Netanyahu s’engage à annexer toutes les implantations « sans exception »
Rechercher

Netanyahu s’engage à annexer toutes les implantations « sans exception »

Le Premier ministre surenchérit après que son rival Gantz a promis d'appliquer la souveraineté israélienne dans la vallée du Jourdain ; Smotrich appelle à un vote à la Knesset

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprime lors d'un événement de campagne du Likud au Centre international de convention de Jérusalem, le 21 janvier 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprime lors d'un événement de campagne du Likud au Centre international de convention de Jérusalem, le 21 janvier 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a promis mardi d’annexer non seulement la vallée du Jourdain s’il remportait les prochaines élections, mais aussi toutes les implantations israéliennes en Cisjordanie.

Les déclarations faites dans un discours de lancement de la campagne électorale de son parti, le Likud, sont intervenues quelques heures après que le principal rival de Netanyahu, le leader centriste Benny Gantz, a promis d’appliquer la souveraineté israélienne dans la vallée du Jourdain.

S’adressant à une foule de jeunes militants enthousiastes au Centre international de convention de Jérusalem, Netanyahu a affirmé que son gouvernement allait « immédiatement » étendre la souveraineté israélienne sur toutes les implantations de Cisjordanie « sans exception ».

Il a dénoncé à plusieurs reprises le parti Kakhol lavan comme étant « de gauche », cherchant à contrer la promesse faite par Gantz mardi dernier d’annexer la vallée du Jourdain « en coordination avec la communauté internationale » s’il remportait les prochaines élections.

Dans ce qui semble être le dernier effort du député pour répondre aux attentes des électeurs de droite, Gantz, lors d’une visite de ce qu’il a appelé « le mur de protection de l’est d’Israël », a déclaré que cette zone représentant environ 20 % de la Cisjordanie continuerait à faire partie de l’État juif dans tout accord de paix futur et que les gouvernements précédents qui avaient été disposés à négocier sur la région stratégique s’étaient trompés.

Les députés de Kakhol lavan Benny Gantz (C) et Moshe Yaalon (D) au poste d’observation de Vered Yeriho, dans la vallée du Jourdain, le 21 janvier 2020. (Hadas Parush/Flash90)

Cette déclaration a été critiquée par certains au sein de Kakhol lavan. Mardi soir, Gantz a tenté de revenir légèrement sur ses propos, en indiquant aux parlementaires de son parti dans le cadre d’un groupe WhatsApp : « Reprenez et écoutez attentivement mes paroles, elles n’ont rien à voir avec une annexion unilatérale. ».

La seule façon pour Israël de procéder à l’annexion de la vallée du Jourdain avec l’accord de la communauté internationale serait de conclure un accord de paix négocié avec les Palestiniens, qui revendiquent l’ensemble de la Cisjordanie pour un futur État.

Les représentants de la droite et les dirigeants des implantations se sont largement moqués de la promesse de Gantz. Suggérant qu’il ne s’agissait de rien d’autre que du bluff, Netanyahu a exhorté le leader de Kakhol lavan à ne pas attendre la fin des élections, mais plutôt à soutenir la mesure si elle était soumise à un vote à la Knesset dans les prochaines semaines.

« Benny Gantz, j’attends une réponse d’ici la fin de la journée », a-t-il ainsi réagi dans une déclaration défiant le leader de kakhol lavan.

Gantz a ensuite mis au défi le Premier ministre de façon similaire en tweetant : « Essayez pour une fois de ne pas mentir et voici un conseil : vous pouvez appliquer la loi israélienne dans la vallée du Jourdain par une décision du cabinet dans les deux heures, sans aucune discussion à la Knesset. Voyons voir ».

Netanyahu a poursuivi l’échange d’invectives sur Twitter : « Benny Gantz, je suis heureux que vous ayez finalement décidé de soutenir mon initiative d’appliquer la loi israélienne dans la vallée du Jourdain et le nord de la mer Morte. J’attends de vous et de Kakhol lavan un soutien total pour cette initiative historique. Très bientôt, je vous mettrai à l’épreuve ».

Le ministre des Transports Bezalel Smotrich s’exprime lors d’une conférence organisée par « Makor Rishon » et l’Institut israélien de la démocratie au centre international de Convention à Jérusalem, le 11 novembre 2019. (Photo par Noam Rivkin Fenton / Flash90)

Après cet échange, le ministre des Transports Bezalel Smotrich a exhorté Netanyahu à convoquer un vote à la Knesset dès la semaine prochaine pour annexer immédiatement la vallée du Jourdain. Le chef du gouvernement considérerait cette décision comme un piège pour Kakhol lavan, car s’il soutient la mesure, le parti sera considéré comme poussé par le Premier ministre à s’exprimer sur des questions politiques majeures, et s’il s’y oppose, cela annulerait l’effet de son annonce d’annexion de mardi.

Toutefois, la décision d’étendre la souveraineté israélienne sur la vallée du Jourdain pendant un gouvernement de transition risque d’être contestée par le procureur général Avichai Mandelblit, qui aurait exprimé des réserves lorsque la question avait été soulevée à l’approche des élections de septembre.

Le Premier ministre a également reconnu à l’époque qu’il serait juridiquement problématique pour un gouvernement transitoire de procéder à une telle démarche. Avant les élections précédentes, il avait promis d’annexer immédiatement la vallée du Jourdain s’il les gagnait. Cependant, les résultats ont conduit à une prolongation de l’impasse qui paralyse maintenant la politique israélienne depuis plus d’un an, et ni lui ni Gantz n’ont pu former un gouvernement qui aurait été en mesure de mener à bien cette initiative controversée.

Le leader de Kakhol lavan a longtemps affirmé qu’il s’opposait à toute solution unilatérale au conflit, et étant donné que l’annexion serait un échec pour les dirigeants palestiniens (et pourrait également risquer de mettre fin aux relations diplomatiques d’Israël avec l’Égypte et la Jordanie), une telle démarche ne bénéficierait sans doute pas d’un soutien bilatéral.

Jacob Magid a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...