Première rencontre entre Gantz et un général US depuis qu’Israël est au CENTCOM
Rechercher

Première rencontre entre Gantz et un général US depuis qu’Israël est au CENTCOM

Le ministre de la Défense et le chef de Tsahal ont rencontré le Gén. Kenneth McKenzie à Tel Aviv, se félicitant de la meilleure coopération entre l'Etat juif et ses voisins arabes

(De gauche à droite) Le chef d'état-major de l'armée israélienne Aviv Kohavi, le commandant du CENTCOM Kenneth F. McKenzie Jr. et le ministre de la Défense Benny Gantz à Tel Aviv, le 29 janvier 2021. (Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
(De gauche à droite) Le chef d'état-major de l'armée israélienne Aviv Kohavi, le commandant du CENTCOM Kenneth F. McKenzie Jr. et le ministre de la Défense Benny Gantz à Tel Aviv, le 29 janvier 2021. (Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, a rencontré vendredi à Tel Aviv le chef du Commandement central de l’armée américaine, le général Kenneth McKenzie, pour la première fois depuis que le Pentagone a annoncé qu’Israël se mettait sous la coupe du CENTCOM Moyen Orient.

M. Gantz a salué cette initiative en déclarant qu’elle « donnerait à Israël l’occasion d’approfondir la coopération avec de nouveaux partenaires régionaux et d’élargir les horizons opérationnels », selon un communiqué de son bureau.

Les deux hommes ont été rejoints au quartier général de l’armée à la Kirya par le chef d’état-major de l’armée israélienne, Aviv Kohavi, qui a présenté à McKenzie la politique de défense d’Israël.

Les chefs de la défense ont également passé en revue les priorités et les défis communs aux deux armées, notamment les menaces régionales telles que l’Iran, a déclaré le bureau de Gantz.

Le ministre de la Défense a également remercié le commandant du CENTCOM pour l’engagement des États-Unis en faveur de la sécurité d’Israël et pour avoir maintenu l’avance militaire d’Israël dans la région.

(De gauche à droite) Le ministre de la Défense Benny Gantz, le commandant du Commandement central des États-Unis, le général Kenneth F. McKenzie Jr. et le chef d’état-major général de l’armée israélienne, le lieutenant général Aviv Kohavi, à Tel Aviv, le 29 janvier 2021. (Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Les deux hommes ont souligné « l’importance de l’étroite collaboration et de la coordination entre les forces armées israéliennes et américaines, vitales pour les intérêts communs des deux pays et pour la stabilité régionale et mondiale », selon le bureau de Gantz.

Vendredi également, M. McKenzie a organisé une table ronde avec plusieurs membres de l’état-major général de Tsahal, dont M. Kohavi, le chef d’état-major adjoint Eyal Zamir, le chef du renseignement militaire Tamir Hayman, l’attaché de défense de Tsahal à Washington Yehuda Fuchs, et le chef d’une direction nouvellement formée spécifiquement chargée de combattre l’Iran, le major-général Tal Kalman.

Les réunions ont eu lieu quelques jours après que Kohavi a publiquement condamné l’intention déclarée du président américain Joe Biden de rejoindre l’accord nucléaire iranien de 2015, déclarant qu’une telle décision était « mauvaise » et « pas la bonne chose à faire » et insinuant que si la Maison Blanche allait de l’avant avec ce projet, Tsahal pourrait entreprendre une action militaire unilatérale contre Téhéran pour bloquer son programme nucléaire.

Le voyage de M. McKenzie – son second en tant que commandant du CENTCOM – a commencé par une brève rencontre avec M. Kohavi dans la nuit de jeudi à dimanche. Les deux hommes ont planté un arbre ensemble en l’honneur de la fête juive de Tou Bichvat, a déclaré l’armée.

Le chef d’état-major de Tsahal Aviv Kohavi, (à gauche), et le chef du commandement central américain, le général Kenneth McKenzie, plantent un arbre en l’honneur de la fête juive de Tou Bichvat, le 28 janvier 2021. (Armée israélienne)

Au début de ce mois, le Département américain de la Défense a annoncé qu’Israël, qui était sous la responsabilité du Commandement européen de l’armée américaine (EUCOM), allait être transféré au Commandement central, qui opère au Moyen-Orient. Cette mesure vise à améliorer la coopération entre Israël et les autres pays de la région pour faire face à la menace posée par Téhéran.

L’État juif avait été historiquement tenu à l’écart de CENTCOM par crainte qu’il ne provoque des frictions entre les États-Unis et les autres pays de la région, dont la plupart avaient une opinion négative d’Israël. Ce n’est plus le cas pour certains pays du Moyen-Orient, en particulier ceux du Golfe persique.

Malgré cette annonce, Israël n’a pas encore été officiellement transféré dans la zone de responsabilité du CENTCOM.

« La planification de la transition est en cours, et un calendrier final sera soumis à l’approbation de la nouvelle administration », a déclaré cette semaine le porte-parole du Pentagone, la commandante Jessica L. McNulty, au Times of Israel.

« Entre-temps, nous nous attendons à une coopération continue entre les États-Unis, le Commandement européen et l’armée israélienne, et nous prévoyons davantage de possibilités de coopération entre les forces militaires israéliennes et le Commandement central américain avec d’autres partenaires », a-t-elle ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...