Rechercher

Les prix de l’électricité vont augmenter de 8,6 % le mois prochain

Une hausse plus modérée que prévue a été obtenue après des débats avec le ministère de la Protection de l'environnement ; la Compagnie d'électricité veut limiter l'usage du charbon

Un ouvrier de la Compagnie israélienne d'électricité répare une ligne défectueuse, le 29 août 2020. (Crédit : Yossi Aloni/FLASH90)
Un ouvrier de la Compagnie israélienne d'électricité répare une ligne défectueuse, le 29 août 2020. (Crédit : Yossi Aloni/FLASH90)

La Compagnie israélienne d’électricité (IEC) a déclaré mercredi qu’elle avait accepté une hausse des prix légèrement plus modérée en août – 8,6 % au lieu des 9,6 % annoncés par l’Autorité de l’électricité au début du mois – dans le cadre d’un accord qui permettra à la société de développer l’utilisation du gaz naturel dans la production d’électricité.

L’IEC a précisé que la hausse de 8,6 % prendrait effet en août. En échange, le ministère de la Protection de l’environnement acceptera une plus grande utilisation du gaz naturel dans la centrale électrique d’Eshkol. L’accord comprend également un engagement de l’IEC à faire des efforts pour réduire son utilisation du charbon dans d’autres centrales, a déclaré la société dans un communiqué.

Israël dispose d’importantes réserves de gaz naturel, mais le ministère de la Protection de l’environnement a fait pression pour que l’utilisation des combustibles fossiles soit progressivement abandonnée au profit de sources d’énergie renouvelables, principalement l’énergie solaire. Bien qu’elles soient plus propres que le charbon, les centrales électriques au gaz sont souvent situées dans des zones très peuplées et continuent de polluer.

A LIRE : Énergie : Pourquoi Israël ne profite donc pas du soleil ?

Les prix de l’énergie sont montés en flèche dans le monde entier, en partie à cause de la guerre que mène actuellement la Russie en Ukraine. La Russie est l’un des principaux exportateurs mondiaux d’énergie.

Au début du mois, l’Autorité israélienne de l’électricité, le régulateur national, avait déclaré qu’une hausse du prix de l’électricité était nécessaire car environ 23 % de la production d’électricité d’Israël dépend encore du charbon.

L’autorité a imputé la hausse des prix à la crise énergétique mondiale, qui a débuté en 2021 et a été exacerbée par la guerre en Ukraine. Elle inclut une hausse spectaculaire du coût des hydrocarbures nécessaires aux centrales électriques, malgré le fait qu’Israël extrait désormais son propre gaz naturel pour l’exportation.

En février, les prix de l’électricité ont augmenté de 5,7 %.

L’Association des fabricants d’Israël a salué mercredi la nouvelle de l’augmentation de 8,6 % des prix de l’électricité, se disant « heureuse que la campagne que nous avons menée pour réduire la hausse des tarifs électriques ait porté ses fruits », a rapporté la chaîne publique Kan.

Bien que cette évolution soit un « pas dans la bonne direction », l’association a demandé instamment une réduction supplémentaire de la hausse des prix, avertissant que la hausse à venir touchera surtout les personnes confrontées à l’insécurité financière, ainsi que les petites et moyennes entreprises.

L’association a suggéré que la hausse des prix pourrait être maintenue à 4,6 % pour les ménages et à 5 % pour les entreprises.

Bien que l’inflation ait été plus modeste en Israël que dans d’autres pays du monde développé, le coût de la vie, de la nourriture aux matériaux de construction, a connu de fortes hausses. Le pays s’efforce également de contenir la flambée des prix de l’immobilier.

A LIRE : Logement en Israël : Les prix ont presque doublé en 10 ans et ça va continuer

Le mois dernier, le prix du carburant a dépassé les 8 shekels par litre après avoir fluctué sous ce pic au cours des derniers mois.

Le coût des produits laitiers, dont les prix sont régulés par le gouvernement, a augmenté de 4,9 % il y a deux semaines, et le prix moyen des œufs, également contrôlé, a augmenté de 6,5 % vendredi, pour la première fois depuis janvier 2019.

Une hausse prévue du prix du pain a finalement été négociée pour être plus modeste et le prix de la miche pain complet non tranchée augmentera de 5 %.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...