Netanyahu salue la lutte contre l’Iran d’Eizenkot lors d’une cérémonie d’adieu
Rechercher

Netanyahu salue la lutte contre l’Iran d’Eizenkot lors d’une cérémonie d’adieu

Selon le Premier ministre, le chef d'Etat-major sortant n'a pas eu "un seul jour sans travail" - et les Israéliens n'ont connaissance que d'une "infime partie" de ce travail

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le chef d'Etat-major sortant chief Gadi Eizenkot aux côtés de son épouse Chana et avec sa petite-fille lors d'une cérémonie d'adieu organisée au siège de l'armée à Tel Aviv, le 13 janvier 2019 (Crédit : Armée israélienne)
Le chef d'Etat-major sortant chief Gadi Eizenkot aux côtés de son épouse Chana et avec sa petite-fille lors d'une cérémonie d'adieu organisée au siège de l'armée à Tel Aviv, le 13 janvier 2019 (Crédit : Armée israélienne)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a salué dimanche le chef d’Etat-major sortant Gadi Eizenkot pour avoir bloqué l’Iran et ses groupes mandataires sur quatre fronts pendant qu’il était commandant en chef des forces israéliennes.

S’exprimant lors d’une cérémonie d’adieu en présence de hauts responsables politiques et de la Défense, Netanyahu a expliqué que le général était également parvenu à instituer une série de mesures de rationalisation et de modernisation dans le cadre du plan Gédéon, qui s’étend sur plusieurs années.

« Au Moyen-Orient, il n’y a pas de pitié pour les faibles. Seul le fort survit. La culture constante de notre force est la condition nécessaire pour notre existence. C’est également la condition nécessaire pour réaliser la paix avec nos voisins », a-t-il dit.

« Les citoyens d’Israël n’ont connaissance que d’une infime partie de ce qui a été réalisé au cours des quatre dernières années », a-t-il ajouté.

En plus du Premier ministre, le président Reuven Rivlin a aussi pris la parole lors de cette cérémonie d’adieu organisée au siège de l’armée israélienne à Tel Aviv, connu sous le nom de Kirya.

« Vous avez été la bonne personne au bon endroit. Heureux soient ceux qui vous comptent comme l’un de leurs fils. Je sais que vous préférez vous tenir hors des projecteurs mais néanmoins, j’espère que nous vous verrons un jour tenir un rôle public une nouvelle fois », a déclaré Rivlin.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre Aviv Kochavi, désigné prochain chef d’Etat-major, au bureau du Premier ministre de Jérusalem, le 29 octobre 2018 (Crédit : Kobi Gideon / GPO)

Le successeur d’Eizenkot, le général de division Aviv Kochavi, était lui aussi dans la salle ainsi que ses prédécesseurs Benny Gantz et Gabi Ashkenazi.

Kochavi prendra officiellement sa nouvelle fonction de chef d’Etat-major mardi.

« Au cours des quatre dernières années, nous avons travaillé sans relâche à maintenir la puissance de l’armée israélienne », a expliqué le commandant sortant dans son discours.

Le président Reuven Rivlin, à gauche, assis avec le chef d’Etat major sortant Gadi Eizenkot durant une cérémonie d’adieu organisée au siège de l’armée israélienne à Tel Aviv, le 13 janvier 2019 (Crédit : Mark Neiman/GPO)

Dans son allocution, le Premier ministre a noté que le chef d’Etat-major sortant avait consacré son mandat de quatre ans à lutter contre l’ennemi juré de l’Etat juif, l’Iran.

« La plus grande menace faite à notre existence provient du régime des ayatollahs en Iran qui a fait de notre destruction sa raison d’être. A cette fin, l’Iran s’est employé à développer des armes nucléaires, des armes de précision et des cyber-armements. A cette fin, l’Iran a développé un front contre nous au Liban et tenté d’établir un front contre nous en Syrie – et cette fois avec l’armée iranienne », a expliqué Netanyahu.

Le Premier ministre a noté que l’armée, sous les ordres d’Eizenkot, avait aidé à bloquer les tentatives de l’Iran de fabriquer une arme atomique en offrant des renseignements aux Etats-Unis, parvenant à convaincre le président américain Donald Trump de sortir de l’accord nucléaire de 2015 passé avec la République islamique.

Netanyahu, aux côtés d’autres faucons sur cette question de la République islamique, a toujours estimé que l’accord sur le nucléaire permettrait à Téhéran de fabriquer une bombe à l’expiration du pacte, après dix ans – une allégation niée par les partisans de la convention.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, prononce un discours sur les archives iraniennes extraites du Mossad, documentant le programme nucléaire iranien, au ministère de la Défense à Tel Aviv le 30 avril 2018. (Crédit : AFP / Jack Guez)

L’année dernière, Netanyahu avait révélé que le Mossad et les renseignements militaires étaient parvenus à dérober les archives nucléaires de l’Iran – qui comprenaient les plans du pays pour fabriquer des missiles à portée nucléaire et d’autres informations qui contredisaient les affirmations de Téhéran qui n’a cessé de clamer n’avoir jamais eu l’intention de développer ce type d’armement.

Le Premier ministre a dit qu’Eizenkot et l’armée israélienne avaient cherché à « bloquer l’accord nucléaire avec l’Iran, qui ouvrait la porte à un arsenal nucléaire, et à réinstaurer les sanctions contre l’Iran. Cet objectif a été atteint. »

Netanyahu a expliqué que l’armée israélienne était parvenue également à contrer les velléités de l’Iran d’établir une présence militaire permanente en Syrie, répétant des propos déjà tenus dans la journée.

Citant « l’éminent responsable sioniste Israel Zangwill, » Netanyahu a déclaré que l’armée avait décidé d’étouffer les choses dans l’oeuf.

« Cet objectif aussi a été atteint. L’armée israélienne, sous votre garde, Gadi, a attaqué des centaines de fois – et même plus, des centaines et des centaines de fois – des cibles iraniennes et du Hezbollah en Syrie », a dit le Premier ministre.

Une explosion causée par une frappe israélienne contre des cibles iraniennes à l’aéroport international de Damas, le 11 janvier 2019 (Capture d’écran : Twitter)

Dans la matinée, Netanyahu avait indiqué qu’Israël avait bombardé au cours du week-end un certain nombre d’entrepôts d’armement à l’aéroport international de Damas, une reconnaissance rare de ce type d’action militaire que Jérusalem s’abstient généralement de commenter.

« Notre intention de bloquer l’Iran en Syrie est claire et tout le monde l’a bien compris, notamment le président russe avec lequel je m’entretiens régulièrement, et le chef d’Etat-major russe avec lequel vous, Gadi, parlez de manière régulière », a dit Netanyahu.

La relation d’Israël avec la Russie – qui soutient le dictateur syrien Bashar el-Assad et qui représente l’acteur principal sur la scène de ce pays ravagé par la guerre – a connu des tensions depuis l’abattage d’un avion-espion russe par les défense aériennes syriennes au cours d’un raid israélien. Moscou a publiquement attribué la responsabilité de la destruction de l’avion et de la mort de son équipage à l’Etat juif.

Les propos tenus par le Premier ministre ont paru vouloir apaiser les inquiétudes portant sur une potentielle réduction des capacités d’opération d’Israël en Syrie suite à cet incident.

Netanyahu a noté que l’armée israélienne et le Mossad avaient empêché le groupe terroriste du Hezbollah, appuyé par l’Iran, d’acquérir des munitions de précision qui représentent une menace bien plus importante que le type d’armements qui forme actuellement son arsenal.

« Le Hezbollah avait planifié qu’aujourd’hui, il disposerait de milliers de missiles de précision. En réalité, il n’en possède que quelques dizaines », a-t-il noté.

Le chef d’Etat-major Gadi Eizenkot, au centre, rend visite à des soldats cherchant des tunnels d’attaque du Hezbollah sur la frontière israélo-libanaise, le 4 décembre 2018 (Crédit : Armée israélienne)

Le Premier ministre a ajouté que la quatrième mission d’Eizenkot dans la campagne contre l’Iran avait été de détruire les tunnels d’attaque transfrontaliers du Hezbollah – ainsi que du Hamas – qui pénétraient sur le territoire israélien.

Dimanche, l’armée israélienne a fait savoir qu’elle avait découvert tous les tunnels du Hezbollah qui pénétraient dans le nord d’Israël depuis le Liban. Le mois dernier, l’armée israélienne avait lancé l’opération Bouclier du nord pour détruire ces passages souterrains.

Lors de la cérémonie d’adieu, Netanyahu a confirmé que cette opération avait été à l’origine du prolongement de deux semaines du mandat d’Eizenkot au poste de chef d’Etat-major. Il devait initialement quitter ses fonctions le 1er janvier.

« J’ai pensé que dans ce délai, vous seriez en mesure d’achever cette mission », a expliqué le Premier ministre.

« Nous n’avons pas permis au Hezbollah de kidnapper des soldats ou des civils. Nous avons effectué le travail et j’en suis fier », a-t-il dit.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu serre la main du chef d’Etat-major sortant Gadi Eizenkot pendant une cérémonie d’adieu au siège de l’armée de Tel Aviv, le 13 janvier 2019 (Crédit : Haim Tzach/GPO)

Netanyahu a aussi rendu hommage à Eizenkot pour la mise en place d’un certain nombre de mesures prises pour améliorer l’efficacité de l’armée et réduire les budgets – connues sous le nom de plan Gédéon – qui visent à mieux adapter les militaires au combat et aux ennemis qu’ils sont susceptibles de devoir affronter.

« Le plan multi-annuel Gédéon laissera l’armée programmer ce dont elle a besoin, comme elle doit le faire », a dit Netanyahu.

« Gadi, sous votre commandement, un travail majeur a été effectué au sein de l’armée israélienne – mais il reste encore beaucoup de travail », a-t-il ajouté.

Se tournant vers le successeur d’Eizenkot, le Premier ministre a dit : « Aviv, je dois vous promettre que vous n’aurez pas un seul jour de congé – mais nous avons confiance en vous ».

Le Premier ministre a fait ses adieux au chef de l’armée à l’issue de quatre années intenses avec peu de sommeil.

« Nous avons passé des heures innombrables au sein du cabinet de sécurité, en buvant d’innombrables tasses de café. Je sais très exactement comment vous prenez votre café aux différentes heures de la journée », s’est amusé Netanyahu.

« Vous pourrez maintenant avoir du temps pour jouer au squash – et vous gagnerez. Et, plus important encore, vous aurez du temps à passer avec votre épouse Chana, les enfants et votre petite-fille, et avec votre mère, Esther, qui est la véritable source de votre force », a-t-il conclu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...