Israël en guerre - Jour 234

Rechercher

Tsahal prend le contrôle du côté gazaoui du passage de Rafah vers l’Égypte

L'opération "limitée" vise à faire pression sur le Hamas conclure un accord ; 20 terroristes tués, 3 tunnels découverts et une voiture chargée d'explosifs, fonçant sur un char d'assaut, détruite

Les troupes israéliennes du côté gazaoui du poste frontière de Rafah le 7 mai 2024. (Crédit : armée israélienne)
Les troupes israéliennes du côté gazaoui du poste frontière de Rafah le 7 mai 2024. (Crédit : armée israélienne)

Les chars israéliens ont pénétré dans le sud de la bande de Gaza tôt mardi, prenant le contrôle du côté palestinien du passage de Rafah sur la frontière égyptienne, dans ce que l’armée israélienne a appelé une « opération ciblée » contre le groupe terroriste palestinien du Hamas.

L’incursion terrestre dans la partie orientale de la ville de Rafah a eu lieu après que Jérusalem a déclaré qu’une offre de trêve du Hamas la veille ne répondait pas à ses exigences, et a annoncé qu’elle avait donné son accord pour aller de l’avant avec l’incursion menacée depuis longtemps.

Un fonctionnaire israélien a déclaré au Times of Israel qu’il s’agissait d’une « opération limitée » visant à faire pression sur le Hamas pour qu’il accepte un accord.

Il ne s’agit pas de la vaste incursion dans Rafah que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a promise à maintes reprises qu’Israël mènerait à bien, a rapporté CNN, citant une source familière avec le plan israélien.

L’armée a déclaré que sa 401e brigade du Corps Blindé Mécanisé s’était emparée du côté gazaoui du poste-frontière de Rafah mardi matin, vraisemblablement avec peu de résistance. Des drapeaux israéliens ont été hissés par les troupes au poste frontière, selon les images.

Le passage, situé à environ 3 kilomètres de la frontière israélienne, a été saisi dans le cadre d’une « opération ciblée ‘contre le Hamas dans’ des zones limitées de l’est de Rafah », a déclaré Tsahal.

Depuis mardi matin, Israël contrôle tous les points de passage terrestres connus avec Gaza.

Un responsable égyptien et la chaîne de télévision Al-Aqsa TV du Hamas ont déclaré tôt mardi que des responsables israéliens avaient informé les Égyptiens que les troupes se retireraient une fois l’opération terminée. Aucun délai n’a été précisé.

Tsahal a déclaré disposer de « renseignements indiquant que des terroristes utilisaient le poste-frontière à des fins terroristes ». Dimanche, des roquettes ont été tirées par le Hamas depuis le point de passage en direction de Kerem Shalom, dans le sud d’Israël, tuant quatre soldats et en blessant dix autres.

Le point de passage de Rafah avec l’Égypte est désormais déconnecté de la principale route nord-sud de Gaza, Salah a-Din. Une partie de la route à l’est de Rafah a été prise indépendamment par la Brigade Givati du Corps d’Infanterie au cours de l’opération de la nuit, a indiqué l’armée.

Tsahal a précisé qu’une vingtaine de terroristes armés ont été tués et que les soldats ont localisé trois tunnels « conséquents ».

Il reste à savoir si le Hamas dispose encore de tunnels reliant la zone de Rafah au désert égyptien du Sinaï, qu’il utilisait auparavant pour faire passer clandestinement des armes et autres fournitures.

Au cours de la dernière décennie, l’armée égyptienne s’est attaquée aux tunnels de contrebande et en a détruit des centaines, affirmant qu’ils servaient à acheminer des armes vers les groupes djihadistes du Sinaï.

Au cours de cette opération nocturne, une voiture chargée d’explosifs qui se dirigeait vers un char de Tsahal a été frappée et détruite, a indiqué l’armée.

Des troupes et chars de l’armée israélienne du côté gazaoui du poste-frontière de Rafah, le 7 mai 2024 (Crédit : Armée israélienne)

En date de ce mardi matin, aucun soldat n’avait été blessé au cours de l’opération.

Par ailleurs, l’armée israélienne a déclaré que plus de cinquante sites du Hamas à Rafah avaient été frappés par l’armée de l’air au cours de la nuit. Cinquante autres sites avaient été frappés dans la région lundi en fin de journée.

Les Palestiniens ont fait état de frappes aériennes intenses dans l’est de la ville pendant la nuit, tuant au moins 27 personnes.

Israël a mené des frappes aériennes à Rafah avec une certaine régularité ces derniers mois. Il s’est abstenu d’envoyer des troupes en raison de l’opposition internationale véhémente aux opérations militaires dans la ville, où plus d’un million de Palestiniens seraient réfugiés, la plupart d’entre eux ayant été déplacés d’autres parties de la bande de Gaza.

Des Palestiniens observant les destructions après une frappe israélienne sur un immeuble résidentiel, à Rafah, dans la bande de Gaza, le 7 mai 2024. (Crédit : Ismael Abu Dayyah/AP)

Après s’être emparés du poste-frontière, ont procédé mardi à la détection d’infrastructures du Hamas dans la zone et se sont préparées à d’autres missions.

Des images montrent des véhicules militaires israéliens circulant le long de la frontière entre l’Égypte et la bande de Gaza, dans la partie orientale de Rafah.

La séquence montre un véhicule blindé avec deux drapeaux imposants, l’un israélien et l’autre de la 401e brigade du Corps Blindé Mécanisé, l’unité qui s’est emparée du côté gazaoui du poste-frontière de Rafah.

Mardi matin, le Hamas a également tiré plusieurs roquettes et mortiers depuis Rafah vers Kerem Shalom, le site de l’attaque meurtrière de dimanche et juste de l’autre côté de la frontière, à l’est de Rafah. Il n’y a pas eu de dégâts ni de blessés, a indiqué l’armée.

Avant de lancer l’opération nocturne, Tsahal a déclaré avoir mené une « coordination avec les organisations internationales opérant dans la région, avec une demande d’aller vers la zone humanitaire, dans le cadre de l’effort d’évacuation de la population qui a eu lieu ».

Lundi matin, Israël a émis des ordres d’évacuation pour quelque 100 000 habitants de Gaza dans certaines parties de l’est de Rafah, à qui il a été demandé d’évacuer vers une « zone de sécurité » près de Khan Younès, au nord de Rafah.

Quelques heures plus tard, le Hamas a déclaré avoir accepté une proposition égyptienne et qatarie de cessez-le-feu et de libération d’otages, mais les responsables israéliens ont expliqué que les conditions du Hamas ne correspondaient pas à ce que Jérusalem avait accepté, bien que des équipes de travail se rendent au Caire mardi pour reprendre les pourparlers indirects.

De la fumée s’élevant après une frappe aérienne israélienne sur des bâtiments situés près du mur de séparation entre l’Égypte et Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 6 mai 2024. (Crédit : Ramez Habboub/AP)

Déclarant que la dernière offre du Hamas était « loin de répondre aux exigences essentielles d’Israël », un communiqué du bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré que le cabinet de guerre avait décidé à l’unanimité de poursuivre l’opération de Tsahal à Rafah « afin d’exercer une pression militaire sur le groupe terroriste palestinien du Hamas, dans le but de progresser vers la libération des otages et les autres objectifs de la guerre ».

Depuis des mois, Netanyahu a promis que les troupes israéliennes mèneraient une opération pour éliminer les derniers bastions du Hamas dans la ville de Rafah, au sud de la bande de Gaza, quel que soit l’accord sur la libération des otages. Les responsables israéliens de la Défense affirment que quatre des six bataillons restants du Hamas se trouvent dans la ville, ainsi que des membres de la direction du groupe et un nombre important d’otages enlevés en Israël le 7 octobre lors de l’assaut barbare du groupe terroriste palestinien sur le sud d’Israël.

Lors d’un appel téléphonique avec Netanyahu plus tôt dans la journée de lundi, le président américain Joe Biden a réitéré son opposition à une incursion militaire israélienne de grande envergure à Rafah, a indiqué un communiqué de la Maison Blanche, sans fournir plus de détails.

Les États-Unis ont exprimé à maintes reprises leur opposition à une opération de grande envergure à Rafah en l’absence de garanties crédibles de la part d’Israël quant à la protection du million et plus de Palestiniens qui s’y trouvent. Israël affirme pouvoir évacuer et soigner ces civils en toute sécurité, mais Washington n’est pas convaincu.

Des Palestiniens déplacés qui ont quitté Rafah dans le sud de la bande de Gaza suite à un ordre d’évacuation de l’armée israélienne, arrivant à Khan Younès le 6 mai 2024. (Crédit : AFP)

L’administration Biden propose des alternatives à l’incursion dans Rafah, notamment le renforcement de la frontière de Gaza avec l’Égypte et des opérations plus ciblées contre les dirigeants du Hamas. Mais Netanyahu a fait de l’opération Rafah un élément essentiel et non négociable d’une « victoire totale » sur le groupe terroriste palestinien.

La guerre a éclaté lorsque des terroristes dirigés par le Hamas ont pris d’assaut le sud d’Israël le 7 octobre, tuant près de 1 200 personnes, principalement des civils, tout en prenant 252 otages de tous âges, en commettant de nombreuses atrocités et en utilisant la violence sexuelle comme arme à grande échelle.

En réponse à cet assaut, Israël a lancé une incursion terrestre visant à éliminer les capacités armées et de gouvernance du groupe terroriste palestinien à Gaza et à libérer les otages, dont 128 sont toujours en captivité.

Plus de 34 700 personnes seraient mortes à Gaza depuis le début de la guerre, selon le ministère de la Santé du Hamas. Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza. Tsahal dit avoir éliminé 13 000 terroristes palestiniens dans la bande de Gaza, en plus d’un millier de terroristes qui ont pris d’assaut Israël le 7 octobre.

Deux cents soixante-sept soldats israéliens ont été tués dans la bande de Gaza depuis le 27 octobre.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.