gendre de Louis Har décrit un sentiment « surréaliste » après son sauvetage

Le gendre de Louis Har, Idan Bejerano, a déclaré à la Douzième chaîne que c’était un sentiment « surréaliste » de voir les espoirs et les prières de la famille exaucés.

« Peu après 3 heures du matin, je suis revenu de l’aéroport car mon fils revenait de l’étranger. Je suis rentré à la maison, j’étais sur le point de m’endormir, et au bout de 15 minutes, il y a eu un appel… Ils ont dit : ‘Viens, il est là' ».

« Il y a eu des câlins, des larmes. Pas beaucoup de mots », a-t-il déclaré. « Il semble qu’il était très inquiet pour nous tous. »

Interrogé sur ses premières impressions, Bejerano a déclaré : « Ils sont tous les deux alités à l’hôpital. C’est difficile de savoir, mais ils ont l’air entiers. Il est encore difficile de savoir s’ils sont sains d’esprit et de corps. Mais ils ont l’air entiers. »

« Il semble qu’ils aient eu la force d’esprit pendant ces 128 jours, pour rester forts et revenir vers nous. »

Il note qu’aucun des deux n’est jeune, Har ayant 71 ans dans quelques semaines et Marman ayant fêté son 61e anniversaire en captivité.

Israël libère deux otages lors d’une opération à Rafah

Les otages sauvés Norberto Louis Har (à gauche) et Fernando Simon Marman (Autorisation)
Les otages sauvés Norberto Louis Har (à gauche) et Fernando Simon Marman (Autorisation)

Les services de sécurité israéliens ont annoncé avoir libéré deux otages enlevés le 7 octobre par des terroristes du Hamas lors d’une opération dans la nuit de dimanche à lundi à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza.

« Fernando Simon Marman, 60 ans, et Louis Har, 70 ans, ont été récupérés lors d’une opération nocturne à Rafah menée conjointement par l’armée le Shin Bet et la police israéliennes », selon un communiqué de ces services.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.