Tel Aviv se réunit au bar où 2 Israéliens ont été tués par un Arabe Israélien
Rechercher

Tel Aviv se réunit au bar où 2 Israéliens ont été tués par un Arabe Israélien

Le maire Ron Huldai se joint aux manifestations de solidarité au Simta, le pub de la rue Dizengoff où Alon Bakal et Shimon Ruimi ont été tués

  • Des Israéliens assistent à une fête de rue au Bar Simta sur la rue Dizengoff à Tel-Aviv le 15 janvier 2016, dans le bar où deux Israéliens ont été tués et plusieurs autres blessés dans une fusillade le 1er janvier 2016. (Crédit : Tomer Neuberg / FLASH90)
    Des Israéliens assistent à une fête de rue au Bar Simta sur la rue Dizengoff à Tel-Aviv le 15 janvier 2016, dans le bar où deux Israéliens ont été tués et plusieurs autres blessés dans une fusillade le 1er janvier 2016. (Crédit : Tomer Neuberg / FLASH90)
  • Les patrons du bar Simta portent des T-shirts où figurent les noms des deux Israéliens tués il y a deux semaines dans une fusillade au bar Simta à Tel-Aviv, le 15 janvier 2016. (Crédit : Tomer Neuberg / FLASH90)
    Les patrons du bar Simta portent des T-shirts où figurent les noms des deux Israéliens tués il y a deux semaines dans une fusillade au bar Simta à Tel-Aviv, le 15 janvier 2016. (Crédit : Tomer Neuberg / FLASH90)
  • Les policiers marchent devant une affiche où l'on peut lire : "Nous avons de l'amour en nous, et il va gagner", lors d'une fête de rue le 15 janvier 2016 au bar Simta à Tel Aviv, où deux Israéliens ont été tués dans une fusillade le 1er janvier 2016. (Crédit : Tomer Neuberg / FLASH90)
    Les policiers marchent devant une affiche où l'on peut lire : "Nous avons de l'amour en nous, et il va gagner", lors d'une fête de rue le 15 janvier 2016 au bar Simta à Tel Aviv, où deux Israéliens ont été tués dans une fusillade le 1er janvier 2016. (Crédit : Tomer Neuberg / FLASH90)
  • Le maire de Tel Aviv, Ron Huldai, assiste à une fête de rue le 15 janvier 2016 au bar Simta sur la rue Dizengoff, où deux Israéliens ont été tués dans une fusillade, le 1er janvier 2016. (Crédit : Tomer Neuberg / FLASH90)
    Le maire de Tel Aviv, Ron Huldai, assiste à une fête de rue le 15 janvier 2016 au bar Simta sur la rue Dizengoff, où deux Israéliens ont été tués dans une fusillade, le 1er janvier 2016. (Crédit : Tomer Neuberg / FLASH90)

Des centaines de personnes se sont entassées vendredi dans le bar de Tel Aviv où une fusillade meurtrière qui a eu lieu il y a deux semaines, avait coûté la vie au manager Alon Bakal et au patron Shimon Ruimi. Un troisième homme, chauffeur de taxi, Amin Shaaban, avait été tué par le même tireur pendant l’évasion du terroriste.

Le maire Ron Huldai était parmi ceux qui se sirotaient une bière ou deux au Simta, tout en déclarant que Tel-Aviv était revenu à la normale, exactement deux semaines après l’attaque et une semaine après que le fugitif Nashat Milhem a été abattu par la police dans sa ville natale d’Arara dans le nord d’Israël.

« Les propriétaires du pub Simta m’ont dit qu’Alon Bakal, qui a été assassiné pendant l’attaque, avait un slogan : ‘J’aime vivre’. Ils ont organisé un événement dans cet esprit aujourd’hui, c’était émouvant », a écrit Huldai sur Facebook vendredi après-midi, appelant les gens à se joindre à lui.

Ceux qui voulaient montrer leur soutien à Tel-Aviv et à travers le pays arboraient des bandeaux faits de ballons et le bar a pris les services d’un DJ et décoré l’endroit avec des affiches qui disaient : « il y a de l’amour en nous, et il va gagner ».

« Nous avons organisé cet événement pour prouver que nous ne pouvons pas être vaincus par la terreur », a clamé Dor Avidan, un des propriétaires de Simta, selon le site Walla. « Nous avons pensé que quelque 300 ou 400 personnes viendraient, mais maintenant, nous nous attendons à des milliers », a-t-il ajouté.

La page Facebook de l’événement indiquait que 2 900 personnes avaient dit qu’elles seraient présentes.

Nashat Milhem, le suspect de la fusillade de Tel Aviv du 1er janvier 2016, ici en 2007 (Crédit : Dixième chaîne)
Nashat Milhem, le suspect de la fusillade de Tel Aviv du 1er janvier 2016, ici en 2007 (Crédit : Dixième chaîne)

Le terroriste de 29 ans, un Arabe israélien dont le père était un volontaire de la police, a ouvert le feu dans le bar le jour du Nouvel An, en tuant le gérant du bar Bakal, 26 ans, et Shimon Ruimi, 30 ans, de la ville d’Ofakim.

Milhem s’est enfui des lieux de l’incident, a hélé un taxi, et a tué plus tard le conducteur du taxi, Shaaban, un père de 11 enfants de Lod, pendant qu’il s’échappait.

La chasse à l’homme pour retrouver Milhem a duré exactement une semaine, avant qu’il ne soit tué dans une fusillade avec les forces de sécurité quand elles sont remontées à lui à Arara.

Son père, Mohammed, et ses frères avaient appelé à plusieurs reprises Milhem à se rendre. Mohammed Milhem avait appelé la police quand il a reconnu son fils sur les images des caméras de surveillance de l’attaque et a donné la permission à son avocat d’informer les autorités quand ils ont appris où il se cachait.

Plusieurs complices présumés, y compris les parents de Milhem, ont été détenus par la police. Deux d’entre eux, également d’Arara, ont été libérés mais assignés à résidence vendredi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...