Israël en guerre - Jour 228

Rechercher

Shaare Tzedek porte plainte contre des policiers qui ont tasé un Palestinien menotté

Le ministre de la Santé salue l’intervention du médecin après que l’utilisation du taser par les agents sur l’homme de 21 ans attaché à son lit et en plein épisode psychotique

Illustration : Un policier tenant des menottes. (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)
Illustration : Un policier tenant des menottes. (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)

Deux policiers ont utilisé un un pistolet à impulsion électrique (aussi appelé taser) sur un suspect palestinien sous leur garde alors qu’il était menotté à un lit d’hôpital la semaine dernière, à la suite de quoi, l’hôpital a déposé une plainte auprès du département des enquêtes internes de la police (PIID), a indiqué jeudi le ministre de la Santé, Moshe Arbel.

L’incident a eu lieu le 27 juillet, après l’arrivée du suspect aux urgences de l’hôpital Shaare Zedek de Jérusalem. Selon les médecins qui l’ont soigné, il n’était pas maître de ses actes et se trouvait en plein épisode psychotique, comme l’indique une lettre d’Arbel au personnel et aux administrateurs de l’hôpital les informant de l’incident.

Le suspect, un habitant de Jérusalem-Est âgé de 21 ans, a reçu des sédatifs, qui l’ont calmé au bout de quelques heures. Les médecins ont décidé qu’il pouvait sortir de l’hôpital, mais avant cela, les deux officiers qui escortaient le détenu ont fermé les rideaux entourant le lit auquel le détenu était menotté par les mains et les jambes, et l’un des policiers lui a administré une décharge de taser, a indiqué Arbel.

L’un des médecins qui le soignait a entendu le choc électrique et a demandé à l’agent qui l’avait appréhendé s’il avait utilisé un taser sur le patient. L’officier a reconnu l’avoir fait. Le médecin lui a alors répondu que c’était un recours inutile à la violence contre un suspect qui ne représentait aucune menace pour les médecins ou la police. Elle a également refusé de laisser sortir le patient jusqu’à ce que les deux agents impliqués dans l’incident terminent leur service, afin de mieux assurer la sécurité du suspect, a déclaré Arbel, qui a ajouté que l’hôpital avait déposé une plainte auprès de la PIID jeudi.

Le ministre de la Santé a salué le comportement des médecins présents sur place ce jour-là. Il a ajouté qu’il estimait qu’il était de son devoir de s’adresser à l’ensemble de l’hôpital pour exprimer sa gratitude et préciser qu’il comptait sur tout le personnel médical pour agir de la même manière, en veillant à la santé et à la sécurité des patients, quel que soit leur milieu d’origine.

Après la publication par le quotidien Haaretz d’un article révélant l’incident jeudi, la police a publié une réponse niant catégoriquement la version du ministre de la Santé.

L’hôpital Shaare Zedek à Jérusalem (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)

Elle a souligné que le suspect avait été aperçu alors qu’il tenait un couteau de manière « suspecte » dans la Vieille Ville de Jérusalem et que la police l’avait arrêté parce qu’elle le soupçonnait de vouloir commettre une attaque à l’arme blanche. Après avoir été appréhendé, le suspect aurait perdu le contrôle et aurait tenté de donner un coup de tête à un agent, craché sur un autre et se serait cogné la tête sur le sol, selon la police. Un tribunal a accepté de maintenir le suspect derrière les barreaux, mais a ordonné qu’il soit d’abord envoyé à l’hôpital pour y être soigné.

A son arrivée, « et contrairement à ce qui a été affirmé, le suspect a piqué une crise et a tenté de s’en prendre aux policiers qui l’accompagnaient, se blessant et endommageant du matériel médical, alors même qu’il était menotté », a indiqué la police dans un communiqué. « Le suspect a jeté un verre d’eau sur le policier qui le gardait, a pesté, violemment secoué le lit, et s’est cogné la tête contre le mur ; il a aussi essayé d’enlever son intraveineuse, frappé un policier et lui a jeté une cruche », a indiqué la police dans un communiqué. « Après plusieurs avertissements, et afin de le maîtriser, un taser a été utilisé contre lui. ».

Les protocoles de la police interdisent aux agents d’utiliser leur taser sur un détenu menotté, sauf en cas de légitime défense. Un suspect doit être averti avant toute utilisation de taser contre lui et il est interdit aux agents d’utiliser un taser contre un suspect souffrant d’un problème médical.

Dans sa propre déclaration à Haaretz, le directeur adjoint de Shaare Zedek, Dan Turner, a déclaré : « L’hôpital s’engage à fournir des soins égaux et empathiques à tous. Nous exprimons notre dégoût face à l’agression d’un patient sans défense attaché à un lit de l’hôpital. Cet acte est à la fois inquiétant et illégal, et c’est pourquoi nous avons décidé de contacter la police pour enquêter sur cette affaire difficile. »

L’avocat de la défense publique Nathaniel Lagami a décrié les mauvais traitements infligés aux détenus, ajoutant au passage que des tels cas devraient faire l’objet d’une enquête « en précisant qu’au sein de la police israélienne, de tels comportements violents de la part de policiers sont inadmissibles. « 

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.