Israël en guerre - Jour 140

Rechercher

Tsahal réévacue l’avant-poste d’Evyatar, réinvesti après la mort des frères Yaniv

Des centaines de personnes y ont passé la nuit ; Ben Gvir demande à Netanyahu de les autoriser à rester en réponse à la fusillade mortelle de deux frères par un Palestinien

Capture d'écran de la vidéo des forces de sécurité évacuant l'avant-poste illégal d'Evyatar, le 27 février 2023. (Crédit : Twitter. Utilisé conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur).
Capture d'écran de la vidéo des forces de sécurité évacuant l'avant-poste illégal d'Evyatar, le 27 février 2023. (Crédit : Twitter. Utilisé conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur).

Les forces de sécurité ont commencé à évacuer l’avant-poste d’Evyatar lundi matin après que des centaines d’Israéliens ont passé la nuit sur la colline de Cisjordanie, jurant de reprendre possession du site en réponse au meurtre de deux frères israéliens la veille.

Selon une déclaration faite au nom des activistes de l’avant-poste, deux tentatives ont été faites pour évacuer l’avant-poste pendant la nuit, mais les forces de sécurité n’ont pas réussi à déloger les résidents qui s’y trouvaient.

Bien que les autorités aient réussi à faire sortir les gens du site lors de leur troisième tentative dans la matinée, en les conduisant dans des bus, beaucoup sont simplement retournés à pied à l’avant-poste, selon la déclaration.

Une vidéo montre des agents de la police des frontières participant à l’évacuation transportant des Israéliens, parfois sur des civières.

Dans une lettre envoyée lundi matin, le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, a demandé au Premier ministre Benjamin Netanyahu d’autoriser les activistes qui sont entrés illégalement à Evyatar à rester dans l’avant-poste en réponse au meurtre des frères Hallel et Yagel Yaniv dans une attaque terroriste à Huwara dimanche.

Ben Gvir, qui avait l’intention de tenir une réunion de faction de son parti d’extrême droite Otzma Yehudit à Evyatar lundi matin, a noté dans sa lettre les engagements pris dans les accords de coalition pour légaliser Evyatar, et a insisté pour que tous les partis de la coalition soient d’accord pour que ce plan soit mis en œuvre.

« Hier, des citoyens dévoués sont montés dans l’implantation en réponse à l’horrible attaque terroriste dans laquelle les frères Hallel Menachem et Yagel Yaakov Yaniv de Har Bracha ont été assassinés », a écrit Ben Gvir, décrivant le « renforcement des implantations » comme un « outil important » dans la lutte contre le terrorisme.

« Puisqu’il y a un accord [entre la coalition] sur l’avant-poste, il serait juste et correct de permettre à ces citoyens vertueux de rester sur place », a insisté Ben Gvir.

Ben Gvir détient le portefeuille de la Sécurité nationale, ce qui lui donne le contrôle de la police, et a demandé le contrôle de la police des frontières, qui opère généralement sous l’autorité de l’armée.

La ministre des Implantations et des Missions nationales, Orit Strouk, du parti ultranationaliste HaTzionout HaDatit, a déclaré qu’elle et ses collègues avaient « lutté toute la nuit » pour que les militants qui se sont rendus à Evyatar ne soient pas évacués, et a promis que l’avant-poste serait bientôt légalisé.

« Le retour à Evyatar est notre mission et nous avons l’intention de respecter l’accord de retour très bientôt », a déclaré Strouk dans une interview à Kan Radio, en référence aux accords de la coalition. Mais elle a refusé de fournir un calendrier pour une telle mesure.

Zvi Sukkot, député HaTzionout HaDatit qui a été l’un des premiers à établir l’avant-poste, a rejoint les activistes pour la nuit.

« La réponse correcte au terrorisme est la construction d’implantations. C’est ce qui dissuadera les infâmes terroristes et c’est ainsi que nous devons répondre, y compris par un retour complet à l’implantation d’Evyatar aujourd’hui », a-t-il déclaré.

L’avant-poste est inoccupé depuis 2021, date à laquelle les résidents ont accepté de partir dans le cadre d’un accord avec le gouvernement, qui s’est engagé à ne pas raser leurs maisons pendant que l’État menait une enquête pour déterminer quelles parties de la colline pouvaient être construites et quelles zones sont sous propriété privée palestinienne.

La reprise de la colline dimanche a eu lieu alors que d’autres Israéliens se sont déchaînés dans la ville voisine de Huwara et ses environs, incendiant des dizaines de maisons et de voitures. Selon le ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne, un Palestinien a été tué par balle au cours des émeutes, et 20 autres ont été blessés, dont certains grièvement. Six personnes ont été arrêtées par les forces israéliennes.

Le ministre de la Sécurité intérieure, Itamar Ben Gvir, lors de la conférence annuelle à Jérusalem du groupe ‘Besheva’ à Jérusalem, le 21 février 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La réinstallation de l’avant-poste et les violences collectives ont été déclenchées par une fusillade sur une route traversant Huwara, au cours de laquelle un Palestinien armé a ouvert le feu sur la voiture des frères Yaniv, les tuant tous les deux à bout portant.

Les Israéliens sont arrivés à Evyatar après la tombée de la nuit, appelant leurs compatriotes à se joindre à eux pour envahir le sommet de la colline. Des dizaines d’hommes ont rempli un bâtiment qui devait servir de yeshiva, chantant des chants funèbres et célébrant leur retour dans l’ancien avant-poste, tandis que d’autres se disputaient avec la police qui tentait de les déloger.

Une route menant à l’avant-poste au sommet de la colline est normalement bloquée par des soldats de Tsahal qui tiennent un poste de garde, mais les Israéliens ont déclaré qu’ils ont pu monter sur la colline sans se battre avec les troupes, a rapporté le site d’information Ynet.

Les frères Hillel, à gauche, et Yagel Yaniv, tués lors d’une attaque terroriste dans la ville de Huwara, en Cisjordanie, le 26 février 2023. (Autorisation)

Ces derniers mois, des critiques ont exprimé la crainte que le gouvernement d’extrême droite de Netanyahu, favorable au mouvement des implantations, n’encourage les Israéliens à s’emparer de terres et à attaquer ou intimider les Palestiniens sans crainte de répercussions.

Bezalel Smotrich, chef du parti d’extrême droite HaTzionout HaDatit, a tenté d’utiliser son rôle de ministre au sein du ministère de la Défense pour empêcher l’administration civile d’exécuter les ordres d’évacuation des résidents, bien qu’il se soit heurté à l’opposition du ministre de la Défense Yoav Gallant, du parti Likud.

Selon les termes de l’accord conclu sur le sort de l’avant-poste en 2021, les résidents ont quitté l’avant-poste pacifiquement et la zone est devenue une zone militaire fermée, les maisons et les routes restant en place et un détachement de soldats s’y installant.

Dans le cadre de l’accord, conclu sous le gouvernement précédent, une étude a été réalisée qui aurait déterminé qu’une partie des terres n’appartenait pas aux Palestiniens, mais il n’y a eu depuis aucune annonce officielle indiquant que l’avant-poste pourrait être autorisé et que les Israéliens pourraient y retourner.

Dimanche, le conseiller à la sécurité nationale, Tzachi Hanegbi, a déclaré qu’Israël allait « autoriser neuf avant-postes et approuver 9 500 nouvelles unités de logement en Judée et Samarie » dans les mois à venir. Cette déclaration faisait suite à un communiqué commun publié à l’issue d’une réunion de hauts responsables de Jordanie, d’Égypte, des États-Unis, de l’AP et d’Israël, selon lequel Jérusalem avait accepté de geler les nouveaux projets d’implantations.

L’avant-poste a été nommé en l’honneur d’Evyatar Borovsky, qui a été assassiné lors d’une attaque à l’arme blanche au carrefour Tapuah par un Palestinien en 2013. En réponse, plusieurs dizaines de familles israéliennes se sont installées sur le site, qui a connu des incarnations précédentes en tant qu’avant-postes qui ont été rasés par les autorités israéliennes, et ont établi la yeshiva.

Les Palestiniens des villages voisins affirment que l’avant-poste a été construit sur leurs terres et craignent qu’il ne s’agrandisse et ne fusionne avec des implantations plus importantes à proximité. Avant le départ des résidents 2021, les Palestiniens organisaient des manifestations quasi quotidiennes qui ont donné lieu à de violents affrontements avec les troupes israéliennes.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.