Israël en guerre - Jour 228

Rechercher
Analyse

L’accord entre Washington et Téhéran ne signifie pas un « pacte nucléaire global »

L'Iran a peu de raisons de se précipiter, mais l'accord sur les prisonniers souligne que le gouvernement Netanyahu a une influence minime sur la politique iranienne de Washington

Lazar Berman

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Benjamin Netanyahu, à gauche, et le vice-président américain de l'époque Joe Biden, à Jérusalem, le 9 mars 2010. (Crédit : Emil Salman/Pool/Flash90)
Benjamin Netanyahu, à gauche, et le vice-président américain de l'époque Joe Biden, à Jérusalem, le 9 mars 2010. (Crédit : Emil Salman/Pool/Flash90)

Les responsables israéliens n’ont pas semblé ravis de l’accord de principe conclu la semaine dernière entre les États-Unis et l’Iran, qui prévoit la libération par Téhéran de cinq détenus américains en échange du déblocage de plusieurs milliards de dollars d’avoirs iraniens gelés.

« Les accords qui ne démantèlent pas l’infrastructure nucléaire de l’Iran n’arrêteront pas son programme nucléaire et ne feront que lui fournir des fonds qui iront à des éléments terroristes parrainés par l’Iran », a déclaré le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans un communiqué.

Il n’était pas le seul Israélien à établir un lien entre l’accord sur les prisonniers et le programme nucléaire iranien.

Deux responsables israéliens ont déclaré au New York Times que l’échange faisait partie d’un ensemble plus large d’accords entre Téhéran et Washington, qui ont travaillé à un arrangement informel visant à limiter le programme nucléaire iranien.

Les responsables américains ont nié à plusieurs reprises que les deux sujets étaient liés, mais le lendemain de l’annonce officielle de l’accord, le Wall Street Journal a rapporté que l’Iran avait ralenti son enrichissement d’uranium de qualité quasi-militaire et réduit une petite partie de son stock.

« Israël n’a aucune nouvelle raison de s’alarmer », a déclaré Raz Zimmt, spécialiste de l’Iran à l’Institut d’études de sécurité nationale de Tel Aviv.

Le président iranien Ebrahim Raissi, au centre, inspectant la garde d’honneur avant de rencontrer le président William Ruto au palais présidentiel de Nairobi, au Kenya, le 12 juillet 2023. (Crédit : Khalil Senosi/AP Photo)

« Nous revenons plus ou moins au point où nous en étions il y a deux mois », a-t-il expliqué.

En juin, des informations ont révélé que les États-Unis et l’Iran se concentraient sur des accords informels et limités visant principalement à ancrer le statu quo actuel et à prévenir une escalade potentiellement catastrophique, ce que les responsables iraniens ont appelé un « cessez-le-feu politique ».

Les responsables israéliens estiment que ces paramètres sont désormais en vigueur.

« Israël n’a pas à s’inquiéter de l’émergence prochaine d’un accord nucléaire plus large », a déclaré Zimmt.

Un Iranien lisant un exemplaire du quotidien « Omid Javan » portant une photo du président américain de l’époque Donald Trump avec un titre qui se lit en persan, « Trump fou et JCPOA logique (Joint Comprehensive Plan of Action) », devant un kiosque dans la capitale Téhéran, le 14 octobre 2017. (Crédit : AFP Photo/STR/Dossier)

Il a noté que l’Iran en tirerait bien moins de bénéfices économiques aujourd’hui qu’au cours des années précédentes. Furieux contre Téhéran pour son soutien militaire à la Russie, les pays européens et les États-Unis ne sont pas près de commencer à déverser des fonds en Iran.

Dans le même temps, la situation économique iranienne est moins désespérée qu’auparavant. Avec la Chine comme principal client, l’Iran a contourné les sanctions américaines pour voir ses exportations de pétrole atteindre leur plus haut niveau depuis cinq ans.

L’Iran au pied du mur

Toutefois, un diplomate européen a déclaré au Times of Israel qu’il existait des liens plus larges entre le récent accord de principe et un accord nucléaire global.

« Il s’agit d’un ensemble de mesures de désescalade », a déclaré le fonctionnaire. « Il s’agit d’un ensemble de comportements que l’UE et les États-Unis aimeraient voir de la part de l’Iran. »

Meïr Ben-Shabbat, alors chef du Conseil de sécurité nationale, s’exprimant lors d’une réunion trilatérale des conseillers à la sécurité nationale israéliens, américains et russes, à Jérusalem, le 25 juin 2019. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Même en l’absence d’un accord imminent, certains voient des raisons de s’alarmer.

« L’administration de Joe Biden veut repousser le problème de l’Iran à l’année 2025, afin d’obtenir une tranquillité temporaire sur cette question pendant la campagne électorale américaine », a accusé l’ancien conseiller à la Sécurité nationale de Netanyahu, Meïr Ben-Shabbat, qui dirige aujourd’hui l’Institut Misgav pour la sécurité nationale et la stratégie sioniste.

Biden « donne pour la première fois à l’Iran l’autorisation de facto d’enrichir l’uranium à 60 % », a poursuivi Ben-Shabbat. « Le cadre de l’accord pourrait également consolider le statut de l’Iran en tant qu’État du seuil nucléaire avec le consentement des États-Unis. »

Selon Ben-Shabbat, l’accord est une preuve supplémentaire que l’Administration Biden poursuit une stratégie d’endiguement nucléaire avec l’Iran, et non la stratégie de dissuasion militaire qu’Israël préférerait.

L’accord encourage également les mauvais comportements, a déclaré John Hannah, chercheur principal à l’Institut juif pour la sécurité nationale des États-Unis et ancien conseiller à la Sécurité nationale de l’ancien vice-président américain Dick Cheney.

L’épave de ce que Kiev a décrit comme un drone iranien Shahed abattu près de Kupiansk, en Ukraine. (Crédit : Direction des communications stratégiques de l’armée ukrainienne via AP/Dossier)

« Les responsables iraniens ont déclaré à plusieurs reprises que la prise d’otages américains était une activité lucrative qui pouvait rapporter à l’Iran des milliards de dollars en rançon pour remplir les coffres du régime afin de poursuivre ses ambitions hégémoniques au Moyen-Orient », a déclaré Hannah. « Il semble difficile d’affirmer que leur argument n’a pas été complètement justifié par ce dernier accord. »

Il a également déclaré que les milliards de dollars que l’Iran recevra mettront en danger les alliés des États-Unis, dont Israël et l’Ukraine.

« Puisque l’argent est corruptible, aussi sûr que la nuit suit le jour, des milliards de dollars seront libérés pour être utilisés par le Corps des gardiens de la Révolution islamique afin d’intensifier leurs attaques contre les intérêts américains et nos alliés par le biais du terrorisme, de l’expansion de leur infrastructure nucléaire et de leurs programmes de missiles, de la poursuite des livraisons de drones à la Russie et de la répression du peuple iranien. »

Des membres du Corps des gardiens de la révolution islamique d’Iran (IRGC) lors du défilé militaire annuel marquant l’anniversaire du déclenchement de la guerre dévastatrice de 1980-1988 avec l’Irak de Saddam Hussein, dans la capitale Téhéran, le 22 septembre 2018. (Crédit : Stringer/AFP)

La Cendrillon de Biden

Dans le cadre de cet accord provisoire, les États-Unis ont donné leur accord à la Corée du Sud pour convertir en euros les avoirs iraniens gelés détenus dans ce pays, dans la monnaie sud-coréenne, le won.

Cet argent serait ensuite envoyé au Qatar, un petit émirat gazier de la péninsule arabique riche en énergie, qui a joué le rôle de médiateur dans les pourparlers.

Le rôle du Qatar est notable, a déclaré au Times of Israel Moran Zaga, experte de la région du Golfe au Mitvim – The Israeli Institute for Regional Foreign Policies.

Des centrifugeuses dans l’installation d’enrichissement d’uranium de Natanz près de Natanz, en Iran, le 5 novembre 2019. (Crédit : Organisation iranienne de l’énergie atomique via AP/Dossier)

« Le Qatar est la Cendrillon de Biden », a-t-elle déclaré. « Biden a décidé de parier sur le Qatar en tant qu’État du Golfe en qui il a confiance, en tant qu’État dans lequel il investit son énergie diplomatique. »

Depuis l’arrivée au pouvoir de Biden en 2021, Doha s’est imposé comme un médiateur de confiance pour les États-Unis. Elle a aidé les États-Unis à conclure l’accord de Doha avec les talibans en Afghanistan et a servi d’intermédiaire entre Washington et Téhéran pendant la majeure partie du mandat de Biden.

Son importance en tant que fournisseur de gaz fossile liquéfié (LNG) s’est accrue au cours de la même période, puisqu’il remplace l’approvisionnement russe en Europe.

Un navire-citerne qatari de gaz fossile liquéfié (LNG) faisant le plein au port maritime de Raslaffans, dans le nord du Qatar. (Crédit : AP Photo/Archives)

En mars 2022, Joe Biden avait récompensé Doha en le désignant comme un allié majeur non-membre de l’OTAN, ce qui lui donne un accès accru aux armes américaines et à la coopération en matière de sécurité.

Israël – ainsi que ses partenaires régionaux, l’Égypte et Bahreïn, et le Koweït – bénéficie du même statut, mais pas l’Arabie saoudite ni les Émirats arabes unis, qui sont pro-Occident.

Ce fait n’est pas particulièrement rassurant pour Israël.

« Nous avons intérêt à ce que les États-Unis fassent progresser les États modérés au Moyen-Orient et en particulier dans le Golfe », a déclaré Zaga, en faisant référence aux Émirats arabes unis et à l’Arabie saoudite.

Le président iranien Ebrahim Raissi, au centre, accueilli par l’émir du Qatar Tamim ben Hamad al-Thani, au centre, à droite, à son arrivée à Doha, au Qatar, le 21 février 2022. (Crédit : Présidence iranienne via AP)

« Le Qatar entretient des relations beaucoup plus étroites avec l’Iran, le [groupe terroriste palestinien du] Hamas et les Frères musulmans, ce qui n’est pas le cas des Émirats arabes unis et de l’Arabie saoudite », a expliqué Zaga.

Dans le même temps, ces liens ont parfois été utiles à Israël. Le Qatar est devenu le mécène économique de Gaza, avec 30 millions de dollars par mois pour le carburant, les salaires et la protection sociale.

Paralysie

L’aspect le plus inquiétant de l’accord entre l’Iran et les États-Unis est peut-être ce qu’il dit de la capacité d’Israël à empêcher un accord nucléaire plus large.

« Il y a une paralysie politique en Israël sur l’Iran », a déclaré le diplomate européen.

Des manifestants brandissant des drapeaux et des banderoles lors d’un rassemblement contre les projets de refonte judiciaire du gouvernement, à Tel Aviv, le 12 août 2023. (Crédit : Jack Guez/AFP)

Netanyahu et son gouvernement se sont montrés moins loquaces à l’égard de l’Iran ces derniers temps. Si les querelles internes autour de la refonte judiciaire controversée n’y sont pas étrangères, Jérusalem semble incapable d’offrir une alternative réaliste à la volonté de désescalade de Biden.

« Même la déclaration de Netanyahu la semaine dernière sonnait comme une performance », a déclaré le fonctionnaire. « Il n’a pas été en mesure d’influencer la politique américaine. »

« Il ne semble pas qu’il veuille particulièrement parler de l’Iran en ce moment. »

Ben-Shabbat a appelé le gouvernement israélien à s’exprimer plus fermement sur la question. « Il doit formuler sa position sur cette question en fonction de ce qui ressortira du dialogue secret qui se déroule à la Maison Blanche. »

« Dans le même temps, a-t-il ajouté, « Israël doit poursuivre ses efforts pour améliorer ses capacités opérationnelles ».

« Israël doit s’en tenir à son opposition publique à ces accords et concessions, et exiger des États-Unis des mesures concrètes contre l’Iran. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.