L’expo Banai à la Tour de David suit le chemin de la fameuse famille d’artistes
Rechercher

L’expo Banai à la Tour de David suit le chemin de la fameuse famille d’artistes

La célèbre tribu d'acteurs et de musiciens, venue de Perse en Israël en 1881, a créé une histoire de survie et de succès

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Photographie de l'artiste Yossi Banai, tirée de l'exposition inaugurée le 18 juin 2020 au Musée de la Tour de David, "Banai, This is Our Song". (Avec l'aimable autorisation de Nino Hananiah Herman)
Photographie de l'artiste Yossi Banai, tirée de l'exposition inaugurée le 18 juin 2020 au Musée de la Tour de David, "Banai, This is Our Song". (Avec l'aimable autorisation de Nino Hananiah Herman)

Une histoire de famille, de Jérusalem et de musique israélienne est racontée dans « Banai : Un voyage musical de la Perse à Jérusalem », une nouvelle exposition retraçant l’histoire de la talentueuse famille d’artistes Banai au Musée de la Tour de David à Jérusalem.

« Je savais que je voulais faire une exposition sur la musique et Jérusalem », a déclaré Eilat Lieber, directrice du musée. « C’est l’histoire d’une famille, mais c’est l’histoire la plus israélienne, car nous avons tous immigré en Israël à un moment donné. C’est l’histoire d’une survie à tout prix ».

Le résultat est « Banai », une riche combinaison d’histoire juive persane, d’objets historiques et familiaux, et d’histoires qui tissent ensemble l’histoire de la famille Banai, qui est venue en terre promise en 1881, emmenée par le grand-père Rachamim Banai, et qui a fait naître une famille de chanteurs et d’artistes depuis leur maison familiale située dans le quartier animé de Nahlaot à Jérusalem.

L’exposition commence par un regard sur la vie des Banai à Shiraz, en Perse, suggérant un lien entre la ville ancienne et la Tour de David, la citadelle historique dans laquelle le musée est situé. L’exposition présente les instruments joués en Perse, les histoires communes à la vie juive et persane, et les traditions que les Banai ont apportées dans leur nouvelle vie dans la Palestine d’avant l’Etat.

Photographie de Bachora et Meir Banai avec leur fils aîné Shmuel, Jérusalem, 1915, tirée de la nouvelle exposition Banai qui a ouvert ses portes le 18 juin 2020 au Musée de la Tour de David. (Avec l’aimable autorisation de Yad Izhak Ben Zvi Photographic Archives)

« Si nous ne connaissons pas les racines, alors nous ne comprendrons pas d’où elles viennent », a déclaré Tal Kobo, le commissaire de l’exposition. « Shiraz était une communauté de musiciens et de chanteurs, un lieu très créatif ».

Lorsqu’ils sont arrivés en Palestine mandataire en 1881, les hommes de la famille travaillaient dans la construction ; d’où l’origine de leur nom, Bana, qui vient du mot hébreu désignant la construction.

L’histoire de la famille suit la chronologie du pays, y compris le développement des quartiers où ils vivaient, le marché Mahane Yehuda où leur grand-père vendait des légumes, les écoles qu’ils fréquentaient à Jérusalem et les terrains de jeux où ils jouaient.

« Les gens me considèrent comme un prince, mais mon grand-père vendait des légumes au marché Mahane Yehuda », a déclaré Yuval Banai, le chanteur du groupe de rock Mashina, dans une citation rappelée par l’expert en musique Boaz Cohen dans un texte écrit pour l’exposition.

La rue Agas ou rue de la Poire, où le grand-père Banai vendait des légumes au marché, est maintenant connue pour ses stands de fast food culinaire et ses bars où les jeunes de Jérusalem aiment se retrouver le jeudi soir.

Membres de la famille Banai sur le toit du 13 rue Agas en 1949, de l’exposition Banai qui a ouvert ses portes le 18 juin 2020 au musée de la Tour de David. (Avec l’aimable autorisation de Yad Itzhak Ben Zvi Photographic Archives)

Ce sont les deuxième et troisième générations de cette famille qui sont si bien connues des Israéliens : les frères – acteurs et conteurs Gavri Banai, Yaakov Banai et Yossi Banai ; et leurs enfants – les chanteurs Ehud Banai, Meir Banai, Yuval Banai et Eviatar Banai, et l’humoriste Orna Banai. Leur grand-père, Eliyahu Banai, qui leur a transmis l’amour du conte et de la musique.

La musique de la troisième génération de frères et cousins Banai est considérée comme l’incarnation de l’Israélité, même si certains – Ehud Banai, Meir Banai, qui est mort en 2017, et Eviatar Banai – sont retournés à la religion et ont commencé à marier leur rock avec des piyyutim, des poèmes liturgiques, et à rendre plus fluide le clivage laïc-religieux.

Les membres de la famille ont tous aidé le conservateur Kobo à raconter les histoires de leur famille, dit-elle.

« C’était fou », dit-elle, « ils m’ont tous donné des choses et m’ont raconté des histoires. Ce n’est pas une exposition de célébrités, ils ont tous participé. Ils nous ont raconté les expériences de leur enfance, leurs souvenirs, la maison de leurs grands-parents dans le shuk ».

L’exposition contient des objets de famille, comme un collier d’ambre que Khanoum Banai a reçu de sa mère lorsqu’elle s’est fiancée à l’âge de six ans, et un étui de parchemin de la Torah offert à la synagogue persane locale de la famille à Jérusalem.

Le chanteur Eviatar Banai, tiré d’une des vidéos de BANAI, la nouvelle exposition sur la célèbre famille israélienne qui a ouvert ses portes le 18 juin 2020 au Musée de la Tour de David. (Avec l’aimable autorisation du Musée de la Tour de David)

Il existe également des vidéos captivantes mettant en scène différents membres de la famille Banai, célèbres ou moins connus, qui racontent les histoires de leur grand-père à Mahane Yehuda. Il y a des photos d’école et des photos de famille, et la galerie finale de l’exposition montre des clips des différents spectacles des Banai sur scène et dans les émissions de télévision, pour une agréable série de divertissements.

Le nom de l’exposition en hébreu est « C’est notre chanson », un extrait d’une chanson bien connue, « Tip Tipa », d’Ehud Banai (voir ci-dessous).

« C’est une métaphore qui montre comment l’histoire de la famille Banai et l’opus Banai sont devenus la bande-son commune de la culture israélienne », a déclaré Kobo.

L’exposition, la première du musée puisqu’il a rouvert le 18 juin après avoir été fermé en raison du coronavirus en mars, est un choix judicieux pour cet été, où il y aura probablement surtout des visiteurs israéliens au musée.

« Nous n’attendons pas 500 000 visiteurs cet été. Cela prendra un certain temps, mais j’ai décidé de rouvrir même si de nombreux membres du personnel sont en congé », a déclaré Mme Lieber. « Nous avons pensé que les Israéliens auront soif de quelque chose de culturel et de local, donc c’est approprié pour cet été ».

Il est prévu de proposer des concerts liés à l’exposition Banai pendant l’été, et les billets doivent être commandés en ligne pour le musée, qui suit scrupuleusement toutes les directives relatives au coronavirus. Le musée sera également ouvert de nombreuses soirées pendant l’été pour permettre aux visiteurs de venir pendant les périodes les plus fraîches de la journée.

Le musée organisera des webinaires sur l’exposition les 5 et 9 juillet. Le musée est fermé le dimanche et ouvert du lundi au jeudi et le samedi, de 22 à 18 heures, et le vendredi, de 22 à 14 heures.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...