Le chef du Shas démissionne de son siège d’élu, Uriel Busso entre à la Knesset
Rechercher

Le chef du Shas démissionne de son siège d’élu, Uriel Busso entre à la Knesset

L'adjoint au maire de Petah Tikva devrait être intronisé la semaine prochaine, en vertu de la loi norvégienne

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Le chef du parti Shas Aryeh Deri arrive à la Knesset pour une rencontre avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le 3 mars 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)
Le chef du parti Shas Aryeh Deri arrive à la Knesset pour une rencontre avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le 3 mars 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Tard mercredi soir, le chef du parti Shas et ministre de l’Intérieur a abandonné son siège parlementaire conformément à la loi dite « norvégienne ». Un nouvel élu de son parti va ainsi pouvoir entrer à la Knesset.

La loi permet à n’importe quel député qui a été nommé au cabinet de démissionner temporairement de la Knesset, en permettant ainsi au prochain candidat sur la liste d’entrer au Parlement à sa place. Selon les nouvelles règles en vigueur, si ce ministre quitte plus tard son poste au cabinet, il reprend immédiatement son siège à la Knesset.

Le parti ultra-orthodoxe Shas avait commencé par vouloir profiter de la loi pour permettre au rabbin Baruch Gazahay, le candidat suivant sur la liste électorale Shas, d’entrer à la Knesset.

Mardi pourtant, Gazahay a retiré sa candidature après que de nombreuses vidéos de lui ont refait surface. Il y tenait des propos insultants à l’égard des femmes, imputant le cancer du sein et les fausses couches à leur tenue impudique. Il affirmait que les femmes qui exposent leurs corps sont réincarnées en vaches.

C’est donc Uriel Busso, l’adjoint au maire de Petah Tikva, qui fera son entrée à la Knesset. Il devrait être intronisé la semaine prochaine.

Le rabbin Baruch Gazahay dans une conférence enregistrée et publiée sur YouTube. (Capture d’écran: YouTube)

Plus tôt mardi, cinq ministres de Kakhol lavan – le ministre de la Culture Hili Tropper, le ministre de la Science Izhar Shay, le ministre de la Culture Alon Schuster, le ministre du tourisme Asaf Zamir, et Michael Biton, qui est ministre au ministère de la Défense – ont annoncé qu’ils allaient également démissionner, dans le cadre de la loi norvégienne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...