L’UE pourrait suspendre l’exportation de fruits et légumes israéliens à cause d’un parasite
Rechercher

L’UE pourrait suspendre l’exportation de fruits et légumes israéliens à cause d’un parasite

Suite à un avertissement de l'Europe, le ministère de l'Agriculture a intensifié ses efforts pour lutter contre cet insecte qui ravage les récoltes

Le faux carpocapse, Thaumatotibia leucotreta. Illustration. (Crédit : Simon Hinkley & Ken Walker, Museum Victoria/Wikipedia)
Le faux carpocapse, Thaumatotibia leucotreta. Illustration. (Crédit : Simon Hinkley & Ken Walker, Museum Victoria/Wikipedia)

L’Union européenne (UE) a menacé d’interdire l’exportation de certains produits israéliens vers l’Europe, en raison de la présence d’un parasite connu pour endommager les récoltes, a indiqué mercredi le ministère de l’Agriculture.

Un communiqué du ministère de l’Agriculture a annoncé que l’UE a prévenu que l’exportation de certains produits sera interrompue au 1er janvier 2018, si les fermiers israéliens ne se plient pas aux normes sanitaires et aux protocoles liés à ce parasite, le faux carpocapse.

Le ministère a également indiqué que ce parasite présente une menace pour les produits exportés aux États-Unis, au Canada, au Japon et en Corée du Sud.

Cet insecte, qui se trouve principalement en Afrique, est devenu une nuisance ces dernières années pour les agriculteurs israéliens.

Des oranges dans une usine du sud d'Israël. Illustration. (Crédit : Yaakov Naumi/Flash90)
Des oranges dans une usine du sud d’Israël. Illustration. (Crédit : Yaakov Naumi/Flash90)

Parmi les 70 types de récoltes que le parasite abîme en y déposant ses œufs, on trouve les agrumes, les grenades, les mangues, les raisins, les maïs et les poivrons, qui poussent tous en Israël.

Le ministère de l’Agriculture a indiqué qu’à la lumière de cette menace sur l’exportation des fruits et légumes, il a intensifié ses efforts pour aider les fermiers et les organisations agricoles à mieux combattre les menaces représentées par le parasite.

Il a indiqué qu’éliminer ce parasite serait difficile, parce que l’insecte se reproduit plusieurs fois par an, et que ses œufs et ses larves sont difficilement détectables.

Le ministère a indiqué que les pays qui importent des fruits et légumes imposent l’usage de pesticides respectueux de l’environnement, qui sont moins efficaces dans la destruction du parasite.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...