Israël en guerre - Jour 151

Rechercher

Ahed Tamimi figure sur la liste des 50 prisonniers susceptibles d’être libérés

L'activiste palestinienne Ahed Tamimi attend de rencontrer le président tunisien à Tunis, le 2 octobre 2018. (Crédit : FETHI BELAID / AFP)
L'activiste palestinienne Ahed Tamimi attend de rencontrer le président tunisien à Tunis, le 2 octobre 2018. (Crédit : FETHI BELAID / AFP)

Ahed Tamimi figure sur la liste approuvée précédemment de 50 prisonnières palestiniennes autorisées à bénéficier d’une libération anticipée potentielle dans le cadre d’un accord de trêve prolongée avec le Hamas.

Le ministère de la Justice a publié la liste des 50 noms supplémentaires lundi en fin de journée.

Tamimi a été arrêtée il y a tout juste trois semaines après avoir posté sur les réseaux sociaux que les Palestiniens allaient « massacrer » les résidents d’implantations et « boire leur sang ».

« Notre message aux troupeaux de colons est que nous vous attendons dans toutes les villes de Cisjordanie, de Hébron à Jénine », a écrit Tamimi. « Nous allons vous massacrer et vous direz que ce qu’Hitler vous a fait est une blague, nous allons boire votre sang et manger vos crânes. Venez, nous vous attendons ».

Tamimi est devenue une icône de la cause palestinienne après avoir été emprisonnée, alors qu’elle était adolescente, pour avoir giflé un soldat israélien. Elle a déclaré que les soldats avaient tiré une balle en caoutchouc dans la tête de son cousin une heure avant la rencontre filmée.

Tamimi, qui avait 16 ans à l’époque, a reconnu, dans le cadre d’un accord de plaidoyer, avoir agressé un soldat de Tsahal, incité à la violence et perturbé des soldats à deux autres occasions.

Elle a purgé une peine de huit mois dans une prison israélienne et, après sa libération, a entamé une tournée de la victoire, sillonnant l’Europe et le Moyen-Orient.

Depuis vendredi, le Hamas a libéré 50 otages israéliens, dont 11 plus tôt lundi, au quatrième jour de la trêve initiale de quatre jours conclue avec le groupe terroriste à la suite de l’attaque surprise du 7 octobre et de la campagne militaire israélienne qui s’en est suivie dans l’enclave palestinienne.

La trêve, qui devait expirer demain mardi, sera désormais prolongée de deux jours, comme l’ont confirmé le Qatar et les États-Unis, et devrait permettre la libération d’une dizaine d’otages israéliens supplémentaires par jour de trêve additionnel.

Dans le cadre de l’accord initial, Israël a accepté d’interrompre son opération militaire à Gaza pendant quatre jours et de libérer trois prisonniers de sécurité palestiniens pour chacun des 50 otages libérés de Gaza.

À la suite de négociations parallèles menées par le Qatar, le Hamas a également libéré 17 Thaïlandais, un Philippin et un ressortissant de la double nationalité russe et israélienne.

S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.