Rechercher

Tor Wennesland : la Cisjordanie « atteint un point d’ébullition »

L'envoyé de l'ONU a affirmé que l'augmentation de la population palestinienne rendra bientôt le conflit ingérable et a critiqué l'attention "déséquilibrée" portée à Israël

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

L'envoyé de l'ONU pour le Moyen-Orient, Tor Wennesland, s'adressant au Conseil de sécurité de l'ONU à New York, le 28 novembre 2022. (Crédit : ONU)
L'envoyé de l'ONU pour le Moyen-Orient, Tor Wennesland, s'adressant au Conseil de sécurité de l'ONU à New York, le 28 novembre 2022. (Crédit : ONU)

NEW YORK – L’émissaire des Nations unies pour le Moyen-Orient a averti lundi que le conflit israélo-palestinien « atteignait un point d’ébullition », compte tenu de la flambée de violence en Cisjordanie.

« Les niveaux élevés de violence en Cisjordanie occupée et en Israël ces derniers mois, y compris les attaques contre des civils israéliens et palestiniens, l’utilisation accrue d’armes et la violence liée aux colons, ont causé de graves souffrances humaines », a déclaré Tor Wennesland, coordinateur spécial des Nations unies pour le processus de paix au Moyen-Orient.

« Le ciblage des civils ne peut jamais être justifié et la violence doit cesser », a-t-il déclaré lors d’un briefing du Conseil de sécurité des Nations unies, appelant à un retour à un processus politique pour une résolution du conflit à deux États.

« Les tendances actuelles n’apportent ni stabilité ni sécurité à quiconque », a-t-il ajouté.

Wennesland a condamné les récentes attaques terroristes palestiniennes à Jérusalem et à Ariel, ainsi que la violence des résidents d’implantations contre les Palestiniens à Hébron.

« Cette flambée de violence dans les territoires palestiniens occupés s’inscrit dans le contexte d’un processus de paix dans l’impasse et d’une occupation bien ancrée, ainsi que dans un contexte de difficultés économiques et institutionnelles croissantes pour l’Autorité palestinienne », a-t-il déclaré, soulignant la baisse du « soutien des donateurs » à l’Autorité palestinienne (AP) et l’absence de processus démocratique pour les Palestiniens, qui n’ont pas tenu d’élections parlementaires depuis 2006.

Il a averti que « la démographie évolue plus vite que la politique » et que la croissance rapide de la population à Gaza et en Cisjordanie rendra « de plus en plus difficile » la gestion du conflit. Il a félicité Israël pour avoir permis aux habitants de Gaza d’entrer en Israël pour y travailler et pour avoir autorisé l’entrée de nouveaux matériaux dans la bande de Gaza.

S’exprimant après la réunion du Conseil de sécurité, Wennesland a déclaré aux journalistes que les « moteurs du conflit » étaient l’expansion des implantations, les expulsions et les démolitions, et il a souligné la « situation précaire au Haram al-Sharif », nom arabe du mont du Temple à Jérusalem.

Interrogé sur les éléments extrémistes du prochain gouvernement israélien, il a déclaré que l’ONU n’avait pas encore été en contact avec ses membres, mais qu’elle trouverait un moyen de travailler avec eux.

« C’est la population israélienne qui élit son propre gouvernement. C’est un processus de la dynamique interne d’Israël », a-t-il déclaré. « Je peux vous assurer d’une chose : l’ONU travaillera avec ce gouvernement d’une manière ou d’une autre. »

« Nous ne portons pas de jugement sur ceux qui sont élus », a-t-il ajouté.

L’ambassadeur palestinien aux Nations unies, Riyad Mansour, s’adressant à une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU sur le conflit palestinien et israélien au siège de l’ONU, le 26 mars 2019. (Crédit : Bebeto Matthews/AP/Dossier)

Après la réunion du Conseil de sécurité, l’envoyé palestinien à l’ONU, Riyad Mansour, a appelé l’ONU à intervenir pour « assurer la protection de la population civile palestinienne ».

« À l’intention du Conseil de sécurité, qui est une force puissante, la force la plus puissante de l’ONU pour le maintien de la paix et de la sécurité internationales, décrire sans agir est pathétique », a-t-il déclaré.

Il a imputé l’escalade de la violence à « l’extrémisme du côté de l’occupant israélien », sans mentionner le terrorisme palestinien responsable d’une série d’attaques meurtrières contre des Israéliens cette année.

Mansour a déclaré que les Palestiniens étudiaient « d’autres mesures » en réponse au nouveau gouvernement israélien, après avoir demandé à la Cour internationale de justice (CIJ) de se prononcer sur le conflit, et a déclaré que les Nations unies « ne devraient pas traiter avec les fascistes qui seront dans le nouveau gouvernement israélien ».

Ces commentaires interviennent dans un contexte de tensions accrues dans la région, après une série d’attentats palestiniens qui ont fait 30 morts en Israël et en Cisjordanie depuis le début de l’année, dont deux attentats à la bombe à Jérusalem mercredi qui ont tué deux Israéliens.

Au printemps, l’armée avait lancé une vaste offensive antiterroriste en Cisjordanie en réponse à ces attaques terroristes.

L’opération a permis de procéder à plus de 2 000 arrestations lors de raids quasi quotidiens, mais a également fait plus de 130 morts parmi les Palestiniens, essentiellement lors d’attaques ou d’affrontements avec les forces de sécurité.

La représentante des États-Unis auprès des Nations unies, Linda Thomas-Greenfield, s’exprimant lors d’une conférence de presse, au Conseil de sécurité des Nations unies, le 7 septembre 2022. (Crédit : AP Photo/Yuki Iwamura/DOssier)

L’ambassadrice américaine auprès des Nations unies, Linda Thomas-Greenfield, a également condamné les attaques terroristes contre les Israéliens et la violence des résidents d’implantations lors de l’audience du Conseil de sécurité.

Les États-Unis « sont profondément préoccupés par la forte escalade », a-t-elle déclaré. « Cette année a été la plus meurtrière en Cisjordanie depuis 2004. »

Thomas-Greenfield a condamné les paiements effectués par l’AP aux terroristes et la « perturbation du statu quo historique des lieux saints », faisant référence au mont du Temple et à d’autres lieux saints de Cisjordanie qui ont été le théâtre de récents affrontements.

L’année dernière, le nombre de visites de Juifs sur le mont du Temple a atteint un niveau record et, bien qu’Israël ait autrefois fermement interdit aux Juifs de prier sur le site, cette interdiction s’est lentement étiolée au fil des ans, la prière silencieuse individuelle et les services de groupe occasionnels n’étant plus rares.

Le mont du Temple, où se trouvent les deux anciens temples, est le site le plus sacré pour les Juifs et le troisième pour les Musulmans, où se trouve la mosquée Al-Aqsa.

Le législateur d’extrême-droite Itamar Ben Gvir, qui devrait occuper le poste de ministre de la Sécurité nationale dans le prochain gouvernement, a qualifié le statu quo de « politique raciste », mais n’a pas précisé à quoi ressemblerait une nouvelle politique.

Thomas-Greenfield a également critiqué l’ONU pour sa « focalisation déséquilibrée » sur Israël, y compris la commission d’enquête à composition non-limitée et la demande de l’Assemblée générale, au début du mois, pour que la CIJ se prononce sur le conflit.

« Le système des Nations unies est truffé d’actions et d’organes anti-Israël », a-t-elle déclaré.

« Au lieu de faire de la démagogie et de poursuivre des mesures improductives, nous espérons que l’ONU commencera à se concentrer sur des mesures concrètes qui améliorent la vie des Israéliens et des Palestiniens », a-t-elle ajouté.

Mardi, l’ONU organisera la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.